Archief

Categories

début

Panier de la ménagère à Labé : Zoom sur les prix des denrées de première nécessité

À quelques heures du mois saint de ramadan, les prix des denrées de première nécessité restaient mitigés dans les différents marchés de la région administrative de Labé. Contrairement aux années précédentes, pour l’instant Guinéenews© a constaté sur place une stabilité voire même une baisse dans le prix d’acquisition de plusieurs produits importés ; hausse et rareté de certains produits locaux.

Pour illustrer cette situation, votre quotidien électronique a d’abord tendu son micro à des commerçants de produits importés qui nous ont fait part d’une stabilité et parfois même de rabais sur le prix de certains produits comme le sucre et de l’huile de palme pour ne citer que ceux-ci…

Alpha Souleyamane Sy, jeune commerçant partage ici le prix de certains produits : « En ce moment, les prix sont en train de baisser. La semaine dernière le sucre était vendu entre 400 et 410 000 GNF ; actuellement, le sac est vendu entre 385 et 390 000 GNF. Même chose pour le riz ; il y a des sacs de riz de cinquante kilogrammes qui se vendent à partir de 225 000, 230 et 250 000 GNF. La semaine dernière, le sac qui est actuellement vendu à 250 000 GNF se négociait aux alentours de 270 000 GNF », explique-t-il.

Pour le prix du lait en poudre et en liquide, ce commerçant qui a préféré garder l’anonymat parle d’une stabilité : « Actuellement, le prix du lait est stable mais ça risque d’augmenter avec le manque de véhicule de transport car le lait commence à se faire rare et si ça continue ainsi, le prix risquerait d’augmenter. Le carton de gloria est vendu à 145 000 GNF, les sachets de lait en poudre s’acquièrent à 180 000 GNF pour 200 sachets. Le sac de lait en poudre est vendu à 945 000 GNF. Depuis deux à trois mois, nous vendons à ce prix », précise cet autre.

Même constat au niveau de la farine et l’huile d’arachide qui affichent toujours une stabilité, selon Binta Barry. « Les prix n’ont pour l’instant pas connu de hausse. L’huile et la farine gardent toujours leurs prix. Le bidon d’huile de 20 litres est vendu à 220 000 GNF, le sac de farine à 240 000 et le sac de sucre de cinquante kilogrammes à 385 000 GNF », soutient-elle.

Et contre toute attente, on assiste de nos jours à une baisse du prix d’acquisition de l’huile de palme, selon Houssainatou Diallo. « L’huile de palme est en baisse car le bidon de 20 litres qui était vendu le mois précédent à 200 000 GNF est actuellement vendu à 145 000 GNF. Je pense que le prix restera stable car on est en période de récolte », espère-t-elle.

Une situation qui réjouit plus d’une ménagère à Labé. Kadiatou Keita livre ses impressions au micro de Guinéenews© : « Vraiment, si ça continue ainsi, on va passer un ramadan formidable…Si la baisse des prix ne continue pas, qu’on essaye au moins de les stabiliser », lance-t-elle.

Par contre, des informations non officielles font état d’une éventuelle hausse de ces produits dans les prochains jours si toutefois les conditions de transport des marchandises vers l’intérieur du pays ne s’améliorent pas dans un bref délai. Car disent-ils, le mauvais état de la route national numéro 1 Labé – Conakry commence à décourager plusieurs chauffeurs qui préfèrent éviter ce trajet qui est de nos jours un véritable parcours de combattant pour les usagers.

Par ailleurs, les produits locaux cultivés ou préfabriqués dans la région comme le fonio, le manioc, le soumbara, le maïs, le tamarin, …se font de plus en plus rares même dans les marchés hebdomadaires, a appris Guinéenews© de source concordantes. Voilà pourquoi le prix d’acquisition et de vente de ces produits locaux est de nos jours considérablement au dessus de la normale.

Rencontrée au marché central de Labé, Barry Kadiatou une femme qui propose habituellement divers produits locaux a tenté de soulager notre curiosité : « Nous vendons le kilogramme de maïs à 6 500 GNF, le fonio à 9 500 GNF, le tamarin à 10 000 GNF, les haricots à 28 000 GNF le kilogramme, le manioc à 3 500 GNF et le manioc en poudre à 5 000 GNF. Le mil est vendu chez nous à 10 0 00 GNF. Actuellement, le fonio se fait rare à Labé ; au marché hebdomadaire, on nous vend le kilogramme à 7 000 ou 7 500 GNF et nous nous revendons à 9 000 GNF le même kilogramme. C’est un peu cher », estime-t-elle.

Madame Ramata Guémé, détaillante, nous parle du prix de la pomme de terre qui commence à s’affoler : « le kilogramme de pomme de terre qui était vendu entre 2 500 et 3 000 GNF les précédents jours, se négocient aujourd’hui à 6 000 GNF. Il y a vraiment une hausse à ce niveau car ce n’est pas facile de trouver le produit en ce moment », justifie-t-elle.

Pour ce qui est du soumbara appelé couramment bouillon local, Camara M’ma y est allée de son mot : « Trois boules de soumbara se vendent à 1 000 GNF et les cinq boules à 2 000 GNF. C’est le prix actuel ; les jours passés, les boules étaient petites mais actuellement, on en trouve de très grosses ; la dernière fois, il y avait même une rupture », soutient-elle.

Cette situation s’explique selon plusieurs observateurs par le fait que ces produits locaux sont quotidiennement exportés en masse par les producteurs et les commerçants vers les pays voisins comme le Sénégal, le Mali, la Gambie, la Guinée Bissau pour ne citer que ceux-ci. Des pays dans lesquels ils sont parfois reçus en surnombre.

Pour boucler la boucle, on s’est finalement intéressé au prix de la viande et du poisson. Madiou Paraya (bouché) justifie la hausse intervenue sur le kilogramme de viande par la crise de bêtes qui selon lui frappe la région : « Le kilogramme de viande est vendu aujourd’hui entre 30 et 35 000 GNF. On traverse une période de crise de vache à Labé et avec le lancement de la campagne agricole, les éleveurs préfèrent utiliser leurs vaches dans les travaux champêtres. Ce n’est pas à cause du mois de Ramadan que le prix a augmenté c’est la saison qui en ait la cause. Dès qu’on aura des bêtes, on va revoir le prix à la baisse », promet ce boucher rencontré au marché central.

Quant au prix du poisson, Madame Aissatou Bobo Bah a partagé s’est sentiments : « Le prix de poisson est cher, le kilogramme se négocie à 19 000 GNF au frigo et nous nous revendons à 20 000 GNF pour l’instant. »

Voilà en gros, la situation du prix des produits de première nécessité dans la préfecture de Labé. Notre reportage a été réalisé à quelques heures seulement du mois saint de Ramadan.

Cet article Panier de la ménagère à Labé : Zoom sur les prix des denrées de première nécessité est apparu en premier sur Guinéenews.

Religion : le mois de Ramadan débute ce samedi 27 mai en Guinée (Officiel)

Les fidèles musulmans guinéens à l’instar de certains de leurs frères en islam du monde, observeront à partir de ce samedi 27 mai le début du mois saint de Ramadan, a annoncé ce vendredi soir sur les ondes des médias d’Etat, le Secrétaire général des Affaires Religieuses,.

Selon Abdoul Karim Dioubaté, le croisant lunaire a été observé ce vendredi soir à plusieurs endroits de la Guinée.

A titre de rappel, le mois de Ramadan correspond au neuvième mois du calendrier hégirien. Tout au long de ce mois saint de Ramadan (les 29 ou 30 prochains jours), les musulmans ayant l’âge requis de jeûner et qui sont en bonne santé, doivent s’abstenir de boire, manger, fumer, des relations sexuelles de l’aube au coucher du soleil.

Cet article Religion : le mois de Ramadan débute ce samedi 27 mai en Guinée (Officiel) est apparu en premier sur Guinéenews.