Archief

Categories

Armée

Armée: les familles des militaires tués à Kidal reçoivent chacune plus de 632 millions GNF d’indemnité

La Guinée est engagée dans la guerre contre le terrorisme au nord Mali par le déploiement à Kidal de Gangan, un contingent qui évolue sous les couleurs de la MINUSMA. Le 8 juin dernier, quatre militaires guinéens sont morts sous les balles des combattants terroristes.

Ce vendredi 8 décembre, chacune des familles de ces quatre militaires a reçu la somme de 70 mille dollars, soit plus de 632 millions GNF comme indemnités. C’est au camp Almamy Samory Touré que la cérémonie de remise de ces indemnités a lieu.

Le Représentant de la Coordinatrice résidente du Système des Nations Unies en Guinée, Séraphine Wakana, a dans son intervention, tenu à faire savoir aux familles éplorées que l’indemnité qu’elles reçoivent ne peut pas compenser la vie de leurs proches. «Cette indemnité octroyée par l’ONU aux familles des victimes ne peut nullement représenter la compensation d’une vie perdue», a-t-il indiqué.

Quant au ministre d’Etat à la Présidence chargé de la Défense nationale, le Dr Mohamed Diané a remercié la représentante des Nations Unies en Guinée en ces termes : «je voudrais profiter de cette occasion pour remercier très sincèrement la représentante des Nations Unies et l’ensemble des organismes du Système des Nations Unies pour ce geste de reconnaissance symbolique à l’égard des vaillants soldats tombés sur le champs d’honneur pour la défense de la liberté et de la paix ».

Coopération: les Etats-Unis offrent un laboratoire de langue anglaise à l’armée guinéenne

L’armée guinéenne vient d’être dotée d’un nouveau laboratoire d’études de la langue anglaise. Cette infrastructure offerte par l’ambassade des Etats-Unis a été réceptionnée ce vendredi par le ministère de la Défense nationale, au camp Almamy Samory Touré, par ailleurs siège du département de tutelle et du BQG de l’Armée.

Selon le colonel Boubacar Bah, le patron de la direction des organismes de formation inter-armée, ce labo d’une capacité d’accueil d’une dizaine de personnes,  va répondre aux besoins des forces armées guinéennes  en matière de formation, mais aussi préparer les candidats aux différents tests de sélection.

Pour le diplomate américain en poste à Conakry, Dennis Hankins, l’anglais est devenu un outil incontournable. Et les forces armées étant engagées sur plusieurs fronts, il était nécessaire qu’elles apprennent l’anglais : «après quelques années de préparation, on peut finalement ouvrir ce centre des études  de la langue anglaise pour les représentants des forces armées. Dans ces dernières années, la Guinée a pris un rôle assez important pour la défense régionale. De nos jours, l’anglais est un outil indispensable pour le travail. C’est une manière de renforcer les capacités des Guinéens et leurs partenaires dans les menaces régionales. Avec les reformes dans le secteur de la sécurité,  les Etats-Unis d’Amérique ont  augmenté  leur niveau de coopération avec les forces armées guinéennes. Nous espérons que cette école va  faire avancer les capacités des officiers des forces armées guinéennes. »

 Dans son intervention, le ministre d’Etat à la Présidence chargé de la Défense nationale, le Dr Mohamed Diané s’est dit très attentif aux différents appuis que les Etats-Unis apportent à la Guinée dans le cadre de la coopération militaire. «Il faut rappeler que cette coopération militaire elle-même est le fruit des relations de coopération avantageuse qui unissent les Etats-Unis d’Amérique à notre pays depuis les premières heures de son accession à l’indépendance nationale. Je suis particulièrement attentif à l’appui diversifié que les Etats-Unis accordent à notre pays dans le cadre de notre participation aux opérations de maintien de la paix qui permettent à notre armée de contribuer de façon rayonnante au processus de la paix sur le plan international. »

Pour finir, le Dr Mohamed Diané a rassuré à l’Ambassadeur américain de l’utilisation judicieuse de ce laboratoire.  «Je voudrais rassurer monsieur l’ambassadeur de toutes les dispositions que le département du ministère de la Défense nationale prendra pour l’utilisation efficace et durable de ce laboratoire en vue de la maitrise de cette langue anglaise, qui est devenue un outil incontournable pour la formation et pour le renforcement des capacités opérationnelles de nos forces de défense et de sécurité. »

Il s’est engagé à être toujours disponible la dynamisation de la coopération militaire au profit de la Guinée et des Etats-Unis.

 

Kindia: quand des hommes en uniforme se donnent en spectacle dans un maquis

Une violente altercation a éclaté la nuit dernière aux environs d’une heure du matin dans un maquis de la place à Kindia entre deux groupes de gendarmes et  militaires.

Ces heurts ont provoqué  une véritable panique au sein de la population présente sur le lieu de l’incident. Selon nos informations, ces hommes en uniforme étaient sous l’effet de l’alcool.

Ivres, ces gendarmes et militaires ont carrément perdu le sens de leur mission qui est celle de protéger les populations et leurs biens. Conséquences, un des leurs a été gravement blessé au visage et admis à l’hôpital régional de Kindia pour des soins d’urgence. Et ce n’est pas tout, ces agents saouls se sont aussi donnés en spectacle au quartier Féréfou sur l’axe menant au centre-ville sous les regards stupéfaits des noctambules qui trainaient là à cette heure.

