Archief

Categories

artistes

Guinée – Musique : Les sorties de la semaine !

Dans le but de promouvoir la musique guinéenne sur toutes ses formes et pour faire profiter nos lecteurs du talent guinéen, votre quotidien électronique Guinéenews© vous fera une revue musicale des sorties audiovisuelles de la semaine.

Pour cette première édition, des têtes d’affiche comme Oudy 1er, Azaya, Nakany Kanté et Tiranké Sidimé, Minoss, ont livré des morceaux à vous couper le souffle. Et aussi, des annonces d’albums faites par Dija du groupe NGM et Aly Baba qui vous livreront bientôt leurs albums. Des talents comme Papsher et Barry VIII aussi ont fait leur entrée pour prouver que le talent n’est pas fonction de l’âge.

1-      « Je suis désolé », est la nouvelle tuerie du premier Dj Mannequin Oudy 1er. Dans cette vidéo dont la qualité prouve la maturité de l’artiste, Oudy invite sa bien aimée à lui donner une seconde chance pour lui faire oublier ses erreurs. Une bagatelle de 15.000 euros aurait été financée pour avoir ce bijou.

2- Azaya met la barre haute avec le titre « le messi ». Dans ce tube, le chanteur pointe du doigt les envieux et les personnes qui médisent.

3-       La chanteuse guinéenne Nakany Kanté chante l’amour dans une collaboration musicale avec Azaya. Ce duo exprime la profondeur du sentiment après que le cœur soit atteint par les flèches de Cupidon.

4- La diva Tiranké Sidimé revient avec force à travers deux clips. Le premier « wakhonma »  est une invite faite à l’élu de son cœur. Et pour tenir ses fans en haleine, l’auteure de « Mackalé » enfonce le clou avec un deuxième clip intitulé « Yirini ». Des signatures qui sont du goût du public guinéen.

5- Minoss est un jeune artiste qui depuis quelques mois, fait la fierté de la musique urbaine guinéenne avec la diffusion de ses clips sur des chaines musicales internationales. Pour son deuxième geste, il a livré le clip « Nana dounké », un titre qui parle d’une fille qui attire tout homme par ses démarches et par son charme.

6- « Mbognè » est le premier geste musical de Dija membre du groupe de rap féminin « NGM ». dans cette vidéo, l’on retrouve la rappeuse séduire l’homme qui fait battre son cœur et elle dévoile quelques hauts et bas de toute relation amoureuse.

7- Du reggae dans la sélection nous est offert par Aly Baba dans son titre « nayanbingui ». Le jeune artiste qui a déjà fait ses preuves et dont l’album est attendu pour le mois de décembre promeut le rythme jamaïcain et soutient que la musique adoucit les mœurs.

8- « Yambané » est le premier titre que le jeune talent Papsher nous offre. Dans ce titre, l’artiste rappelle que la réussite est enfantée par des efforts consentis pour réaliser ses rêves. Du r&b pour encourager le travail et l’excellence.

9- De l’afro trap et oui, c’est le cadeau que Barry VIII vient offrir à ses fans et aux mélomanes avec le morceau « problème de selfi ». L’artiste dénonce la dépendance des jeunes aux smartphones et plus précisément des selfies (photos d’en face) et qui foisonnent sur les réseaux sociaux.

Le point sur la violence subie et l’état de santé de Takana Zion, selon son manager

Le mardi 25 juillet dernier, Takana Zion et certains leaders du mouvement « Wonkhai 2020 », ont été interpellés par la gendarmerie pour avoir organisé un carnaval pacifique contre certains tares de la société guinéenne.

Joint au téléphone par Guinéenews© ce mercredi 26 juillet, Mangué Will Camara proche collaborateur et témoin oculaire de la scène, est revenu sur les faits.

« Nous avons été brutalisés à coup de matraque et avec des armes blanches », a affirmé en substance Will.

Sur l’arrestation de Takana Zion, Mangué Will a regretté que son compagnon ait été victime de violences. « Takana Zion a été brutalisé mais pas blessé visiblement à ce que je sache. Juste qu’il a perdu un de ses looks (cheveux rastas) qui a été coupé par les gendarmes », a-t-il précisé.

