Archief

Categories

audit

Ceni : les commissaires menacent à nouveau de destituer Bakary Fofana.

Le feuilleton de la crise à la commission électorale nationale indépendante a connu encore hier jeudi un nouvel épisode. Quinze  commissaires ont signé une motion de défiance en vue de destituer le président Bakary Fofana lors de la réunion plénière qu’ils ont convoquée le mardi 4 juillet. D’autres absents ou malades auraient donné leur accord pour le projet de destitution. Pour que cela aboutisse, les commissaires frondeurs ont besoin de dix-sept signatures, qu’ils disent avoir dans les prochaines heures.

Les commissaires semblent décider cette fois-ci d’en finir avec le président Bakary Fofana, qui a refusé de signer  le document de validation du comité  de trésorerie qui lui avait été soumis, depuis plusieurs jours. L’ultimatum de dernière chance donné par commissaire était la réunion plénière d’hier jeudi au cours de laquelle Bakary Fofana devait remettre le document signé. Selon plusieurs commissaires, le président de la CENI a boycotté la réunion, sans raison.

« Désormais, même s’il signe ce document, nous allons enclencher le mardi prochain la procédure  de destitution prévue par l’article 17 de la loi sur la CENI », insistent deux commissaires contactés par Guinéenenews.

A rappeler que depuis plusieurs mois, une crise de confiance existe entre Bakary Fofana et plusieurs membres de la CENI, qui lui reprochent son manque de transparence dans sa gestion des fonds de l’institution en charge des élections. Des commissaires se souviennent que le président de la CENI a géré seul les 560 milliards qui devaient servir à l’organisation du premier et du second tour de l’élection présidentielle de 2015. Alpha Condé ayant été élu dès le premier tour, ces commissaires estiment qu’il devait rester plus de 200 milliards sur les comptes de la CENI, sur lesquels il n’y a jamais eu de compte-rendu financier.

Les commissaires ont demandé, un audit de cette gestion et la mise en place d’un comité de trésorerie pour plus de transparence. Sans succès.