Archief

Categories

banque

Primature: ce coup de fil d’Alpha Condé qui décoince les pourparlers qui se poursuivent encore cette nuit

Nous sommes aux environs de 19 heures et les négociations entre syndicat et patronat des banques privées se trouvent dans une situation d’impasse totale…

Le Premier ministre, Chef de Gouvernement Mamady Youla, qui préside les négociations déjà grippées depuis le samedi à cause de la volte-face de dernière minute des Patrons des banques,  n’arrivait toujours pas à trouver la potion magique pour concilier les positions des deux parties antagoniques.

Après 7 heures chono de pourparlers, le téléphone du Secrétaire général de La FESABAG Abdoulaye Sow sonna, au bout du fil, le président Alpha Condé qui se trouve actuellement en visite de travail au Soudan, pays du président El Béchir.

Contrairement à ses habitudes, il envoie un message plutôt apaisé envers son interlocuteur

«Je vous demande de prendre en compte l’intérêt de la nation en ce mois Saint de Ramadan. Faites en sorte qu’un dénouement soit trouvé à  votre mouvement de grève… » Fin de citation.

Un message qui aurait été finalement favorablement accueilli par le bouillant Abdoulaye Sow.

Un coup de fil qui aura produit son effet chez les Représentants du syndicat des travailleurs des banques lesquels ont commencé à assouplir considérablement leur position dans les négociations portant sur les 11 points de revendications.

Ainsi interpellés par le chef de l’Etat sur leur responsabilité vis-à-vis de leurs camarades travailleurs et des difficultés que traverse le peuple,  les syndicalistes ont aussitôt demandé une suspension à effet de  se concerter avec leur base.

Ils reviendront dans la salle des négociations aux environs de 20 heures 30 mn avec 11 autres membres du bureau exécutif de la Fesabag.

Les négociations se poursuivent au moment même où nous mettons en ligne cette dépêche.

Bangaly Toure depuis le Palais de la Colombes, siège de  Primature pour Guinéenews.

 

Cet article Primature: ce coup de fil d’Alpha Condé qui décoince les pourparlers qui se poursuivent encore cette nuit est apparu en premier sur Guinéenews.

Banques : les syndicalistes décidés à poursuivre la grève, reprise des négociations à la Primature 

La grève des travailleurs de banque déclenchée la semaine dernière se poursuit ce lundi en Guinée sans aucun service minimum. A Kaloum, centre d’affaires et de l’administration, tout comme en banlieue, les banques sont restées fermées depuis le matin.

Dans la matinée, vers 9 heures, les représentants de la Fédération Syndicale Autonome des Banques, Assurances et Microfinances (FESABAG) ont rencontré les travailleurs à l’agence d’une banque de la cité Chemin de Fer. Au cours de cette rencontre, les travailleurs ont demandé la poursuite de la grève, ainsi que des négociations avec le Premier ministre.

A l’issue de la réunion, les travailleurs ont marché de la Cité Chemin de Fer à la Primature. A l’entrée de la primature, en majorité habillés en rouge, ils ont entonné l’hymne national avant de laisser leurs cinq représentants rentrer pour les négociations avec le Premier ministre et le gouverneur de la Banque Centrale de Guinée, Dr Lounceny Nabé. « Restez mobilisés derrière nous, et comptez sur nous…Tant que vous ne nous voyez pas à la télévision, les banques ne sont pas ouvertes »,  leur a lancé Abdoulaye Sow, secrétaire général de la FESABAG.

À suivre…

 Sékou Sanoh et Tokpanan Doré

Cet article Banques : les syndicalistes décidés à poursuivre la grève, reprise des négociations à la Primature  est apparu en premier sur Guinéenews.

Grèves des banques : Les négociations dans l’impasse, pas de service minimum, les travailleurs convoqués

« Le ministre de l’Enseignement Supérieur s’est déjà exprimé là-dessus, nous espérons que la raison va revenir. Les universités privées ont des engagements avec l’Etat mais aussi avec la population. Les échéances jusqu’à présent ont été respectées par l’Etat. »

Un nouvel échec a été enregistré le samedi 27 mai dans les négociations entre les patrons des banques et le syndicat des travailleurs des banques, des microfinances et des assurances, a-t-on constaté sur place.

Cette fois-ci, c’est sous l’égide du premier ministre Mamadi Youla et les ministres de la Justice, Me. Cheick Sako et la Sécurité, Me. Abdoul Kabèlè Camara que les négociations ont échouées.

« Depuis le 23 mai, nous sommes en grève. Les premières négociations ont été entamées sous la médiation de l’Inspection Général du Travail et de la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) qui a pris fin le 25 mai sans succès. Le 26 mai, nous nous sommes rendus à la Primature. Les ministres d’Etat à la Justice, Me. Cheick Sako et de la Sécurité et de la Protection Civile, Me. Abdoul Kabèlè Camara y étaient présents. Nous nous sommes entendus sur le niveau du relèvement des salaires. A notre fort étonnement, sur la table de négociation, nos patrons ont tout nié. Ce qui veut dire qu’ils ne sont pas conscients de la situation actuelle du pays. Donc, ils seront responsables de tout ce qui va arriver. En tout cas, la grève continue parce que nos légitimes revendications ne sont pas prises en compte », a largement expliqué le Secrétaire Général de la FESABAG, Aboulaye Sow qui était de passage dans les locaux de Guinéenews©.

Toutefois, M. Sow a appelé tous les travailleurs des banques, des microfinances et des assurances à se rendre ce lundi 29 mai à la Cité chemin de fer à Kaloum pour une communication.

