Archief

Categories

classes

Guinée : Les classes réouvrent dans des écoles délabrées, à Fria

Si les vacances scolaires profitent aux élèves comme temps de divertissement une façon de se déstresser et de voyager, cela devrait être une opportunité pour les autorités locales de se soucier à remettre les écoles dans leur état normal.

De l’école élémentaire Cité fonctionnaire à l’école élémentaire Sabendè en passant par celle de Mahatma Gandy dans la commune urbaine, certaines salles de classes de ces différentes écoles sont dans un état de délabrement très poussé : toitures perforées par endroit, manque criard de tables bancs et pire, manque de toilettes et de fontaines a constaté. Tel est le constat fait par la  rédaction locale de Guinéenews© sur place.

Sans langue de bois, Aboubacar Camara directeur de l’école élémentaire Mahatma Gandy pense ne pas recevoir certains éléves dans ces conditions. « Vraiment, mon établissement créé en 1971 qui était l’école mère de Fria avec un effectif prévisionnel de 750 élèves à nos jours, est complètement dégradé, j’ai sept classes creuvasées fermées par manque de mobiliers et de tables bancs surtout la toiture de quatre bâtiments complètement perforée. Les toilettes et les fontaines sont hors d’usage avec de grands trous creusés par les rats et les reptiles, alors les enfants n’ayant pas où aller se mettre à l’aise sont obligés de se blôttir derrière les classes fermées. Toutes les autorités sont tous les ans, informées de la situation et rien n’est fait pour sauver cette école. Même si ces autorités viennent ici, nous ne seront pas en mesure de recevoir les autres enfants cette année par manque de mobiliers dans les salles de classes « , a-t-il déclaré.

Même son de cloche pour l’école élémentaire Sabendè, comme le dit Madame Baldé Adama Hawa Diallo directrice de cette école en ces termes :  » L’école élémentaire Sabendè est vieille de cinquante sept ans avec un effectif prévisionnel de 649 élèves dont 348 filles ; elle a d’énormes problèmes entre autres : mauvais état de deux bâtiments qui abritent les CP2 et les CE1, un manque d’eau pour que les enfants puissent se désaltérer, pas de toilettes, insuffisance de tables bancs et des matériels didactiques, certains tableaux défectueux. Nous remontons l’information toutes les années au niveau des autorités qui très malheureusement ne réagissent pas et cela nous oblige à procéder aux classes à double flux « , a-t-elle expliqué.

A fria, l’entretien des écoles élémentaires relève de la commune, c’est pourquoi le président de la délégation spéciale affirme avoir réparé certaines écoles à la hauteur de ses moyens mais pour le reste, il tend la main aux personnes de bonne volonté.

Le directeur sous-préfectoral de l’éducation de Fria 1 en charge de toutes les écoles de la commune urbaine reconnait lui aussi avoir reçu les informations sur le mauvais état de certaines écoles. Abdoulaye Sylla a pour sa part rappeler aux responsables de ces différents établissements que les montants des inscriptions et réinscriptions ne sont pas destinés à leurs poches mais doivent servir à l’entretien de ces écoles.

Lors de son passage dans la cité de l’alumine pour le lancement des épreuves du baccalauréat, le ministre Ibrahima Kalil Konaté avait laissé entendre qu’après toutes les dépenses liées aux examens, il lui est resté plus de trente milliards qu’il compte utiliser pour faire face à certains problèmes de son département notamment la rénovation et la construction d’écoles. Après cette revélation, Moriba Sidibé, l’ex directeur préfectoral de l’éducation lui avait sur le coup demander de penser à Fria.

Va-t-il le faire ? C’est la question que se pose plusieurs citoyens.