Archief
Categories

Menaces contre la presse: «Il y a une volonté de restreindre nos libertés», dixit Yacine Diallo

En réponse au président Alpha Condé qui menace de fermer toute radio qui diffuserait un communiqué du syndicaliste frondeur Aboubacar Soumah, meneur de la grève des enseignants, qui paralyse le secteur de l’éducation depuis plusieurs jours, les patrons des radios privées ont organisé une émission synchronisée sur la liberté de la presse dans la matinée du mardi 28 novembre et une journée sans radio mercredi 29 novembre.

L’ancien président du Conseil National de la Communication (CNC), ancien ministre de la Communication et actuel patron de presse, le journaliste écrivain Boubacar Yacine Diallo a, dans une interview dont nous proposons ici un extrait, fait le point des deux journées observées par les patrons des médias pour attirer l’opinion nationale et internationale sur la volonté du premier régime démocratiquement élu, dit-on, depuis l’indépendance du pays en 1958, de restreindre la liberté de la presse.

« Comme vous le savez, c’était une initiative de l’Union des radios et télévisions libres de Guinée (URTELGUI), à l’issue d’une assemblée générale extraordinaire. Il a été décidé au cours de cette assemblée de faire une synergie pour rappeler les dispositions de la Constitution et des lois consacrant la liberté de la presse, et ensuite, faire un silence radio de 24 heures, pour marquer la désapprobation par rapport à tout ce qui s’apparente au musellement de la presse. Donc, la synergie a bien eu lieu. Et des professionnels plus des juristes sont venus pour rappeler les articles qui donnent droit aux citoyens de s’exprimer librement, et ensuite la loi sur la liberté de la presse qui reconnait les libertés naturelles, qui fixe aussi les limites de l’exercice de la profession et qui indique même la procédure. Par la suite, il y a eu le silence radio pour attirer l’opinion publique nationale et internationale sur ce qui s’apparente à une volonté de faire taire les médias », a expliqué Boubacar Yacine Diallo.

Se refusant de commenter les propos de certains acteurs politiques qui estiment que les manœuvres actuelles du pouvoir en place visent à faire taire les médias en vue de l’accomplissement d’un troisième mandat, M. Diallo s’est contenté d’affirmer qu’il y a une volonté du régime actuel de restreindre les libertés de la presse.

« Je suis journaliste et je reste plutôt dans les limites de la profession. Et comme je suis un défenseur des droits de la presse et de la liberté de la presse, permettez que je ne commente pas le commentaire des hommes politiques. Je constate simplement qu’il y a une volonté de restreindre les libertés de la presse. Comme vous le savez, ceux qui sont au pouvoir et ceux qui aspirent au pouvoir disent des arguments, chacun de leur côté. Et moi, je constate qu’il y a un recul qui est en train de se produire et je m’oppose à ce recul là. Quelle que soit maintenant l’origine des menaces et les auteurs des menaces », a conclu l’ancien président du CNC.