Archief

Categories

autopsie

Mondial 2018 : autopsie de l’élimination méritée du Syli en six matches

Les éliminatoires de la Coupe du monde 2018 ont pris fin en Afrique. C’est désormais connu, le Syli national de Guinée ne fera pas partie des 32 sélections devant se partager les 400 millions de dollars des primes de qualification de la FIFA.

Et pour cause ? La Guinée, dernière de son groupe, s’est fait damer le pion par la Tunisie. En six matches joués, elle a enregistré cinq défaites contre une seule victoire. Elle est allée chercher le ballon quatorze fois dans les filets contre six buts marqués.

Gestion de l’effectif

C’est depuis la quatrième journée des éliminatoires sanctionnée par sa courte défaite à Monastir contre la Libye à Monastir (0-1) que le Syli a dit adieu au mondial 2018.

Le paradoxe, c’est le choix de Lappé Bangoura, qui peine à avoir son onze-type. En six matches, Naby Yattara, Aziz Keita (1-4 contre la Tunisie à Conakry) et Moussa Traoré (1-3 contre la RDC à Kinshasa), se sont succédé dans les buts du Syli.

En six sorties également, le brassard de capitaine a changé de titulaire à quatre reprises. Ibrahima Traoré, Fodé Camara Kuffour, Naby Keita Deco et François Kamano.

En six matches enfin, onze joueurs se sont succédé au front de l’attaque du Syli pour seulement six buts marqués contre neuf défenseurs pour quatorze buts encaissés.

Gestion des matches

En six matches, le Syli s’est bien comporté pendant la première explication. Il a rejoint les vestiaires, par exemple, soit auteur du nul par trois fois (Tunisie- Guinée 0-0, RDC- Guinée 0-0, Guinée- Tunisie 1-1). Soit, il mène au score par deux fois (Guinée- RDC 1-0, Guinée- Libye 2-0). Soit il est mené au score (Libye- Guinée 1-0).

Mais c’est au retour des vestiaires, que le Syli enregistrera des bourdes les plus fatales.

Contre la Tunisie à Monastir, auteur du nul à la mi-temps, le Syli encaisse 2-0 (59’ et 80’).

Contre la RDC à Conakry, le Syli est rattrapé au score et battu en deux minutes (54’ et 56’).

Toujours à Conakry, menant au score (2-0) jusqu’à trois minutes de la fin des 90 minutes, le Syli se fait rattraper (2-2) au score en l’espace de deux minutes seulement (87’ et 88’). Il a fallu attendre les ultimes arrêts de jeu pour voir le Syli l’emporter (2-3).

A Conakry aussi, la Tunisie a planté deux buts coup sur coup en huit minutes (75’ et 83’).

Deux entraîneurs africains au mondial

A Kinshasa enfin, à égalité jusqu’à la fin des 90 minutes (1- 1), la RDC a repris le score (2-1) et corsé l’addition (3-1) dans les ultimes arrêts de jeu du match (92’ et 93’).

Autres remarques, par deux fois, la Guinée est menée en déplacement au score sans toutefois pouvoir réagir. Tunisie- Guinée 2-0 à Monastir, Libye- Guinée 1-0 à Monastir.

La dernière remarque, c’est que le sélectionneur national, Lappé Bangoura, a pris l’équipe, non pas en pleine compétition, mais à la veille du démarrage des éliminatoires du mondial 2018.

Or, sur les cinq entraîneurs qui ont réussi à faire qualifier les cinq représentants africains, deux sont du continent. Le Sénégalais Aliou Cissé, et puis c’est un voisin, et le Tunisien, Nabil Mâaloul.

Dans son groupe, Lappé Bangoura a perdu les duels face à ses homologues du continent, toutes les équipes du groupe étant entraînées par des techniciens locaux. D’abord contre la Tunisie de Nabil Mâaloul, à l’aller comme au retour (2-0, 4-1). Ensuite contre la RDC de Florent Ibengue, à l’aller comme au retour (2-1, 3-1). Par contre, contre la Libye, Lappé a gagné à l’aller (3-2) et le coach libyen, Jalel Damja, a répliqué (0-1) au retour.