Archief

Categories

arrestation de Takana Zion et amis

Justice – TPI de Kaloum : Takana devant un juge d’instruction

En garde à vue depuis hier, le reggae-man Takana Zion a été finalement entendu ce mercredi par un procureur du tribunal de première instance de Kaloum, qui a finalement décidé de saisir un juge d’instruction. Au moment où nous publions cette dépêche, à 14 heures 20, le reggae-man était toujours au tribunal de première instance de Kaloum en compagnie de son avocat Me Sidiki Bérété.

Interpellé mardi à la tête d’une manifestation contre la vie chère, la corruption et des intentions d’un troisième mandat pour le président Alpha Condé, la star du reggae guinéen a passé la nuit de mercredi à mercredi dans un bureau de la gendarmerie de Matam. Selon son avocat Me Sidiki Bérété, les règles de la garde à vue ont été respectées à l’égard de son client.

 » Il a bien mangé hier, et il a été entendu dans les règles de l’art, sans brutalité. Au moment où je le quittais hier nuit, il était même assis dans un bureau… « , nous a indiqués Me Sidiki Bérété.

Après son audition par le juge d’instruction, Takana Zion pourrait être inculpé pour attroupement illégal sur la voie publique. Sinon, il pourrait être libéré.

Le point sur la violence subie et l’état de santé de Takana Zion, selon son manager

Le mardi 25 juillet dernier, Takana Zion et certains leaders du mouvement « Wonkhai 2020 », ont été interpellés par la gendarmerie pour avoir organisé un carnaval pacifique contre certains tares de la société guinéenne.

Joint au téléphone par Guinéenews© ce mercredi 26 juillet, Mangué Will Camara proche collaborateur et témoin oculaire de la scène, est revenu sur les faits.

« Nous avons été brutalisés à coup de matraque et avec des armes blanches », a affirmé en substance Will.

Sur l’arrestation de Takana Zion, Mangué Will a regretté que son compagnon ait été victime de violences. « Takana Zion a été brutalisé mais pas blessé visiblement à ce que je sache. Juste qu’il a perdu un de ses looks (cheveux rastas) qui a été coupé par les gendarmes », a-t-il précisé.

En plus de Takana Zion, quatre autres jeunes dont Mohammed Soumah, Ousmabe Sylla, Youssouf Kann et Albé Bah, sont dans l’attente de leur sort à la gendarmerie mobile numéro 3 de Matam.

« Toujours ajoute-t-il, la moto d’un des participants de la marche lui aurait été retirée par les hommes en uniforme », nous apprend Mangué Camara.

Après avoir passé sa première nuit en garde à vue suite à l’organisation d’un carnaval pacifique, l’artiste Mouctar Soumah aka Takana Zion garderait un mental au beau fixe, selon ses proches.

Au moment où nous publions  cette dépêche, les artistes dont entre autres Singleton, Djani Alfa, Steve One Lock’s tous membres du mouvement  » Wonkhai 2020″ et certains amis comme Luccin du groupe Idéal Foniké, battent le pavé devant les locaux de la gendarmerie mobile de Matam en guise smde solidarité à leurs camarades qui sont  arrêtés et détenus à Conakry.

Guinée : Les artistes à l’assaut en rang dispersé contre la gouvernance Alpha Condé

Contre le troisième mandat en mirage ou en dessein d’Alpha Condé, les oppositions sont de tous poils ébouriffés. Les politiques sont en rang dispersé, les artistes se jugent et se jaugent en rivalisent d’ardeur en rang dispersé. L’observateur se demande si tous ceux qui tempêtent dans un verre d’eau sont sérieux ou s’ils ne contribuent pas à revigorer davantage les intentions de cette gouvernance. Jusqu’à preuve du contraire, on n’a pas encore entendu cette intention, donc, spéculer ne sert à rien qu’à faire perdre du temps au pays. Le gouvernement est conscient que les manifestations freinent ou bloquent l’économie, si ça ne tenait qu’à ça, mais le clabaudage international renforcera plus la détermination des manifestants.