En plus de Takana Zion, quatre autres jeunes dont Mohammed Soumah, Ousmabe Sylla, Youssouf Kann et Albé Bah, sont dans l’attente de leur sort à la gendarmerie mobile numéro 3 de Matam.

« Toujours ajoute-t-il, la moto d’un des participants de la marche lui aurait été retirée par les hommes en uniforme », nous apprend Mangué Camara.

Après avoir passé sa première nuit en garde à vue suite à l’organisation d’un carnaval pacifique, l’artiste Mouctar Soumah aka Takana Zion garderait un mental au beau fixe, selon ses proches.

Au moment où nous publions  cette dépêche, les artistes dont entre autres Singleton, Djani Alfa, Steve One Lock’s tous membres du mouvement  » Wonkhai 2020″ et certains amis comme Luccin du groupe Idéal Foniké, battent le pavé devant les locaux de la gendarmerie mobile de Matam en guise smde solidarité à leurs camarades qui sont  arrêtés et détenus à Conakry.

Guinée : Les artistes à l’assaut en rang dispersé contre la gouvernance Alpha Condé

Contre le troisième mandat en mirage ou en dessein d’Alpha Condé, les oppositions sont de tous poils ébouriffés. Les politiques sont en rang dispersé, les artistes se jugent et se jaugent en rivalisent d’ardeur en rang dispersé. L’observateur se demande si tous ceux qui tempêtent dans un verre d’eau sont sérieux ou s’ils ne contribuent pas à revigorer davantage les intentions de cette gouvernance. Jusqu’à preuve du contraire, on n’a pas encore entendu cette intention, donc, spéculer ne sert à rien qu’à faire perdre du temps au pays. Le gouvernement est conscient que les manifestations freinent ou bloquent l’économie, si ça ne tenait qu’à ça, mais le clabaudage international renforcera plus la détermination des manifestants.

Au Venezuela, les manifestants pensent que Maduro sera bientôt à court de gaz lacrymogène ; au Brésil, ce sont des milliers de fonctionnaires qui sont sans salaire depuis deux ou trois mois. Le ras le bol risque de toucher toutes les couches socio-professionnelles. L’armée et la police mobilisées pour contenir les centres urbains, ce sont les paysans dépossédés de leurs terres qui les envahissent et pillent usurpateurs et les sociétés et entreprises usurpatrices. L’état quasi insurrectionnel plane au-dessus de ces deux pays. Leur exemple est visible sur le continent.

Ceci dit, après Elie Kamano, c’est au tour de Takana Zion d’aller au gnouf. Ce qui fait qu’il est difficile de parler de ce cas, qui ressemble à une récidive (qui aggrave la faute) c’est qu’il n’y a pas une semaine que le premier a été appréhendé et relâché. Sans tirer les leçons, le second entre dans la danse pour tester le bois de chauffe des pandores et de la Justice, ça va lui en cuire, plus qu’à l’autre. Si les caméras de la presse n’avaient pas été là, il allait être plaqué au sol avant d’être embarqué.

De cette façon, Takana Zion aura plus de mérite à faire valoir devant Elie Kamano par la durée de son « apnée » dans le trou. Si les réseaux sociaux s’étaient emballés de l’arrestation de Takana Zion, le lendemain, la ville est calme. Les fans de l’artiste étaient partagés entre la hardiesse imprudente de leur star et la provocation, il faut dire et épeler le mot. Cependant, Takana va battre le record piètre de Elie, mais ne doit pas atteindre celui de dix jours que certains détiennent jalousement.

Le pouvoir de Lansana Conté avait mis au gnouf tous les opposants. Certains avaient pensé que si jamais ils étaient arrêtés, la Guinée allait être à feu et à sang, que nenni, d’autres ont été rattrapés à Piné, sapristi. Il manque toujours une dimension à l’homme politique qui n’a pas fait la prison, il faut à tout prix y aller pour ressortir grandi. C’est cela qu’à visé Elie Kamano, et c’est ce que vise Takana.