Ensuite une course poursuite s’est engagée entre ces agents à bord de leurs véhicules respectifs à travers la ville. Dans leur course folle, il y a eu des échanges de tirs entre eux. C’est au cours de ces échanges qu’un véhicule non immatriculé, de couleur bleu ciel et appartenant à l’un des agents a été perforé par balle.

Pour l’heure, les agents impliqués dans ces affrontements sont mis aux arrêts par la hiérarchie militaire pour en savoir davantage sur les mobiles réels de ces agissements peu honorables pour nos uniformes.

Mandiana: calme précaire à la frontière guinéo-malienne après le déploiement de l’armée

Après les violents affrontements ayant coûté la vie à 17 personnes à la frontière Guineo-malienne; le préfet de Mandiana s’est rendu hier après-midi dans le district de Kantedoubalandougou et y a déployé 23 militaires, a-t-on appris de sources locales le mardi 28 novembre.

Au cours de sa visite; le préfet Cheick Diallo à mis l’occasion à profit pour présenter ses condoléances aux familles éplorées avant de déployer les forces de défense pour sécuriser la zone. Ce qui évidemment a soulagé les populations qui attendaient le soutien des autorités: « Les autorités de Mandiana sont venues et après les condoléances, elles ont laissé 23 militaires pour sécuriser la zone de Kantedoubalandougou », a indiqué un membre de la délégation préfectorale, l’air soulagé.

Malgré cette visite, certains villageois restent dubitatifs. Ils ont toujours peur. « Nous vivons dans une situation critique avec la peur. Car, ce litige existe depuis 2012 et les autorités qui viennent éteindre le feu et trouver une solution, n’ont jamais réussi à tracer les limites territoriales », s’est confié Seydou Kanté, président de district de Kantedoubalandougou

A retenir que sur les 17 morts, il y en a 12 qui sont maliens et dont la plupart sont issus des rangs des forces de défense malienne. Pour l’heure, le calme est revenu, mais ce conflit frontalier inquiète tout de même les villageois en ce qui concerne désormais les relations entre eux et leurs frères maliens.

 

Zimbabwe: l’armée fait le ménage et dépose Mugabe

Les choses sont allées très vite, c’était à qui tirerait le premier. Le G-40 et les jeunes de la ZANU-PF n’ont eu le temps que pour constater le fait accompli. Au moment où ils faisaient, hier, mardi, dans la journée, leur discours de résistance et de soulèvement contre la déclaration du chef de l’armée, le général Constantino Chiwenga,  celui-ci avait déjà les choses entre les mains, à moins que leurs agitations ne l’aient poussée à l’action. La purge s’est inversée.

 Si Mugabe est ménagé, il n’en sera pas de même de son entourage. On se demande ce qu’est devenue Grace Mugabe, du G-40, singulièrement le ministre zimbabwéen des Finances. Mugabe est-il libéré de l’influence de sa femme fatale, celle qui l’a égaré du chemin de l’honneur et de l’histoire ?

Que dire de l’armée zimbabwéenne et de ce coup de pied de l’âne qui a peur de s’assumer ?

La question se pose puisqu’il s’agira de la même rengaine sur la légalité constitutionnelle, même quand des constitutions légalisent des choses illégales sur le dos du peuple. Au Zimbabwe, il était dans la constitution que la première dame succède à son mari ? Où est le successeur constitutionnel ? Pourquoi personne n’a pas pipé quand ce successeur constitutionnel a été limogé de façon abusive ? Qu’on nous épargne la rhétorique entendue quand les Dadis avaient bondi sur le pouvoir en Guinée. Les généraux et l’armée zimbabwéenne jusqu’ici muets ont subodoré que si le Vice-président Emmerson Mnangagwa, le plus influent du parti, est ainsi allé, la purge n’épargnera personne, l’intervention était une sorte de baroud de survie, c’est ce que l’observateur peut voir dans cette histoire… Ce qui signifie qu’aucune armée du monde n’est muette et impassible à l’émeri et à l’envie.

Evidemment, toutes les armées ont peur d’assumer un putsch à cause des condamnations hypocrites des puissances et des voisins qui, parfois, soufflent le chaud et le froid, selon les degrés d’affinité ou d’inimitié. Dans la sous-région, Mugabe est le doyen sur qui tous se calquent pour garder le pouvoir à vie, il sera normal de voir et d’entendre des condamnations, mais il est désormais très imprudent pour cette armée de faire marche-arrière, elle devra s’assumer et boire la ciguë jusqu’à la lie, n’écouter que le peuple zimbabwéen tout en évitant de verser le sang. Une rapide transition serait aussi le schéma idéal, mais si elle s’accroche…

La page vient d’être tournée, puisse-t-elle servir de leçon.

Zimbabwe : quand la grande muette ânonne

L’armée zimbabwéenne a éventé sa propre mèche. A-t-elle pris les disposions avant de faire une fanfaronnade de cette envergure, a-t-elle procédé comme Polichinelle ou tient-elle ferme toutes les ficelles. L’atmosphère est on ne peut plus délétère, l’odeur du brûlé est dans l’air.

