Archief

Categories

asphyxie

Manifestations de Boké : Un élève de 22 ans meurt par asphyxie.

Le bilan de la manifestation des populations de Boke de Boke s’alourdit. Après une cinquantaine de blessés et un mort enregistré hier mercredi, cette quatrième journée a enregistré 1 décès et 8 blessés. Parmi les victimes un jeune élève de 22ans est décédé ce jeudi par asphyxie ou arrêt cardiovasculaire après avoir inhalé une quantité importante de gaz lacrymogène dont faisaient usage des forces de sécurité.
jointe au téléphone une source hospitalière nous a dressés ce bilan : « nous avons reçu 55 blessés, 1 mort et 1 blessé grave évacué à Kamsar. Ce jeudi, nous avons enregistré 8 blessés et un décès par asphyxie ».

Du côté des agents de  forces de sécurité, notre source indique avoir enregistré 19 agents blessés.
Le bilan total fait donc état de 63 blessés dont 11 par balle deux morts et des dégâts matériels importants. Cette journée du jeudi 14 Septembre a été particulièrement tendue entre les manifestants et les forces de l’ordre. Plusieurs femmes toutes vêtues de rouge se sont également manifestées ce matin dans les rues de Yomboya , Kougnewade et Kadiguira.
Depuis la nuit du dimanche dernier la ville Boke est secouée par une manifestation des populations qui réclament la fourniture régulière en courant électrique.
A cette allure, la situation risque de s’empirer si rien n’est fait car les coups de fusils continuent à se faire entendre dans certains quartiers.

Labé : une dame meurt asphyxiée dans sa chambre, vive émotion chez les voisins.

Ce drame s’est produit dans la nuit du vendredi à ce samedi 01 juillet 2017 au quartier Bowloko de la commune urbaine de Labé. La défunte, Mariama Kenssan Diakité la trentaine aurait trouvé la mort par asphyxie dans sa chambre.

C’est ce samedi 1er Juillet 2017 que le corps a été retrouvé dans une chambre vitrée et hermétiquement fermée. Sidibé Bangaly, collègue de la défunte explique.

« Nous servons au niveau du centre de formation professionnel sous contrat avec Hydrafom guinée. On fait des briques en BTS. Elle s’appelle Mariama Kenssan Diakité elle a 32 ans. Hier soir elle a pris le fourneau et elle est rentrée avec dans sa chambre. Après la prière de 20 heures, lorsqu’on voulait sortir pour acheter à manger on a tapé à sa porte et elle a répondu qu’elle arrive. Mais comme elle a trainé on est allé sans elle. Au retour vers 22 heures je suis venu taper à sa porte à nouveau mais cette fois-ci elle n’a pas répondu et je me suis dit qu’elle dormait. Donc, on est aussi rentré », a-t-il entamé.

Le lendemain, poursuit-il, on s’est réveillé pour aller au chantier ; on a tapé à sa porte elle n’a pas répondu et j’ai dit à haute voix si tu te réveilles pas, il faut nous trouver au chantier comme d’habitude. Mais toute la journée on ne l’a pas vu au chantier ; on s’est demandé est- ce qu’elle n’est pas malade. Au retour du travail, on a tapé à sa porte sans réponse alors que la porte et la fenêtre étaient fermées. C’est ainsi qu’on a saisi le propriétaire de la maison qui a appelé les autorités et les services de sécurité », a-t-il encore continué.

Aussitôt informés, le gouverneur de région Sadou Keita et le préfet Safioulaye Bah accompagné de cadres de leurs services se sont vite transportés sur les lieux. Mais il a fallu une demi-heure avant l’arrivée des services de sécurité et le médecin légiste de l’hôpital de Labé. Après avoir défoncé la porte sur instruction des autorités de Labé, Mariama Kenssan Diakité a été trouvée allongée sur un matelas sans signe de vie. Un fourneau à charbon était au beau milieu de la chambre.

« C’est un travailleur en provenance de Conakry qui est là dans le cadre de la fabrication des briques écologiques, un projet que le président de la République a octroyé à Labé. C’est l’un des travailleurs qui est décédé », narre le préfet.

Quand nous quittions les lieux, les services de sécurité tentaient de récupérer le corps pour le déposer à la morgue de l’hôpital régional de Labé avant de joindre la famille de la défunte.