Archief

Categories

avenir

Ministère des pêches: l’avenir de la filière pêche artisanale est-il compromis?

En dépit du développement intensif de l’aquaculture prôné à grands tapages médiatiques, en dépit des eaux maritimes les plus poissonneuses de la sous-région, en dépit de la vente massive des licences de pêche aux grands chalutiers de pêche industrielle, le poisson se fait de plus en plus rare et cher sur le marché guinéen. On se demande si la politique de quota et le repos biologique sont respectés par les pêcheurs côtiers et pélagiques. 

Dans le passé, on entendait les pêcheurs artisanaux se plaindre des agressions dont ils sont l’objet en eaux profondes par les grands bateaux à filets à mailles non-conventionnelles sans que la surveillance et la sécurité maritime n’interviennent.

Selon certains pêcheurs artisanaux, les grands bateaux abordaient et endommageaient les frêles embarcations, détruisaient leurs filets pour les éloigner des lieux poissonneux. Parfois, des attaques à la Kalachnikov se faisaient pour dérober des captures des artisanaux.

Le marché  du poisson est plus actif en haute-mer qu’en terre ferme.  Quant à la vente et la commercialisation du poisson sur le territoire national, le ministère des Pêches, de l’Aquaculture et de l’Economie Maritime s’est montré complètement laxiste ou hors sujet. On peut se demander sur son efficacité ou sa compétence.

Alpha Condé disait que les Guinéens mangent trop de la viande rouge, que cela n’est pas bon pour le cœur, mais il n’a pas tout diagnostiqué puisqu’il n’a pas parlé de goutte et de chiragre. 

Lors de la transition sous Sékouba Konaté, le Premier ministre Jean-Marie Doré avait fait un coaching bizarre en nommant  Korka Diallo ministre de la pêche. Un article de presse avait critiqué ce coaching en démontrant que Korka ne ressemblait pas à un pêcheur.

Quand son ami et fidèle compagnon de lutte est arrivé à l’issue des élections de 2010, il a réparé cette erreur en nommant le même Korka Diallo ministre de l’élevage. Korka était si comblé qu’il était allé se faire filmer par les caméras de la RTG en compagnie des vaches et là, il ressemblait vraiment à un éleveur de bétail. Mais voilà un autre coaching hétéroclite, c’est André Loua qui est à la tête des pêcheurs et on se demande si vraiment celui-ci ressemble à un quelconque poisson, même à un cœlacanthe pour connaître tous les arcanes de cette filière glissante, puisqu’il a suspendu indument certaines licences de pêche artisanale qui ravitaillaient suffisamment le marché local et qui contribuaient à alléger la pollution par un système de séchage industriel de poisson.

Lors d’une émission sur Lynx-FM, un certain Habib Bah (ou Diallo, on ne sait plus) en avait fait état avec une amertume volubile et il se trouve que la victime est du même terroir que André Loua. Si c’est une infraction manifeste, on ne dit pas, mais la sanction de suspension a trop duré, semble-t-il, si ce n’est pas l’intention d’étouffer ce pêcheur, n’est-ce pas qu’il faudrait revoir ce cas ? Tous les autres problèmes liés à cette affaire, si ce sont des erreurs humaines, elles peuvent être résolues le simplement que possible…

Il faut protéger et promouvoir la pêche artisanale pour le bien du marché local. C’est le leitmotiv du ministère de la pêche.

Moïse Sidibé

Cet article Ministère des pêches: l’avenir de la filière pêche artisanale est-il compromis? est apparu en premier sur Guinéenews.