Le limogeage du Vice-président et chef des renseignements, Emmerson Mnangagwa, est-il une réalité matérielle de purge orchestrée et scénarisée par Grace Mugabe ou un « battage général » pour faire sortir tous les loups du bois pour des fins d’identification ? En tous cas : « L’armée interviendra si les purges ne cessent pas » ou « Le Zimbabwe n’appartient pas aux Mugabe », des paroles attribuées au chef de l’armée, le général Constantino Kibwanga, montrent qu’un gros loup est sorti du bois, et il n’a pas froid aux yeux. Son assurance et son aplomb démontrent qu’il détient les choses bien en main et veut montrer sa loyauté et sa légalité jusqu’à la limite.

 Le camp de Grace Mugabe, dans la sagesse et la lucidité, devrait forcément freiner ses ardeurs et réorienter ses tirs politiques, mais on peut douter que renoncement n’est pas dans le caractère de la première Dame du Zimbabwe, qui regarde tout de haut. Il vous s’agira de regarder les attitudes et les allants d’un individu, son timbre de voix coupant pour deviner de quel bois il peut se chauffer. Grace a toutes les cordes à son arc : si elle veut faire entrer le vieux Mugabe dans l’histoire, rien n’est plus facile, si elle veut le contraire, comme le veut ardemment son impulsion du moment, rien ne pourrait l’arrêter, et gare à un de ses proches qui se hasarderait à le faire, à ses détriments.

Pour que Grace Mugabe entre dans l’histoire avec son mari de président, il faut qu’elle croise les mains, elle a déjà assez fait. Les Zimbabwéens sauront être indulgents, mais vouloir forcer la porte de l’histoire, beaucoup parieront que derrière ne sera pas reluisant. Les conditions de vie se dégraderont plus que ça…

En attendant, l’entourage présidentiel et l’armée sont à croupetons et se regardent en chiens de faïence, aucun ne veut bondir le premier. Tout le pays est dans une métastabilité sourde.

Fête de l’armée guinéenne: Adresse du Chef de l’Etat

Officiers, sous-officiers, hommes du rang

La célébration de la fête de l’armée guinéenne m’offre l’occasion de vous présenter mes vœux de bonne fête. J’exprime tout mon attachement à tous les soldats blessés lors des missions à l’Extérieur. Puisse le Tout-puissant leur accorder un soulagement en ce jour anniversaire de la création de notre armée nationale. Je renouvelle mes condoléances à nos martyrs tombés au champ d’honneur, notamment au Nord-Mali dans le cadre de la MINUSMA.

Officiers, sous-officiers, hommes du rang

Célébrer le 59ème anniversaire de la création de notre armée, c’est surtout honorer le courage de tous ces soldats qui, de par leur sacrifice, ont héroïquement combattu pour notre souveraineté. En ce jour de souvenir, je salue leur mémoire et leur renouvelle la reconnaissance de la Nation toute entière.

Je tiens à vous féliciter pour avoir contribué, chacun dans son domaine, à la réforme des forces de défense et de sécurité. Les efforts fournis sont immenses et il nous reste beaucoup à faire pour transformer définitivement notre armée en une armée totalement et véritablement républicaine, de progrès, de développement, de construction et capable de faire face aux défis sécuritaires auxquels le monde est confronté aujourd’hui.

C’est le lieu de saluer ici la contribution remarquable du Génie militaire dans l’assainissement de nos villes et l’engagement des unités agro-industrielles de l’armée dans notre combat commun pour atteindre l’autosuffisance alimentaire. Je salue également l’implication de l’armée dans la lutte contre la piraterie en haute mer.

Ensemble, nous avons réussi en quelques années à transformer l’image de notre armée qui inspire aujourd’hui respect et considération. Je vous en félicite.

Au moment où vous vous apprêtez à prendre le repas du corps dans vos casernes, je voudrais vous réitérer ma totale disponibilité et celle de mon gouvernement à créer dans les différentes garnisons des conditions de vie et de travail vous permettant de remplir honorablement votre mission.

Quant à la question liée à l’avancement en grade, je vous rappelle que le 1er novembre n’est pas une date butoir. Comme vous le savez, dans le cadre de la réforme des Forces de défense et de sécurité, nous avons élaboré des textes de lois pour encadrer et réglementer le passage d’un grade à un autre qui peut intervenir à tout moment de l’année, pourvu que les conditions édictées par les dispositions de la Loi 001/CNT du 17 janvier 2012, portant statut général et particuliers des militaires soient remplies.

En effet, l’article 53 de ladite Loi indique que l’avancement de grade a lieu au mérite. Nul ne peut, sauf pour services exceptionnels rendus, être promu à un grade s’il ne compte dans le grade inférieur un minimum de durée de service fixé par le statut particulier et ne détient le diplôme correspondant.

Quant à l’article 56, il explique que l’avancement en grade dans les armées se fait sur la base des tableaux d’avancement élaborés exclusivement par les chefs d’Etat-major et le haut commandant de la gendarmerie nationale. Ces tableaux sont soumis à une commission présidée par le chef d’Etat-major général des armées. Le tableau d’avancement est publié six mois avant la signature des textes définitifs d’avancement.

C’est pourquoi, en rapport avec le ministère en charge de la Défense, d’ici la fin de l’année, l’Etat-major des Forces armées vous transmettra la bonne nouvelle.

En attendant, je vous félicite très sincèrement pour la discipline observée ainsi que pour votre soutien aux réformes déjà engagées et je vous souhaite, à toutes et à tous, un très bon anniversaire.

