Archief

Categories

autorités et citoyens en communion

Kouroussa: l’Aïd célébrée sous le signe de la réconciliation et de la cohésion

Après 30 jours de pénitence et de prières intenses, les fidèles musulmans  de Kouroussa, à l’instar de leurs coreligionnaires du reste de la Guinée, ont célébré   la fête de  l’Aïd  El Fitr le dimanche 25 juin. C’est dans les environs de 9 heures  que les fidèles musulmans ont commencé à rejoindre les sept lieux de prière définis par les autorités locales.

Comme d’habitude, c’est à la mosquée centrale où les autorités préfectorales, communales ont autour du grand imam Ibrahima Baba Cissé qui a dirigé la prière.

Les fidèles musulmans, vêtus de leurs plus beaux habits, ont tous prié dans la communion pour la paix et la cohésion sociale. Dans son sermon, le grand imam a appelé  les Guinéens à la tolérance et à la réconciliation nationale.

«L’unité et la paix n’ont pas de prix, acceptons nous les uns et les autres. Il ne faut jamais accepter la division entre les  religions. Donnons-nous  la main pour le progrès de ce pays. Nous avons le devoir d’œuvrer  en tant que serviteur du tout puissant, maître de la terre et du ciel pour la paix et la cohésion. Dieu nous invite à collaborer  étroitement… en respectant la nature et en la protégeant contre  les destructeurs  malveillants qui n’ont l’intérêt que leurs propres gains égoïstes…», a-t-il lancé.

Après les deux rakats marquant la fin du ramadan, le grand imam a rappelé aux fidèles musulmans  que les prières et autres bonnes  actions ne s’arrêtent pas  avec la fin du ramadan.

Cette fête a été mise à profit  par les autorités préfectorales, communales pour demander pardon avant de formuler les vœux les meilleurs pour tous habitants de Kouroussa et de la Guinée toute entière.

«Nous remercions Dieu, le tout puissant de nous avoir donné l’occasion de fêter cette fête  de Ramadan, après un mois d’abstinence conformément aux recommandations de notre religion », a déclaré le Vice-maire de la commune, Lamine Kouyaté.

Malgré la conjoncture actuelle, certains pères de famille n’ont pas  manqué à prendre part à cette grande prière. L’uns d’entre eux nous a confiés ceci : «je me sens très bien, puis que j’ai fêté en famille. Tout le monde est présent ici à Kouroussa et c’est une rare occasion de célébrer la fête de l’Aïd  el Fitr en présence de tous les membres de la famille… »

Nouhan Magassouba, directeur de la radio Djoliba a, quant à lui, insisté sur le  que la fête de cette année n’a rien de commun avec les autres fêtes de ramadan. On s’est juste contenté du peu qu’on avait pour  que la fête soit belle, a-t-il indiqué avant de mettre l’accent sur la paupérisation de plus en plus généralisée de la population guinéenne.

Après  la prière, les fidèles musulmans ont regagné  leurs domiciles pour poursuivre la fête autour du traditionnel repas de la mi-journée.