Archief

Categories

autorités locales

Insalubrité du parc de bétail de Thianguel Bori : Les autorités tirent la sonnette d’alarme

La sous-préfecture de Thianguel Bori est située à environ 75 kilomètres de la commune urbaine de Lélouma sur la nationale Labé-Koundara. Cette localité est voisine des préfectures de Mali et de Gaoual, deux zones d’élevage par excellence. Ce parc de bétail est sans doute l’un des plus fournis en cheptel de la région administrative de Labé.

Construit vers les années 1991, il se trouve aujourd’hui dans un état de délabrement très avancé. Quelques retouches seulement ont été effectuées depuis par les autorités locales.

Les grillages qui servent de clôture sont à terre, les bureaux du service d’élevage délabré. Sans oublier le manque d’hygiène et d’espace dans l’unique hangar où sont attachés les animaux. Dans la cour, c’est le désordre total. Des vendeurs de chèvres, de moutons et de bœufs, en petits groupes, attendent çà et là, sous un soleil de plomb, des clients. Tel est le constat fait par la rédaction locale de Guineenews.

«Regardez par vous-même l’état des lieux. Ce ne sont ni les bureaux, ni le hangar, tout est critique. Le hangar devant abriter les chèvres et les moutons est à l’étape du soubassement. Il y a vraiment beaucoup à faire. Le hangar où sont actuellement les bœufs est franchement vétuste et insalubre», déplore Dr Mohamed Diakité, chef de poste de l’élevage.

A l’en croire, les autorités préfectorales sont saisies de la situation. Mais il ne pense pas que la commune rurale, à elle seule, puisse faire tout le travail dont a besoin ce parc actuellement.

« Le travail à faire ici est énorme. Et sans soutien des partenaires au développement, je ne pense pas que la commune seule sera en mesure de l’effectuer », explique-t-il.

Poursuivant, Dr Diakité dénonce l’inefficacité et la non-implication du comité de gestion du parc pour la bonne marche des activités. «  Il y a un comité de gestion, mais qui, franchement,  ne fait pas pleinement son boulot. Il est inactif ».

Aujourd’hui, Mohamed Diakité reste sceptique sur l’avenir de ce parc, si toutefois les autorités ne font rien pour redorer son image car les rivalités entre les préfectures sont rudes pour garder un tel bijou chez soi.

« Une chose reste claire, si rien n’est fait pour restaurer et réorganiser ce parc, j’ai peur pour son avenir. Actuellement, des localités sont en train de se battre pour avoir un parc chez elles. C’est le cas de Kounsitel, dans Gaoual. Et cette localité est mieux placée pour ceux-là qui viennent de Mali, de Koundara et même de Télimelé. Et n’oubliez pas que ce sont ces derniers qui nous approvisionnent ici », explique-t-il.

Interrogé sur cette question de restauration et de gestion de ce parc, vitrine incontournable et source de recettes de ladite collectivité, le secrétaire général nous rapporte que la commune avait effectué quelques travaux de réfection. « On a investi quelque chose de 12 millions pour la restauration des bureaux du chef de poste. Nous avons payé des tôles et des chevrons pour tout refaire ».

Une réfection qui reste encore à désirer une fois à l’intérieur de ce bureau, car presque rien n’a changé. Le bureau reste complètement délabré et ressemble à tout sauf à un lieu de travail idéal.

Néanmoins, Alpha Mamoudou pense que la restauration de ce parc sera la priorité des priorités dans leur plan d’action, exercice 2018.

Malgré l’étendue et l’importance du parc de bétail de Thianguel Bori, il n’y a pas d’abattoir ici. Les bouchers font recours aux particuliers pour dépiécer leurs animaux.

« Nous n’avons pas d’abattoir. Et si vous vous rendez là où sont égorgés ces animaux, franchement, vous verrez que ce n’est pas la peine. C’est inapproprié. Aucune mesure d’hygiène. Tout se passe à même le sol », dénonce Dr Diakité.