Que Dieu bénisse la Guinée

Le Bureau de Presse de la Présidence

 

Lire vidéo:

Dr. Mohamed Dainé: «outre la protection de l’intégrité nationale, les missions de l’Armée doivent tenir compte aussi des nouvelles formes de menaces»

Dans cet entretien qu’il a accordé à nos confrères de la Cellule de communication du gouvernement, le ministre d’Etat, ministre auprès de la Présidence chargé de la Défense nationale, Dr Mohamed Diané revient sans détours sur sa récente participation au sommet du G5 Sahel, celle du contingent guinéen à la MINUSMA, des attaques meurtrières dans ses rangs. Sans oublier bien sûr la Loi de Programmation Militaire, le différend frontalier entre la Guinée et la Côte d’Ivoire, le recensement biométrique de la Grande Muette qui ont été, entre autres sujets débattus au cours de cette entrevue. Lisez plutôt!

Vous avez récemment participé au sommet du G5 Sahel alors que la Guinée n’est pas membre de cette organisation. Les raisons ?

C’est vrai, nous ne sommes pas membres du G5 Sahel, mais nous sommes « Observateurs ». Au-delà de cet aspect, étant donné que nous sommes voisins du Mali, et compte tenu de la situation dans ce pays frère, il est important que nous apportions notre soutien à toutes les initiatives qui peuvent ramener la paix et la sécurité dans notre sous-région. Le sommet des chefs d’Etat des cinq pays du G5 Sahel, à savoir le Mali, le Niger, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Tchad), avec la participation du président français Emmanuel Macron, s’est tenu à Bamako à un moment où, comme vous le savez, l’Afrique est confrontée au phénomène du terrorisme, aggravé par des problèmes complexes de développement de nos pays. Cette rencontre était ainsi une occasion exceptionnelle de donner une orientation plus efficiente à la lutte contre le terrorisme dans notre région.

Le président Alpha Condé, en sa qualité de président en exercice de l’Union africaine et en raison des contraintes majeures de calendrier, ne pouvait pas rester sans se faire représenter à cet important sommet qui se tient aux portes de la Guinée,  par une personnalité de son pays pour transmettre son  message de soutien et de solidarité à ses frères et collègues Chefs d’Etat. Une façon de soutenir concrètement toutes les résolutions issues  de ce sommet. C’est dans ce cadre que j’ai fait le déplacement de Bamako pour transmettre le message du  Président de la République, le Pr. Alpha Condé.

Quel a été l’apport du gouvernement dans la préparation des bataillons Gangan 1 et 2 déployés au Mali ?

C’est une tradition de notre armée de venir au secours des pays frères et amis en difficulté. Dans le cadre donc de la participation de notre pays aux opérations internationales de maintien de la paix, depuis plus de trois ans, après le déploiement des compagnies de Nimba 1 et 2, deux bataillons ont  été déjà préparés et projetés au sein de la MINUSMA à Kidal. Un troisième est en attente à Kindia. Pour des raisons évidentes de sécurité, vous me permettrez de ne pas détailler ici les conditions de préparation et de projection de nos hommes sur le terrain. Ce qu’il faut savoir, c’est que nous sommes au Mali, malgré les nombreuses difficultés liées à une telle mission, pour construire certes la paix sur place, mais aussi pour protéger la Guinée. En se basant sur le dicton qui dit que lorsque la maison de votre voisin brûle, vous devez l’aider à éteindre le feu au risque de voir votre propre demeure dévorer par les flammes. C’est vrai, nous ne pouvons pas vaincre la guerre contre le terrorisme uniquement par les armes, mais lorsque des djihadistes sans foi ni loi menacent l’existence même d’un pays avec lequel nous partageons tout, la Guinée ne peut pas rester indifférente, sans rien faire. Nous avons déjà payé un lourd tribut en nous engageant sous la bannière de l’ONU pour ramener la paix et la sécurité au Mali.

A Kidal, les militaires guinéens participent courageusement à au sein de la MINUSMA à la lutte contre le terrorisme, en bravant les menaces de tous genres et ce, malgré la complexité du conflit au nord-Mali. Ils font tous preuve de courage, de discipline, de bravoure et de dignité pendant leur mission dans cet environnement difficile.

C’est ainsi que 13 d’entre eux sont tombés au champ d’honneur en défendant la liberté contre la terreur. Qu’il me soit donc permis, encore une fois, de m’incliner pieusement devant la mémoire de tous ces martyrs qui ont versé leur sang pour l’honneur de la patrie. Au nom du Président de la République, Chef des Armées et en mon nom personnel, je renouvelle à l’armée, aux familles éplorées et au peuple de Guinée, mes condoléances les plus émues.

Des dispositions sont-elles prises pour éviter de tels drames ?

Pour éviter la répétition de tels drames, même si le risque zéro n’existe pas dans ce type de situation, les autorités guinéennes en rapport avec les Nations unies et plusieurs pays amis sont en train de renforcer les dispositions sécuritaires non seulement au niveau du site de cantonnement du contingent guinéen, mais aussi au niveau de tous les autres sites de la zone de Kidal par la mise en place des dispositifs d’alerte et d’appui aérien notamment. D’autres mesures sont également mises en place. Permettez-moi de ne pas en dire plus… La vie de nos soldats sur place en dépend.

Quels sont ces cinq projets de loi et textes réglementaires et quels avantages pour les Forces de défense ?

