Archief

Categories

de l’obligeance

CENI: voici la première déclaration du nouveau président qui se présente comme l’exact contraire de son prédécesseur

A peine élu ce mardi 4 juillet par ses pairs de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) comme président de ladite institution, Me Salif Kébé, au sortir de la plénière extraordinaire, a fait à la presse une déclaration dans laquelle il a précisé n’être pas un potentat ou celui qui donne des ordres irrévocables. Il se décrit comme celui qui exécute la décision collégiale de l’ensemble des commissaires.

Voici in extenso la toute première déclaration de Me Salif Kébé faite à la presse juste quelques minutes après son élection à tête de la CENI. Lisez!

«A l’issue de cette élection, ma pensée va à l’ensemble des commissaires. Ceux qui sont présents mais surtout ceux qui sont absents. Hier (lundi 3 juillet, NDLR), nous enterrions notre collègue Yéro Condé. Avant lui, il y a eu Maxime Caliva Koïvogui, Dr. Ibrahima Diallo, Yaya Kane et dans l’ancienne CENI, il y a eu Ben Sékou Sylla. Tous ont servi ce pays avec abnégation et dévouement. Je prie le bon Dieu pour qu’il les accueille dans son Paradis.  A mes collègues commissaires de la CENI, je dirais qu’ils n’ont pas élu un président, ils se sont mis tous dans l’ordre de bataille aux côtés de leur frère. Je veux dire que le président de la CENI n’est pas le potentat ou celui qui donne des ordres irrévocables, c’est celui qui exécute la décision collégiale de l’ensemble des commissaires et c’est ce que j’entends faire dans l’humilié, dans la sérénité mais aussi dans la détermination. A la CENI, nous évoluons dans un domaine qui est extrêmement difficile, celui qui consiste à organiser des élections acceptées de tous. Je prie chacun d’entre vous d’être nos messagers pour dire que la CENI de Guinée se met au travail dans le respect de la loi pour que nous puissions aboutir à des élections acceptées de tous les Guinéens de quel que bord qu’il soit. Je remercie mes collègues commissaires pour la confiance qu’ils ont portée en ma modeste personne. Je reste à leur disposition et je sais qu’ils sont à ma disposition depuis qu’on a commencé à travailler».

Propos recueillis par Sékou Sanoh pour Guinéenews