Toujours, selon lui, à chaque bœuf tué, 25 000GNF sont  payés par le boucher comme taxe d’abattage. Une somme qui reviendrait à la commune.

A noter que la taxe de stationnement est de 3 000GNF par bœuf et 1500 GNF par chèvre et par mouton.

Abdourahamane Barry, de retour de Thianguel Bori, Lélouma pour Guinéenews©   

Siguiri : Plusieurs arrestations signalées dans deux districts après des scènes de violences

Selon des sources concordantes, les autorités locales de Siguiri auraient procédé à plusieurs arrestations dans la soirée du lundi 17 juillet dans les rangs des personnes en lien avec les récents affrontements ayant opposé deux villages voisins de la commune urbaine au sujet d’une mine d’or ainsi qu’avec des violences  entre bureaux antagoniques du district de Bouré-Fatoya, a-t-on appris.

D’après une de nos sources, une dizaine de membres des deux bureaux adverses de Fatoya seraient déjà mis aux arrêts et détenus à la prison civile de Siguiri.

Pour en savoir plus, la rédaction locale de Guinéenews© a contacté le juge de paix de Siguiri Abdoulaye Conté qui n’a pas accepté pour le moment de faire de commentaire sur lesdites interpellations. Il a toutefois, promis de se prononcer bientôt sur ce dossier, nous-a-t-il confiés au bout du fil.

Les conflits sont devenus monnaie courante à Siguiri ces derniers temps. Les gens s’affrontent souvent au tour des gisements de mine qu’ils exploitent de façon artisanale dans la région.

Gueckedou: le Gouverneur de N’Zérékoré invite autorités locales et populations à l’apaisement

Il y a de cela deux mois que les autorités préfectorale et communale étaient décriées par la population. C’est un problème qui tourne au tour d’un domaine public attribué à l’énergie que la population voudrait récupérer pour l’implantation d’une centrale électrique dans une préfecture qui n’est pas encore desservie en électricité.

Après avoir reçu une lettre de la jeunesse, le Gouverneur de la Région est arrivé depuis le 7 juin dans la préfecture de Gueckedou.

Au cours d’une réunion à la préfecture, le gouverneur de N’Zérékoré, après avoir écouté, tour à tour, le conseil préfectoral des sages, les représentants de la jeunesse et des femmes, le Préfet et le Président de la délégation, a exhorté autorités locales et populations à se donner la main pour promouvoir la paix et la prospérité de Guéckédou.

«Certes le maire et le préfet sont incriminés dans ce problème, mais ils n’y sont pour rien. Je demande à tout le monde de jouer à l’apaisement. Je m’adresse à la jeunesse, mes frères ; aux femmes, nos mamans ; aux sages, nos papas. Si le préfet et le maire ne s’étaient pas impliqués dans le sens de la recherche d’une solution, j’aurais pris des sanctions à leur encontre, mais la solution n’est pas ici, c’est à Conakry. C’est pourquoi je m’engage à rendre compte fidèlement les vœux de la population aux membres du Gouvernement que je représente dans la Région. Mais, je n’ai pas les derniers mots. Je demande à tout  le monde de contribuer à la recherche d’une paix durable. Car, on ne saurait apprécier l’importance de la paix que lorsqu’on la perd’’, a fait savoir le gouverneur de région, Lancéï Condé avant d’inviter tout le monde à l’unité et à la cohésion sociale. ‘’Autorités préfectorale et communale, je vous confie la population de Gueckedou. Populations de Gueckedou, je vous confie le préfet et le maire. Personne n’est parfait, il faut qu’il y ait la tolérance et l’acceptation mutuelle», leur a lancé en substance.

Alpha Amadou Bah, Correspondant à Gueckedou

Cet article Gueckedou: le Gouverneur de N’Zérékoré invite autorités locales et populations à l’apaisement est apparu en premier sur Guinéenews.