Il s’agit de l’avant-projet de loi portant principes fondamentaux de l’organisation générale de la défense nationale (articles 72 de la Constitution), soumis au gouvernement.

De l’avant-projet de loi portant organisation générale et fonctionnement des Forces de défense (article 144 de la Constitution), soumis au gouvernement.

De l’avant-projet de loi fixant les conditions de participation de l’armée au développement socioéconomique de la Nation et toutes autres tâches d’intérêt public ;

De l’avant-projet de loi sur la prévention et la lutte contre le terrorisme, soumis au gouvernement pour validation et enfin, de l’élaboration de la loi portant maintien de l’ordre public, adoptée, promulguée et disponible.

Quant aux textes réglementaires, nous avons celui lié à la révision du décret de création du Conseil supérieur de la Défense. Un texte déjà signé et disponible. Il y a l’élaboration de l’avant-projet d’arrêté portant notation dans les Forces armées guinéennes. Nous avons également élaboré un projet d’arrêté fixant attributions du Conseiller militaire près la Mission permanente de la Guinée auprès des Nations unies à New York. Il faut citer aussi l’élaboration de la Stratégie Genre au sein des Forces de défense et de sécurité et enfin l’élaboration du règlement du Cérémonial militaire, qui est en cours. Tout cela, pour contribuer efficacement au renforcement des capacités d’actions des Forces armées guinéennes.

Loi de Programmation Militaire : quelle stratégie pour faire face aux nombreux défis qui freinent votre élan ?

La mission régalienne du ministère de la Défense nationale consiste à mettre en œuvre la politique du gouvernement en matière de défense. L’accomplissement de cette mission sacrée a amorcé un tournant décisif par l’initiation de la Réforme du secteur de sécurité. L’élaboration et la promulgation en décembre 2014 de la Loi de programmation militaire LPM doit permettre la montée en puissance de l’armée afin de devenir une institution redimensionnée, formée, équipée et capable de faire face aux défis sécuritaires imposés aujourd’hui au monde. Car, comme vous le savez, notre monde actuel est caractérisé par un environnement sécuritaire volatile et complexe. Les missions du ministère de la Défense nationale ne se résument plus seulement à protéger le territoire national contre une agression d’un pays voisin, mais elles doivent tenir  compte aussi des nouvelles formes de menaces.

La Guinée doit donc, comme je le disais, disposer de Forces de défense mieux équipées et mieux entraînées, capables de défendre l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale, prenant en compte le contexte actuel marqué par toutes sortes de menaces géopolitiques, asymétriques et sécuritaires. Aussi, les Forces de Défense doivent être républicaines, professionnelles, respectueuses de l’Etat de droit et subordonnées à l’autorité civile légalement établie. Elles devront aussi être dotées de moyens suffisants pour remplir de façon efficiente et efficace leurs missions.

C’est vrai, compte tenu de la situation économique des dernières années, conséquence notamment de la survenue imprévisible de la fièvre hémorragique à virus Ebola, les ressources qui devraient être allouées à la LPM à partir de 2015 peinent à être mobilisées. Evidemment, cette situation ne nous empêche pas d’utiliser les ressources disponibles pour faire face à nos objectifs de modernisation de  l’armée guinéenne. Si ce manque de ressources a ralenti notre élan, il ne l’a pas freiné pour autant, comme vous le dites.

Nous sommes d’ailleurs heureux de constater que parmi les 100 actions prioritaires du gouvernement, celles du ministère de la Défense occupent la première place. Ceci démontre le souci de l’ensemble du gouvernement de conduire à son terme la LPM. Notre détermination, le soutien du chef des armées et celui du gouvernement nous permettront de relever tous les défis et obstacles qui se dressent devant nous, afin de doter notre pays d’une armée républicaine, fierté de tous les Guinéens.

Où en êtes-vous avec la poursuite des constructions d’infrastructures dans les garnisons ?

La construction des infrastructures se poursuit à un rythme soutenu dans les différentes garnisons du pays. Malgré quelques retards causés entre autres par les difficultés financières rencontrées ces dernières années. Contrairement aux idées reçues, le budget alloué au ministère de la Défense ne permet pas à lui seul de faire face aux énormes dépenses en matière de construction et d’équipement de notre armée. L’apport des partenaires est nécessaire. Nous sommes en train de travailler dans ce sens. Car les capacités opérationnelles d’une armée sont largement tributaires de la formation, de l’entrainement, de l’équipement et des conditions de vie et de travail. Dans ce domaine, d’énormes efforts ont été consentis par mon département. Vous avez eu le loisir de visiter sur le terrain certaines de ces réalisations.

Questions des internautes

Certains soutiennent que votre département procède à des recrutements en catimini ?

C’est une simple désinformation. Pour le moment l’armée ne procède à aucun recrutement dans ses rangs. D’ailleurs, dans le cadre de la Loi de programmation militaire, qui est notre boussole, il est question de réduire les effectifs de l’armée. Vous le savez, peut-être, depuis l’élection du président Alpha Condé à la magistrature suprême, 4000 militaires ont été mis à la retraite pour la première fois en Guinée, dans le cadre de la Réforme. Cette année encore, 60 autres militaires ont fait valoir leurs droits à la retraite. Je précise toute de suite que s’il est prévu de dégraisser les effectifs de l’armée, il est question d’augmenter ceux de la gendarmerie nationale. Bientôt, selon la disponibilité des ressources, le ministère de la Défense nationale communiquera officiellement ce qui est effectivement prévu et réalisable dans le cadre des recrutements au niveau de la gendarmerie.

Qu’en est-il du différend frontalier avec la Côte-d’Ivoire ?

Pour ce qui est du différend frontalier qui n’oppose en réalité pas la Guinée et la Côte-d’Ivoire, une Commission mixte a été mise en place et elle travaille pour harmoniser les points de vue et trouver une solution durable permettant aux populations des deux cotés de la frontière de continuer de vivre en harmonie.

Où en sommes-nous avec le dossier des jeunes militaires formés à Kissidougou et Kalia ?

Des jeunes militaires formés à Kalia et Kissidougou ? Un lourd héritage que nous gérons.

La biométrie  et le code de bonne conduite ?

Nous sommes très avancés dans le récemment biométrique au sein des Forces armées guinéennes avec l’implication d’une société sud-africaine et l’appui de la coopération française. C’est vrai qu’à un moment donné les travaux ont été ralentis pour remettre de l’ordre, mais je puis assurer que le processus est en cours.

La vulgarisation du code de bonne conduite se poursuit. Il y a encore des efforts à faire mais dans l’ensemble, les mentalités évoluent positivement.

Conclusion

Je le disais au début de cet entretien : les Forces armées guinéennes ne se contentent pas seulement de leur mission régalienne de défense de l’intégrité territoriale de la Guinée. Elles participent de façon active au développement économique du pays à travers notamment le génie militaire et la direction qu’on appelle couramment « génie agricole ». Des plaines entières sont mises en valeur et exploitées par nos soldats afin d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. Des infrastructures d’utilité publique (routes, ponts et chaussées) sont construites à travers tout le pays, des montagnes d’ordures sont ramassées quotidiennement dans la ville. Nos gendarmes participent au maintien d’ordre pour permettre aux activités économiques de prospérer. Nos forces arraisonnent des navires pirates dans nos eaux territoriales et renflouent les caisses de l’Etat en devises, etc. Oui, j’entends certaines critiques, souvent infondées, mais on oublie souvent d’où nous venons. Nous faisons face à nos responsabilités en gérant de façon responsables un certain nombre de situations créées par le passé. Aujourd’hui, nous pouvons être fiers en tant que Guinéens, de servir de modèle à d’autres pays africains en ce qui concerne la réforme du secteur de sécurité. Les efforts de modernisation se poursuivent. Ils produiront à terme les résultats escomptés. Pour le plus grand bien de notre pays, notre maison commune.

Entretien réalisé par la Cellule de Communication du Gouvernement

France : Les rectifications de Macron sur le budget pourront-elles rassurer l’armée ?

D’abord, il faut souligner que le président français a eu raison, quand il avait souhaité hier une autre victoire d’étape et un podium aux deux Français les plus doués de ce Tour, les haranguant que cela est dans le mental. Eh bien voilà que Warren Barguil, le maillot à pois qui était allé dans le décor la veille après s’être bien économisé à l’arrière du peloton maillot jaune, il a sorti le grand jeu dans la redoutable ascension du col d’Izoard.

Après avoir tiré la langue toute la journée d’hier, damer le pion à tous les candidats au podium aujourd’hui, c’est super-humain. Probablement, Warren Barguil sera celui qui va faire très peur à Christopher Froome. Un des souhaits de Emmanuel Macron est en voie de réalisation.

A côté de cela, on s’était demandé si la coupe dans le budget militaire et la démission du chef d’état-major des armées de France n’allaient pas faire des chuchotements au sein de la grande muette, après l’éclaircissement d’hier à l’arrivée du Tour de France concernant le remplaçant du général Pierre de Villiers par le général François Lecointre, il fait encore des éclairages aujourd’hui sur le budget pour rassurer les militaires en faisant le déplacement sur la base d’Istres, en compagnie du nouveau promu et a promis de ne rien toucher à leur train de vie, même qu’il sera en constante amélioration dans le courant de 2018. Comme on le voit, les acrobaties et prestidigitations présidentielles posent plus d’interrogations que ne donnent de réponses.

En effet, il faut rappeler aux simplets que Emmanuel Macron doit faire une économie de 13 milliards sur ans, pour limiter le déficit budgétaire à 2% du PIB. Seulement, les 850 millions rognés dans le budget militaire faisaient partie du compte. S’il coupe 850 millions dans un budget, où va-t-il couper pour greffer sur l’entaille ? ça, Macron ne l’a pas dit, mais encore, les fermetures d’entreprises non rentables, les suppressions d’emplois pour grignoter quelques millions, les remous sociaux commencent déjà.

En piètre visionnaire, on pressent que Emmanuel Macron n’atteindra pas les 100% des 13 milliards d’économie projetés pour la fin de son mandat. Comme François Hollande, qui avait promis la baisse du chômage, condition principale et sine qua non de sa candidature, et cette baisse n’est venue que juste après qu’il ait annoncé qu’il ne se présentera pas.

13 milliards, c’est placer très haut la barre ; 12 milliards est plus réaliste et plus faisable. A moins qu’il ne tienne contre vents et marées à ce chiffre et dans ces conditions, la réduction du déficit pourra se limiter à ces 2% ou combien ? Qu’en sera-t-il ?

Ces questions restent posées !