Au Venezuela, les manifestants pensent que Maduro sera bientôt à court de gaz lacrymogène ; au Brésil, ce sont des milliers de fonctionnaires qui sont sans salaire depuis deux ou trois mois. Le ras le bol risque de toucher toutes les couches socio-professionnelles. L’armée et la police mobilisées pour contenir les centres urbains, ce sont les paysans dépossédés de leurs terres qui les envahissent et pillent usurpateurs et les sociétés et entreprises usurpatrices. L’état quasi insurrectionnel plane au-dessus de ces deux pays. Leur exemple est visible sur le continent.

Ceci dit, après Elie Kamano, c’est au tour de Takana Zion d’aller au gnouf. Ce qui fait qu’il est difficile de parler de ce cas, qui ressemble à une récidive (qui aggrave la faute) c’est qu’il n’y a pas une semaine que le premier a été appréhendé et relâché. Sans tirer les leçons, le second entre dans la danse pour tester le bois de chauffe des pandores et de la Justice, ça va lui en cuire, plus qu’à l’autre. Si les caméras de la presse n’avaient pas été là, il allait être plaqué au sol avant d’être embarqué.

De cette façon, Takana Zion aura plus de mérite à faire valoir devant Elie Kamano par la durée de son « apnée » dans le trou. Si les réseaux sociaux s’étaient emballés de l’arrestation de Takana Zion, le lendemain, la ville est calme. Les fans de l’artiste étaient partagés entre la hardiesse imprudente de leur star et la provocation, il faut dire et épeler le mot. Cependant, Takana va battre le record piètre de Elie, mais ne doit pas atteindre celui de dix jours que certains détiennent jalousement.

Le pouvoir de Lansana Conté avait mis au gnouf tous les opposants. Certains avaient pensé que si jamais ils étaient arrêtés, la Guinée allait être à feu et à sang, que nenni, d’autres ont été rattrapés à Piné, sapristi. Il manque toujours une dimension à l’homme politique qui n’a pas fait la prison, il faut à tout prix y aller pour ressortir grandi. C’est cela qu’à visé Elie Kamano, et c’est ce que vise Takana.

Dans tout ça, il faut reconnaître que les choses vont de mal en pis. Tout ce monde ne manifeste pas seulement que pour tester leur popularité les uns vis-à-vis des autres, mais le malaise est palpable, les commerçants n’en font qu’à leur tête, tous les prix ont flambé ; chaque mobilisation de l’opposition républicaine paralyse tout le secteur choisi, qu’en sera-t-il quand tous ces manifestants en rang dispersé coordonnent leurs forces en une seule ?

L’épreuve de force n’a pas commencé. Il y a bien une ou deux façons de désamorcer cette bombe à fragmentation sociale. On n’y est pas encore.

Urgent : les leaders du collectif Wonkhaï 2020 dont Takana Zion interpellés à Kaloum

Alors qu’ils organisaient ce mardi matin un carnaval sur le boulevard Telly Diallo à Kaloum contre la cherté de la vie, la corruption et un éventuel 3ème mandat du président Alpha Condé, des leaders du collectif d’artistes dénommé  ‘’ Wonkhaï 2020’’ ont été mis aux arrêts, a appris Guinéenews.

Selon nos sources, parmi ces artistes interpellés par des éléments de la gendarmerie, figurent le reggae-man Mouctar Soumah alias ‘’Takana Zion’’, Djani Alpha et Singleton.

Déjà des images de cette interpellation musclée de ces jeunes artistes frondeurs, filmées par certains confrères, tournent en boucle sur la toile depuis quelque temps. Dans le poste de notre confrère Hamza Bah de Nostalgie-Guinée par exemple, on y constate l’arrestation manu militari de Takana Zion et certains de ses camarades.

Nous y reviendrons.

Lire Vidéo: