Archief

Categories

autorités et bouchers accusés

Pénurie de viande à Fria: la population ne sait plus à quel saint vouer

A quelques heures de la célébration de la fête de l’Aïd El-Fitr qui marque la fin du jeûne du mois saint de Ramadan, les femmes de la Cité de l’alumine sont plus que jamais confrontées à une pénurie aigüe de viande.

Devant ce désarroi, N’Sira Soumah se dit déçue des bouchers et des autorités qui ne font rien pour alléger le panier de la ménagère en ces périodes de fête.

“ A Fria, les commerçants sont très mauvais. Ils n’ont pas peur de Dieu, ils font ce qu’ils veulent. Je suis venue avec 200.000 fg pour le marché de la fête, mais tu ne peux rien trouver de bon. Les légumes sont chers et on vient à la boucherie acheter de la viande, on ne trouve rien. C’est grave ! Les autorités ne font rien pour trouver la solution. Ce n’est pas tout le monde qui mange du poulet. Je suis même très déçue”, s’est-elle lamentée.

Pour en savoir davantage, le correspondant local de Guinéenews a approché quelques bouchers qui ont accepté d’avancer quelques explications par rapport à cette pénurie de viande.

“Vraiment nous les bouchers, nous sommes désolés d’assister à une situation pareille. Certains pensent que c’est parce que nous voulons augmenter le prix. Il n’en est aucune le cas. C’est tout simplement parce qu’actuellement il  n’y a pas de bœufs. Sinon nous avons toujours vendu le kilo à 27.000 fg et le prix ne changera pas s’il plaît à Dieu. Nous sommes tous des musulmans et nous n’avons pas le droit de faire du mal à notre prochain”, a fait savoir Alpha Mamoudou Bah,  porte-parole des bouchers.

Approché, le Directeur préfectoral de l’élevage Alban Bangoura tout en avançant d’autres raisons à cette pénurie, rassure les populations qu’une solution sera trouvée avant la fête.

“La situation à laquelle nous assistons n’est pas habituelle à Fria. Les bouchers ont la volonté d’abattre des bœufs pour satisfaire les populations. Mais, ils n’ont pas de liquidités pour aborder les éleveurs qui refusent de leur livrer les bêtes à payer après la vente. C’est la véritable raison de cette pénurie à la veille de la fête. Je m’implique à l’instant même avec le bureau des vendeurs de viande pour trouver une solution et je rassure que tout rentrera dans l’ordre s’il plaît au bon au Dieu pour que les fidèles musulmans puissent bien fêter”,  s’est-il engagé.

En attendant que le problème de viande ne trouve solution, les vendeurs de poulets, quant à eux, se frottent les mains comme pour dire que le malheur des uns fait le bonheur des autres.