Archief

Categories

arts

Gouvernance : Bantama Sow présente son bilan des 100 jours

Sanoussy Bantama Sow ministre des sports, de la culture et du patrimoine historique, était devant la presse ce lundi 11 décembre. Objectif, présenter les résultats de son département après cent (100) jours de gestion, a constaté sur place Guinéenews©.

A l’entame, il a d’abord dressé le bilan du secteur de la culture. Et sur ce, Bantama Sow n’a pas manqué de se féliciter d’avoir été à la base de deux décrets dont l’un porte sur la création du fonds d’aide à la culture et le second pour le sport.

Ensuite, il a signifié qu’avec ses efforts, le budget du département est passé de 168 milliards GNF à 202 milliards lords de son récent passage à l’assemblée nationale. Et qu’un autre décret pour soutenir les vieux jours de certaines gloires qui ont marqué la Guinée, serait sur le point d’être signé par le Président.

« Un ministère sans politique nationale, est un bateau qui navigue sans boussole », s’est exprimé Bantama pour rappeler l’importance de la validation de la nouvelle politique nationale.

Poursuivant, l’homme fort du département en charge de la culture a notifié la poursuite de l’opération d’inventaire général des sites historiques et celui des chants ainsi que des rythmes de Guinée. A ce titre, le ministre Sow a annoncé l’érection de la résidence actuelle du préfet de Kérouané en musée, la construction d’un abris pour le « Sosso balla » et une maison pour son gardien et aussi d’un site « Samory » à Bissandougou dans Kérouané.

Parlant des actes posés pour ramener le livre dans la vie du Guinéen, Bantama Sow a fait savoir sa volonté d’équiper complètement la bibliothèque nationale et celle du Pr Djibril Tamsir Niane.

La tenue de la quinzaine artistique et du festival national des arts et de la culture, sont des acquis de son département et il a rendu hommage à l’équipe de son département. Dans cette même lancée, Bantama a projeté la nomination prochaine des inspecteurs régionaux de la culture et du sport ainsi que les directeurs préfectoraux et sous-préfectoraux.

Le second volet de la communication du premier responsable du département des sports a porté sur les réformes dans le secteur du sport. Et à ce titre, il s’est félicité de la réussite des jeux du Fouta et du lancement prochain des terrains de proximité dans Conakry et un autre à Kankan.

Parlant de l’équipe nationale de football, Bantama Sow s’est montré prudent quant au sort du sélectionneur Lappé Bangoura. Tout de même, il a souligné qu’une réunion est prévue pour décider de la continuité ou de la résiliation du contrat du sélectionneur de l’équipe de football.

Au cours de cette rencontre, il a tenté de faire comprendre qu’il y a une différence entre l’homme politique du bureau national du RPG (Rassemblement du peuple de Guinée) et le ministre qu’il est. Tout de même, la première personnalité n’a pas cédé la place au second car parfois, des pics à l’endroit de l’opposition guinéenne se faisaient entendre.

Pour clore, le ministre des sports, de la culture et du patrimoine historique a signalé les difficultés rencontrées et qui en ses propres termes, apparaissaient à chaque fois pour le manque de moyen de réaliser certaines priorités.

Nous y reviendrons.

Guinée : L’artisanat en difficulté, à Boffa 

Dans toutes les activités pratiquées dans la préfecture de Boffa, l’artisanat reste le parent pauvre. Il rencontre assez de difficultés et a de la peine à décoller. Tel est le constat fait par la rédaction locale de Guinéenews© sur place.

Liées au manque d’outillage, de matériels et autres produits nécessaires à la fabrication, ces difficultés entravent sérieusement son évolution. Que ce soient les potiers, les forgerons, les tisserands et les cordonniers, la situation n’est pas reluisante. Les artisans se plaignent de manque criard des matériels dans leur région. C’est le cas de Sékou  Keita, communément  appelé Kankalabe, citoyen résidant dans la commune rurale de Koba.    

Interrogé par Guinéenews©, cet artisan a égrené les problèmes qui l’assaillent et qui l’empêchent de travailler et produire plus. Il a parlé nottament du manque d’aluminium. Un produit qui lui permet de fabriquer les marmites, les seaux et les ustensiles de cuisine.

A l’instar de Sekou Keita, tous les autres artisans de la zone ont les mêmes problèmes. Les cordonniers se plaignent du manque de peaux d’animaux ou des reptiles entrant dans la fabrication des chaussures. Les tisserands quant à eux, manquent de coton. Les potiers attendent l’argile, etc. Tous demandent à ce que le ministre des Arts songe à eux.

Au moment où publions cette dépêche, nous n’avons pu joindre le ministère des arts et de la culture pour étayer cette situation en vue de l’obtention d’une solution pour ces professionnels qui tirent le diable par la queue.