Dans tout ça, il faut reconnaître que les choses vont de mal en pis. Tout ce monde ne manifeste pas seulement que pour tester leur popularité les uns vis-à-vis des autres, mais le malaise est palpable, les commerçants n’en font qu’à leur tête, tous les prix ont flambé ; chaque mobilisation de l’opposition républicaine paralyse tout le secteur choisi, qu’en sera-t-il quand tous ces manifestants en rang dispersé coordonnent leurs forces en une seule ?

L’épreuve de force n’a pas commencé. Il y a bien une ou deux façons de désamorcer cette bombe à fragmentation sociale. On n’y est pas encore.

Conakry ville propre : des artistes en guerre contre l’insalubrité

Ce jeudi 6 juillet 2017, un groupe d’artistes piloté par Takana Zion, Djani Alpha, Singleton et Steve One Locks a procédé au nettoyage du carrefour concasseur. Réunis autour d’un collectif appelé « Wonkhai 2020 », ces artistes ont décidé d’unir leurs forces  pour essayer de se débarrasser Conakry de ces ordures. Une action selon eux, qui vise à conscientiser et à amener la population surtout les jeunes à prendre leur destin en main et de ne pas attendre une manne providentielle qui tarde à venir.

Munis de pelles, de brouettes, de râteaux, de bottes, de gants et cache-nez, ces artistes ont pris d’assaut le carrefour concasseur où des tas d’ordures étaient amassés. Accompagnés par les riverains et leurs fans, les lieux ont été assainis et les ordures conduites au dépotoir par un camion affrété pour la circonstance.

Djani  Alpha explique ce qui motive l’action. « Nous sommes des artistes et si on prend aujourd’hui des pelles et des brouettes pour nettoyer un quartier, les gens viennent nous aider. Donc si nous faisons partie des gens qui peuvent donner le bel exemple, on le ferait. Aujourd’hui, on est venu à Concasseur pour nettoyer et ce qui est extraordinaire au bout d’une pelle, de deux, tout le quartier est sorti et est en train de nous aider. Ça veut dire qu’il suffit juste de montrer le bel exemple et les gens suivront », a affirmé le rappeur au micro de Guinéenews©.

Vu que les responsables ont du mal à assumer cette tache qui est d’assainir la capitale guinéenne, les artistes quant à eux, ne comptent pas rester les bras croisés. « L’heure est à la prise de conscience » affirme Takana Zion. « C’est le rôle des délégations communales de nous donner des véhicules, et de faire en sorte que la ville de Conakry soit propre. Puisqu’elles fuient leurs responsabilités, nous les artistes, venons assainir, donner l’exemple à tous les jeunes conscients, les inciter à travailler, les amener à changer de mentalité », lance le reggae man.

Très contents, les citoyens du secteur encouragent l’initiative et demandent sa pérennisation. « Ils sont venus prendre les ordures qui commençaient à durer sur place. Ici c’est notre lieu de travail, nous sommes très contents. Nous souhaitons que l’action continue », a déclaré Mamoudou Condé, travaillant à côté.

Sur cette même logique, Maimouna Bah ménagère qui se disait acculée par les ordures devant sa concession exprime aussi sa satisfaction : « On demande qu’on nous aide à assainir notre quartier, on se demandait comment nous débarrasser de ces ordures. On n’a pas où amasser encore moins où jeter les ordures, vraiment onous sommes contents de cette action. Que Dieu les payent.  »

Après le carrefour Concasseur, la seconde étape était celle du marché.  Le collectif Wonkhai 2020 veut débarrasser l’ensemble des communes de Conakry de leurs ordures. Mais pour réussir cette mission, ils appellent à une franche collaboration citoyenne et au quotidien.

Avec le slogan « s’unir ou périr », ces artistes affirment que cette action est loin d’être une démarche politique. Au contraire, elle vise à monter le bel exemple aux jeunes et inciter les conseils de quartier et délégations communales à penser à l’assainissement de la ville.