Camp Samory: le ministre de la Défense inaugure des infrastructures militaires de haut standing

Dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie et de travail des militaires, le ministre d’Etat auprès du président de la République, chargé de la Défense Nationale, Dr. Mohamed Diané, a procédé ce jeudi 20 juillet à l’ouverture des infrastructures réhabilitées au Camp Almamy Samory Touré à Conakry, a-t-on constaté sur place.

En effet, il s’agit de la salle de banquet abritant le Poste de Commandement Interarmées Elargi (PCIAE) pour le compte de l’Etat-major Général des Armées.

Pour le patron de l’Intendance militaire,  le Colonel Ibrahima Kalil Kouyaté, la réalisation de ces infrastructures résulte de l’adoption et de la mise en œuvre de la Loi de Programmation Militaire (LPM) qui s’inscrit, dit-il, dans le cadre du vaste programme de réforme des Forces de défense et de sécurité. «La remise de ces infrastructures réhabilitées conforte le patrimoine militaire et améliore le cadre de vie et de travail des militaires», a-t-il indiqué, avant de recommander aux heureux bénéficiaires d’en faire un bon usage.

Poursuivant son allocution, Ibrahima Kalil Kouyaté a précisé que toutes ces réalisations ont été supportées par le budget du ministère de la Défense Nationale dans son exercice 2017. Plus loin, il a affirmé qu’ils comptent sur le financement de l’exercice 2018, pour la poursuite des travaux déjà entamés.

Prenant la parole, le ministre d’Etat auprès du président de la République chargé de la Défense Nationale, Dr. Mohamed Diané, a rappelé que depuis sa prise de fonction en janvier 2016, l’amélioration des conditions de travail au sein du département ainsi qu’au sein des Forces armées guinéennes, était inscrite parmi ses priorités.

Selon le ministre Diané, le Poste de commandement interarmées élargi permettra sans nul doute à l’Etat-major d’améliorer ses capacités opérationnelles sur le terrain. Quant à la nouvelle salle de conférence, il ajoutera qu’elle va permettre l’organisation des colloques et autres rendez-vous du « Donner et de Recevoir» avec divers experts dans le cadre de la formation notamment.

«La modernisation de nos infrastructures et de nos outils de travail est un long processus auquel le gouvernement adhère totalement. La volonté politique est là. Notre détermination pour atteindre nos objectifs dans le cadre de la réforme du secteur de sécurité est intacte», a-t-il déclaré, tout en comptant sur l’engagement de chaque militaire pour relever ce défi commun.

Voici la physionomie de la salle de banquets: une salle VIP; une salle de conférence d’une capacité de 250 places; une salle d’attente pour les hommes de garde; une cabine technique et d’animation; des toilettes et un comptoir. S’agissant du Poste de Commandement Interarmées Elargi (PCIAE), le ministre Diané a précisé que ce service de commandement et de contrôle constituera le véritable centre de planification et de conduite des opérations tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du territoire.

Lire vidéo:

 

Armée : le commandant de la région militaire de Labé muté à Kindia

Le décret présidentiel est tombé cette semaine sur les ondes des médias d’État. Désormais, le colonel Ibrahima Kalil Condé, jusque-là commandant de la deuxième région militaire de Labé a été promu au poste de premier responsable du camp Kémé Bouréma de Kindia, c’est-à-dire la première région militaire, a appris Guinéenews de source officielle.

À la tête du camp El Hadj Oumar Tall de Labé depuis 4 ans, 10 mois et une semaine, le colonel Ibrahima Kalil Condé cède sa place au colonel Naby Youssouf Bangoura, désormais commandant de la deuxième région militaire de Labé.

« Je suis très content d’être à Labé. Je profite de votre micro pour remercier toute la hiérarchie militaire, le chef d’état-major de l’Armée de Terre, le chef d’état-major des Armées, le ministre d’État chargé de la Défense nationale et très particulièrement le commandant en chef des Forces armées guinéennes, le président de la République, le professeur Alpha Condé », a laissé entendre le colonel Naby Youssouf Bangoura, désormais commandant de la deuxième région militaire de Labé.

Après sa prise de service au camp Kémé Bouréma de Kindia, le colonel Ibrahima Kalil Condé a tenu à remercier les citoyens de la cité de Karamoko Alpha Mo Labé pour l’hospitalité et la bonne cohabitation qu’ils ont entretenues avec lui durant ces cinq années de service. « C’est par le même décret que j’ai été affecté dans les mêmes fonctions comme commandant de la première région militaire de Kindia. J’ai déjà pris service à Kindia depuis lundi dernier. Je vais d’abord remercier la population de Labé pour son hospitalité. Pendant le peu de temps que j’ai fait à Labé, je me suis senti chez moi. Je ne pourrais que remercier la population qui a été non seulement hospitalière mais nous avons entretenu une très bonne cohabitation », soutient-il au micro de Guinéenews.

À signaler que les deux officiers de l’armée guinéenne sont déjà en service au niveau de leurs postes respectifs.

Alaidhy Sow à Labé, pour Guinéenews.org

 

Coopération: la Chine casse sa tirelire et équipe le génie militaire guinéen d’engins lourds destinés aux travaux publics

L’axe Béijing-Conakry est au beau fixe. Ce jeudi 6 juillet, l’Ambassadeur de la Chine en Guinée, SEM, BIAN Jianqiang a remis les clés de plusieurs matériels de construction et de terrassement au ministre d’Etat à la Présidence chargé de la Défense nationale, le Dr Mohamed Diané. C’était en présence de la ministre des Travaux publics, Oumou Camara.

