Archief

Categories

Sièges vandalisés

Boké: comment EDG et la SEG pourraient-elles se relever après ces émeutes?

Les braises continuent d’être attisées à Boké, elles se sont propagées à Sangarédi par la mort d’un homme et par des blessés. Le malaise sociopolitique causé par la cherté de vie n’est pas hors de cause pour jeter de l’huile sur le feu entre les émeutiers et les forces de l’ordre. Plus la situation de crise perdure, plus la paralysie gangrène le fonctionnement des sociétés minières pour corser le manque à gagner pour elles. Les pertes ne sont pas encore évaluées.

Dans cette situation quasi-insurrectionnelle, la société d’électricité de Guinée et la Société des eaux de Guinée ne sont que des boucs émissaires, loin s’en faut, ce sont les véritables indexées.

On s’imagine le calvaire des populations dans une canicule sans nom et sans eau, sans électricité pour une problématique ventilation, et si le chômage et la dégradation de l’environnement s’en mêlent, ce qui devait arriver ne s’est pas fait attendre, et on a vu l’ampleur.

Dommage que personne n’ait vu et prévu le risque à venir. Maintenant, remédier à tous ces problèmes est un casse-tête pour une politique qui navigue à vue. Ce qui est encore à prévoir dans cette situation, c’est que les manifestants insatiables vont essayer de mettre la barre, plus haut. EDG et la SEG auront à fournir plus d’efforts à fournir.

Même si l’électricité et l’eau sont rétablies à Boké dans ces conditions, c’est la rentabilité qui sera un autre problème. En effet, comment rétablir le fichier des abonnés et faire payer les prestations de service déjà exécutés dans la fourniture de ces denrées qui ne peuvent pas être gratuites.

Les services de comptabilité vont-elles présenter les situations financières réelles ? Autre chose, à moins que les différentes sociétés qui exploitent les mines sur place ne mettent la main à la poche, la faillite est en vue. Déjà, les redevances payées à la commune urbaine sont irrationnellement utilisées. Demander plus ?

Pour EDG et la SEG de Boké, les urgences consistent à réparer les sièges vandalisés et remettre les documents incendiés à jour. Quant à l’installation des compteurs à prépaiement dans chaque concession ou redistribuer les factures aux différents abonnés avec les arriérés, qui y pense vraiment ? Ce qui fait dire qu’après ces émeutes, même repartir à zéro est peu dire.

Le plan de redressement de EDG de Boké sera une leçon pour toutes afin d’éviter que d’autres zones minières ne tombent dans la même arrogance.

Moïse Sidibé 

Cet article Boké: comment EDG et la SEG pourraient-elles se relever après ces émeutes? est apparu en premier sur Guinéenews.