Archief

Categories

Assassinat

TPI de Dixinn: report des deux dossiers sur l’assassinat de madame Boiro

Inscrits au rôle de l’audience criminelle du Tribunal de première instance de Dixinn, les deux dossiers sur l’assassinat en 2012 de madame Aïssatou Boiro, ex-directrice nationale du Trésor public, ont été reportés au 11 décembre prochain.

Dans le premier dossier, qui porte aussi sur l’assassinat de l’ingénieur information Paul Temple Cole, 13 personnes sont poursuivies pour neuf chefs d’accusation dont ‘’association de malfaiteurs, vol à main armée, assassinat,  détention illégale d’arme de guerre et de munitions, consommation et détention de chanvre indien.’’

Onze personnes, des ayants droit des deux défunts, se sont constituées partie civile. Parmi elles, madame Cole, née Margueritte  Serah Wright.

Dans le deuxième dossier, deux personnes sont poursuivies pour ‘’association de malfaiteurs, assassinat, vol à main armée et complicité’’ au préjudice des ayants droit de madame feue Aïssatou Boiro. Il s’agit des nommés El Hadj Oumar Barry et Okoro Amosagba.

Le procès sur l’assassinat de l’ex-directrice du Trésor public intervient cinq ans après son meurtre à Conakry dans la soirée du 10 novembre 2012 à Kpé, en banlieue de Conakry. Ce soir, elle avait été assassinée par des inconnus alors qu’elle revenait du travail. Mais, au regard des difficultés dans la tenue des procès criminels, le dossier entamé ce lundi 20 novembre pourrait souffrir de plusieurs reports. En effet, les procès criminels ne se tiennent qu’une fois par semaine (lundi) au tribunal de première instance de Dixinn. Or, plusieurs grands dossiers sont à y juger.

Au-delà du nombre élevé de dossiers à juger, le tribunal de Dixinn, comme d’ailleurs le reste des juridictions de la capitale, souffre du problème légendaire d’infrastructures de la justice guinéenne.

 

Exclusif : Il tue sa copine, la police l’arrête et la foule se déchaîne pour le lyncher, à Dalaba

Un drame ignoble vient de se produire, à Dalada. Un jeune-homme âgé d’une vingtaine d’années vient de tuer sa copine par une arme blanche, a-t-on appris d’un habitant de localité. Le drame se serait produit ce matin.

Suite à ce crime odieux, toute la poluation de Dalada serait sortie pour lyncher le jeune qui a tué sa copine. Mais la police s’est interposée et le ministère de la justice a pris toutes les dispositions utiles à travers les services de l’administration pénitentiaire pour faire sortir le jeune en question de Dalanda sans succès. Finalement, face à la pression et le déchaînement, les populations en colère ont réussi à récupérer le jeune des mains des forces de l’ordre, elles l’ont tué et auraient exposé le corps chez le préfet. On n’a pu joindre ce dernier pour confirmer cette information.

L’identité de la fille assassinée et celle de son bourreau lynché par les populations ne nous a pas été révélée encore.

La justice populaire est devenue monnaie courante en Guinée. Après les drames de Siguri, N’zerekore et Conakry, c’est la ville paisible de la Dalaba qui vient d’entrer dans la danse.

Nous y reviendrons.