Ce n’est pas la première fois que les citoyens ordinaires unissent leurs forces pour assainier la Ville de Conakry. Par le passé, d’autres groupes de jeunes avaient procédé au nettoyage de nos plages au grand dam des autorités.

Talent buzz: le groupe Mono Musica à cœur ouvert à Guineenews

«Un artiste sans identité culturelle est un bateau qui navigue sans destination…»

 Pour ce retour de votre rubrique qui donne la parole aux talents artistiques guinéens, votre quotidien en ligne Guineenews a reçu Mono Musica, un groupe qui, de par ses créations musicales teintées de tradition, avec une bonne dose de modernité, a réussi à se démarquer et à se faire remarquer, aussi bien en Guinée qu’à l’international.

En séjour en Guinée, Soundiata et Hassler ont bien voulu partager avec nous, leur parcours, ainsi que leurs projets à venir. Lisez!

Guineenews: dans quel cadre s’inscrit votre séjour en Guinée?

 Mono Musica: Le but principal est de nous retrouver au chevet de notre mère qui est souffrante en ce moment, et parallèlement assister à la sortie de l’album “Dynastie” du groupe Degg J Force 3, des frères à nous et des amis d’enfance de Boulbinet. Notre présence en Guinée s’inscrit aussi dans le cadre de la promo de notre deuxième single “Sèwè”  qui sera bientôt disponible. Donc, nous allons en profiter pour faire d’autres prises pour le clip ici, vu que nous en avons déjà fait en France. Actuellement, nous faisons de la musique traditionnelle et moderne, pour toucher le monde, tout en restant Guinéens dans nos créations afin que ceux qui pensent que nous faisons de la musique zaïroise, comprennent qu’à la base notre identité musicale est guinéenne.

Guineenews: vous êtes au nombre de cinq. Dites-nous comment le groupe s’est formé?

Mono Musica: Le groupe est composé de Soundiata, le leader vocal, de Hassler, de Josimar, de Jack et d’Ousmane. Il a été créé en 1994 lors d’un show de la rue. Hassler évoluait dans un groupe H-Boy d’Almamya. Vu que nos quartiers étaient côte à côte (Almamya, Sandervalia, Manquepas, ndlr), nous nous sommes dit de former un groupe. Pour le départ, nous étions 4, Soundiata a rejoint le groupe en 1996 car auparavant il évoluait dans un autre groupe. Notre première prestation en live, c’était en 1996 lors d’une compétition organisée par Tidiane World Music. Nous étions opposés au  groupe ABC de Dixinn.

Guineenews: Racontez-nous vos débuts en tant qu’artistes?

 Mono Musica: la musique a toujours fait partie de notre vie et ce depuis tout petits. Au début, c’était un groupe de danse zaïroise car à l’époque, cette culture était à la mode. Mais au fil du temps, nous avons décidé de faire la promotion de notre patrimoine culturel et de cette idée. Nous avons commencé à composer nos propres morceaux puis à créer nos propres danses issues de la culture guinéenne.

Guineenews: pourquoi la variété comme genre musical du groupe?

 Mono Musica: Tout simplement parce qu’on veut servir tout le monde. Mono Musica est le Syli national de la culture guinéenne. Comprenez par là que le groupe brandit les couleurs guinéennes et qu’il prestera toujours au nom de la Guinée. C’est pourquoi, nous essayons de servir toutes les générations.

Guineenews: Vous êtes sur votre deuxième album. Qu’avez-vous acquis comme expériences?

Mono Musica: On a eu la chance de travailler avec de grands musiciens tels que ceux de Magic System. Notre premier album a été fait par David Tahiro “El Totorino”. Il nous a appris beaucoup de techniques musicales. Actuellement, tout ce qui est de la direction musicale, de la programmation et du mixage, c’est nous-mêmes qui le faisons. L’aventure de l’album “Silolé” a donc été une école pour nous. Un jour au studio, David Tahiro nous a recommandé d’apprendre la programmation musicale. Et du coup, Soundiata s’est lancé dedans. Ceci a réduit nos dépenses et sa première production  est le titre “Faré gnakhi”.

Guineenews: le prochain single intitulé “Sèwè” sortira bientôt. Donnez-nous quelques détails le concernant?

