Archief

Categories

heveas

Le rapport qui accable la gestion de la ministre de l’agriculture à Soguipah

Réputée jusque-là irréprochable, la gestion de la société guinéenne de palmiers à huile et d’hévéas (Soguipah) vient d’être jugée mauvaise par un rapport d’audit du ministère de l’économie et des finances dont Guinéenews© détient une copie.

« Si le chiffre d’affaires de la société est passé de GNF 217 032 381 070 en 2015 à GNF 250 384 676 516 en 2016, soit une progression de 15,36%, paradoxalement, l’ensemble des charges d’exploitation de l’exercice opposé à l’ensemble des produits d’exploitation donne un résultat net déficitaire de -20 469 187 869 GNF en 2016 », déplore le rapport.

« Déjà en 2015, la société avait enregistré un résultat négatif de 9 196 684 384 GNF, qui s’est fortement aggravé cette année 2016 pour atteindre -20 469 187 869 GNF, soit -122,57% », indique le rapport.

La société publique, dont le capital social est de 40 000 000 000 GNF entièrement détenu par l’Etat, a vu ses dépenses augmenter exponentiellement. « La dette sociale est passée de 8 298 054 115 GNF en 2015 à 13 766 406 887 GNF en 2016, soit une augmentation exponentielle de 65,89% ; la dette fiscale de 2016 s’élève à GNF 143 077 179 (sous réserve qu’elle fût payée dès le premier trimestre de 2017) ; la dette des fournisseurs s’est accrue de 33 465 269 247 GNF en 2015 à 47 475 573 083 GNF en 2016, soit une progression de 41,86% ; achats de matières premières et fournitures liées sont passés de 44 512 624 200 GNF en 2015 à 52 114 237 957GNF en 2016, soit un taux de progression de 17,07% ; autres achats se sont également accrus de 46 212 518 015 GNF en 2015 à 57 496 062 545 GNF en 2016, soit une augmentation de 24,41% », précise le rapport.

Avant d’accabler la gestion de l’actuelle ministre de l’agriculture : « Il est important de souligner que la SOGUIPAH détient des parts d’actions dans le capital de la SOGGAI à hauteur de 15%, soit 30 000 000 GNF dans un capital social de 200 000 000 GNF. Aucune notification de cette prise de participation à l’actionnaire unique et, nulle part dans les documents cela n’apparait, ce qui semble étonnant. Malgré ses pertes successives, la société fait des investissements énormes, plébiscitée partout pour ses performances. Cette situation parait paradoxale. »

Dès lors, on comprend un peu mieux le sens du décret du 27 décembre, perçu plus comme une sanction qu’une promotion, et qui déplaçait Madame Mariama Camara de la tête de la Soguipah pour le ministère de l’agriculture.