Les banques doivent-elles assurer un service minimum ? Abdoulaye Sow dit non, il er explique : « Chacun interprète la Loi en sa faveur sinon, les banques ne sont pas concernées par cette question de service minimum. »

Pour le camarade Sow, le code du travail n’a pas cité les banques parmi les entreprises qui doivent assurer le service minimum en cas de grève. « Je rappelle que dans l’ancien code de Travail 1995, les Banques ne sont pas citées parmi les services qui doivent donner un service minimum en cas de grève. Le code de 2014 qui est en vrac, n’a pas de texte d’application. Alors, en l’absence d’une nouvelle Loi, l’ancienne prévaut toujours. Donc, nous ne sommes pas concernés par cette question », a-t-il coupé court.

Cet article Grèves des banques : Les négociations dans l’impasse, pas de service minimum, les travailleurs convoqués est apparu en premier sur Guinéenews.

Suivez le JT d’Espace TV du vendredi 26 mai 2017

Cet article Suivez le JT d’Espace TV du vendredi 26 mai 2017 est apparu en premier sur Guinéenews.

Paralysie des banques: les négociations ont échoué, la grève continue (Syndicat)

La grève générale illimitée déclenchée le 23 mai par le bureau exécutif national de la Fédération Syndicale Autonome des Banques, Assurances et Micro finances (FESABAG) est largement suivie à Conakry. Les négociations engagées depuis avec le patronat des banques sous les auspices de la BCRG, s’enlisent, pire comme a annoncé le Secrétaire général du syndicat des travailleurs des Banques et assurances, la FESABAG Abdoulaye Sow, elles ont simplement échoué.

«Les négociations ont échoué, la grève continue», a-t-il déclaré cet-après midi au téléphone de Guinéenews.

Par ailleurs d’après les constats de Guinéenews sur le terrain, les portes des différentes banques de Kaloum sont ouvertes mais aucun service n’est assuré pour les clients. Dans les agences d’Ecobank comme un de ses responsables nous l’a confié, le service minimum est assuré. Les guichets automatiques continuent de soulager les clients qui détiennent les cartes magnétiques.

A la rentrée des agences des banques, un dispositif sécuritaire mixte composé de gendarmes et de vigiles est visible. «Il n’y a pas de service», nous a sèchement répondus un gendarme alors qu’on voulait accéder à l’intérieur de la salle.

A l’agence SGBG, située en face du commissariat central de Kaloum, non seulement les portes sont hermétiquement fermées, mais aussi le guichet automatique est hors usage.

«Depuis le jeudi, je fais mes retraits à partir de ma carte magnétiques. C’est vraiment énervant qu’on ne puisse pas prendre son argent même devant l’urgence», s’est plaint un client d’Ecobank.

Il faut enfin signaler que l’agence principale de la Banque Centrale de la République de Guinée continue, elle, de servir ses clients contrairement aux banques primaires de la place.

 

Cet article Paralysie des banques: les négociations ont échoué, la grève continue (Syndicat) est apparu en premier sur Guinéenews.

Des banques fermées : Les citoyens de Fria en colère à moins de 24 h du début de Ramadan

La fermeture des banques en ce troisième jour de grève ne semble pas réjouir  les fonctionnaires, commercants et citoyens de la cité de l’alumine à quelques heures du début du ramandan. Tous avaient fondé espoir ce matin, afin  de rallier les banques pour faire des retraits et faire  face aux dépenses nutritionnelles. Face à cette triste situation, la désolation se lit dans les visages des citoyens, a constaté la rédaction locale de Guinéenews© sur place.
 » Les travailleurs des banques ont profité de l’approche du carême pour mettre pression sur leurs responsables pour obtenir une augmentation tandis qu’ils ont le double de ce que perçoivent les fonctionnaires. Ils ne faudrait pas qu’ils oublient qu’on ne construit pas son bonheur sur le malheur des autres. Vraiment, ils ont très mal choisi le moment ; ils auraient pu attendre la paie et déclencher leur grève. C’est avec un coeur serré que les fonctionnaires débuteront le jeûne tout en rappellant que le peu qu’ils gagnent par rapport aux banquiers ne les suffit pas, et s’ils ne l’ont pas c’est autre chose « , a déclaré Mohamed Condé,  un fonctiionnaire rôdant autour de la banque venu aussi faire un retrait.
Thierno Baldé pense quant à lui que la Guinée est un pays de pagaille car n’importe qui se lève un jour et déclenche une grève.  » Je ne sais pas dans quel pays on se trouve ? Pas de loi, pas de respect des gens. Ceux qui ont déclenché cette greve n’ont même pas pensé qu’ils sont des musulmans ; ils vont prendre tous les péchés. Nous les commerçants, nous sommes bloqués, on ne peut pas prendre notre argent pour aller chercher les marchandises. On nous demande de diminuer les prix en ce mois saint et on nous empêche de prendre l’argent. Nous sommes dans un pays de merde. S’ils veulent, ils n’ont qu’à fermer pendant un mois, ceux sont les populations qui vont souffrir « , a-t-il regretté.
Partout, c’est le même refrain ; les femmes qui attendent leurs maris pour faire le marché du ramadan sont autant plus en colère que même les travailleurs de la société se trouvent se trouvent eux-aussi dans la même situation.
A quand la fin de ce calvaire ? Les populations n’ont que leurs yeux pour pleurer tout en se remettant à la volonté de Dieu.

Cet article Des banques fermées : Les citoyens de Fria en colère à moins de 24 h du début de Ramadan est apparu en premier sur Guinéenews.