Mono Musica: nous rendons service au peuple, à travers nos œuvres artistiques. Pour cela, nous cherchons toujours à apporter de la joie, du bonheur  dans les cœurs en chantant. Notre objectif est de promouvoir la culture guinéenne à travers les chansons traditionnelles. Le single “Sèwè parle d’un couple, de la joie qui électrifie les visages des jeunes lors des événements culturels.  Nous avons métissé le morceau avec du lingala et la culture guinéenne.

Guineenews: qu’est-ce-qui se profile à l’horizon?

Mono Musica: nous préparons la sortie de notre prochain album et nous profitons aussi pour faire quelques spectacles. Nous envisageons d’ouvrir un studio et de mettre en place notre label musical. Une tournée dans quelques villes européennes et à l’intérieur de la Guinée est en vue.

Guineenews: le mot de la fin?

Mono Musica: si tu es artiste, ressource-toi, car l’inspiration vient des empreintes ancestrales. Nous pensons qu’un artiste sans identité culturelle et qui évolue sans source, est un bateau qui navigue sans destination, car il sera la copie d’un autre.

 

Cet article Talent buzz: le groupe Mono Musica à cœur ouvert à Guineenews est apparu en premier sur Guinéenews.

Talent buzz: le groupe Mono Musica à cœur ouvert à Guineenews

«Un artiste sans identité culturelle est un bateau qui navigue sans destination…»

 Pour ce retour de votre rubrique qui donne la parole aux talents artistiques guinéens, votre quotidien en ligne Guineenews a reçu Mono Musica, un groupe qui, de par ses créations musicales teintées de tradition, avec une bonne dose de modernité, a réussi à se démarquer et à se faire remarquer, aussi bien en Guinée qu’à l’international.

En séjour en Guinée, Soundiata et Hassler ont bien voulu partager avec nous, leur parcours, ainsi que leurs projets à venir. Lisez!

Guineenews: dans quel cadre s’inscrit votre séjour en Guinée?

 Mono Musica: Le but principal est de nous retrouver au chevet de notre mère qui est souffrante en ce moment, et parallèlement assister à la sortie de l’album “Dynastie” du groupe Degg J Force 3, des frères à nous et des amis d’enfance de Boulbinet. Notre présence en Guinée s’inscrit aussi dans le cadre de la promo de notre deuxième single “Sèwè”  qui sera bientôt disponible. Donc, nous allons en profiter pour faire d’autres prises pour le clip ici, vu que nous en avons déjà fait en France. Actuellement, nous faisons de la musique traditionnelle et moderne, pour toucher le monde, tout en restant Guinéens dans nos créations afin que ceux qui pensent que nous faisons de la musique zaïroise, comprennent qu’à la base notre identité musicale est guinéenne.

Guineenews: vous êtes au nombre de cinq. Dites-nous comment le groupe s’est formé?

Mono Musica: Le groupe est composé de Soundiata, le leader vocal, de Hassler, de Josimar, de Jack et d’Ousmane. Il a été créé en 1994 lors d’un show de la rue. Hassler évoluait dans un groupe H-Boy d’Almamya. Vu que nos quartiers étaient côte à côte (Almamya, Sandervalia, Manquepas, ndlr), nous nous sommes dit de former un groupe. Pour le départ, nous étions 4, Soundiata a rejoint le groupe en 1996 car auparavant il évoluait dans un autre groupe. Notre première prestation en live, c’était en 1996 lors d’une compétition organisée par Tidiane World Music. Nous étions opposés au  groupe ABC de Dixinn.

Guineenews: Racontez-nous vos débuts en tant qu’artistes?

 Mono Musica: la musique a toujours fait partie de notre vie et ce depuis tout petits. Au début, c’était un groupe de danse zaïroise car à l’époque, cette culture était à la mode. Mais au fil du temps, nous avons décidé de faire la promotion de notre patrimoine culturel et de cette idée. Nous avons commencé à composer nos propres morceaux puis à créer nos propres danses issues de la culture guinéenne.

Guineenews: pourquoi la variété comme genre musical du groupe?

 Mono Musica: Tout simplement parce qu’on veut servir tout le monde. Mono Musica est le Syli national de la culture guinéenne. Comprenez par là que le groupe brandit les couleurs guinéennes et qu’il prestera toujours au nom de la Guinée. C’est pourquoi, nous essayons de servir toutes les générations.

Guineenews: Vous êtes sur votre deuxième album. Qu’avez-vous acquis comme expériences?

Mono Musica: On a eu la chance de travailler avec de grands musiciens tels que ceux de Magic System. Notre premier album a été fait par David Tahiro “El Totorino”. Il nous a appris beaucoup de techniques musicales. Actuellement, tout ce qui est de la direction musicale, de la programmation et du mixage, c’est nous-mêmes qui le faisons. L’aventure de l’album “Silolé” a donc été une école pour nous. Un jour au studio, David Tahiro nous a recommandé d’apprendre la programmation musicale. Et du coup, Soundiata s’est lancé dedans. Ceci a réduit nos dépenses et sa première production  est le titre “Faré gnakhi”.

Guineenews: le prochain single intitulé “Sèwè” sortira bientôt. Donnez-nous quelques détails le concernant?

Mono Musica: nous rendons service au peuple, à travers nos œuvres artistiques. Pour cela, nous cherchons toujours à apporter de la joie, du bonheur  dans les cœurs en chantant. Notre objectif est de promouvoir la culture guinéenne à travers les chansons traditionnelles. Le single “Sèwè parle d’un couple, de la joie qui électrifie les visages des jeunes lors des événements culturels.  Nous avons métissé le morceau avec du lingala et la culture guinéenne.

Guineenews: qu’est-ce-qui se profile à l’horizon?

Mono Musica: nous préparons la sortie de notre prochain album et nous profitons aussi pour faire quelques spectacles. Nous envisageons d’ouvrir un studio et de mettre en place notre label musical. Une tournée dans quelques villes européennes et à l’intérieur de la Guinée est en vue.

Guineenews: le mot de la fin?

Mono Musica: si tu es artiste, ressource-toi, car l’inspiration vient des empreintes ancestrales. Nous pensons qu’un artiste sans identité culturelle et qui évolue sans source, est un bateau qui navigue sans destination, car il sera la copie d’un autre.

 

Cet article Talent buzz: le groupe Mono Musica à cœur ouvert à Guineenews est apparu en premier sur Guinéenews.

Alimentation : La 2ème édition du festival panafricain des grillades prévue les 29 et 30 avril

Après une première édition réussie l’année dernière, la 2ème édition du festival panafricain des grillades aura lieu les 29 et 30 avril 2017 à l’esplanade du palais du peuple à Conakry.

Lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi 27 avril, l’organisatrice de ce festival, Hawa Kam Hoguié, a expliqué ce à quoi va consister cet événement : « Cet événement festif s’adresse aux familles, aux personnes de tout âge et de tout horizon. Ce concept consiste à réunir plusieurs grilleurs venus de différentes contrées ainsi qu’offrir des spectacles et animations pendant deux jours. Sur le même site, les visiteurs pourront manger et goûter plusieurs types de grillades assaisonnées différemment selon les particularités de chaque pays représenté. »

Plusieurs pays africains sont attendus à Conakry pour ce festival. Ce sont entre autres le Mali, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Sénégal, le Niger, le Burkina Faso. « L’objectif du festival est de distraire tout en invitant les visiteurs à un voyage panafricain, une évasion de sens à travers des saveurs différentes. Le festival des grillades c’est aussi une manifestation culturelle où des artistes locaux et internationaux se produisent pour le plus grand plaisir des festivaliers », a-t-elle souligné, avant d’ajouter que Sékouba Bambino, Chidinma du Nigeria, le groupe Espoir 2000, le comédien Agalawal, Degg-J Force 3, Azaya, etc. seront vont égayer pendant deux jours les visiteurs.

Cet article Alimentation : La 2ème édition du festival panafricain des grillades prévue les 29 et 30 avril est apparu en premier sur Guinéenews.