 

La remise de ce don venant de la République populaire de Chine s’est déroulée dans l’enceinte de la base du bataillon du génie militaire qui en est le bénéficaire. Il est composé entre autres, de camions-bennes, de citernes, de bulldozers.

Dans son intervention, l’Ambassadeur de la Chine en Guinée, BIAN Jianqiang a rappelé l’historique de la coopération sino-guinéenne et les différents appuis que son pays a accordé à la Guinée. C’est le cas notamment de l’appui à l’armée guinéenne effectué en mars 2016 après l’attaque du bataillon guinéen au Nord du Mali par les groupes terroristes.

« En 2016, le président Alpha Condé a effectué une visite en Chine. Nos chefs d’Etat sont parvenus à un consensus important sur le renforcement de notre coopération et ont décidé de prôner la coopération bilatérale au niveau du partenariat global et de coopération stratégique ouvrant ainsi une nouvelle ère du développement sino-guinéen », a-t-il rappelé avant de réaffirmer l’engagement du gouvernement de son pays à œuvrer dans le sens de la coopération gagnant-gagnant.

«Le gouvernement chinois continuera avec la Guinée de promouvoir notre coopération pragmatique dans divers domaines, y compris le domaine militaire dans l’esprit du respect mutuel et de gagnant-gagnant. Il entend également continuer à apporter son soutien dans la mesure de ses possibilités à la Guinée pour son développement socioéconomique», a ainsi affirmé le diplomate chinois.

Dans le même sillage que l’Ambassadeur, le ministre d’Etat à la Présidence de la République chargé de la Défense nationale, le Dr Mohamed Diané est largement revenu sur les différentes réalisations de la Chine en Guinée, notamment le palais du peuple, le palais Sékhoutouréa, la RTG Koloma, le barrage hydroélectrique de Kaléta.

 

Parlant du nouveau don de la Chine au bataillon du génie militaire, Dr Diané indique que celui-ci vient à point nommé : « la Chine vient de combler nos attentes en matière d’équipements de terrassement et de construction au profit du bataillon du génie militaire qui en a tant besoin. Ce don massif composé de divers engins d’une valeur totale de 30 millions Yuans renforcera significativement les capacités opérationnelles du génie militaire dans le cadre de la participation de l’armée au développement national. Ce, conformément à l’esprit de la réforme du secteur de la sécurité initiée par le président de la République. »

Il soutient que ce don va permettre la mise en œuvre de la loi de programmation militaire. «Ce geste du gouvernement et du peuple chinois nous va droit au cœur car il occupe une place importante dans la mise en œuvre de la loi de programmation militaire et renforce sans doute les liens d’amitié séculaires qui existent entre nos deux pays et nos deux peuples», a en substance déclaré le ministre d’Etat, ministre de la Défense.

 

Armée: les corps des soldats guinéens tués dans l’attaque de Kidal seront rapatriés ce jeudi (Défense)

Suite aux attaques terroristes perpétrées le jeudi 08 juin 2017 contre les Forces de la MINUSMA basées au Camp de Kidal, le Bataillon guinéen GANGAN 2, dans sa position avancée, a enregistré quatre (04) morts et trois (03) blessés.

A cet effet, le Ministre d’Etat auprès du Président de la République Chargé de la Défense Nationale, le Chef d’Etat-major Général des Armées et le Haut Commandant de la Gendarmerie Nationale-Directeur de la Justice Militaire, portent à la connaissance des familles éplorées, des membres, des Institutions Républicaines, des membres du Gouvernement, des Forces de Défense et de Sécurité et du Peuple de Guinée, que l’arrivée des dépouilles mortelles est prévue le jeudi 15 juin’ 2017 à la Base Aérienne Principale de Conakry à partir de 12 heures.

Par ailleurs, la cérémonie funèbre des feus:

– Capitaine Pépé THEORO;

– Sous-lieutenant Soua MONAMOU ;

– Adjudant-Chef lbrahima SOUMAH ;

– Adjudant-Chef Alseny Yarie CONTE,

aura lieu le vendredi 16 juin 2017 à la Base Aérienne Principale de
Conakry à 09 heures.

Que leurs âmes reposent en paix. Amen !

 

Cet article Armée: les corps des soldats guinéens tués dans l’attaque de Kidal seront rapatriés ce jeudi (Défense) est apparu en premier sur Guinéenews.

Coopération : Deux militaires russes décorés par la Guinée

Pour reconnaitre les loyaux services qu’ils ont rendus et continuent de rendre à la Guinée, le président Alpha Condé a décoré deux cadres militaires russes. Présidée par le ministre de la Défense nationale, la cérémonie de décoration s’est tenue ce vendredi 26 mai 2017 à Conakry. Ce sont le Colonel Youri SAVVATEEV et l’Ingénieur en Chef Vasilli LEMZIAKOV.

« Ces décorations constituent un acte fort de magnanimité et plein de signification par lequel, monsieur le président de la République récompense les bons et loyaux services rendus à notre pays par ces coopérants durant leurs missions respectives dans le cadre du renforcement de la coopération militaire entre la Fédération de Russie et notre pays », a déclaré le ministre de la Défense nationale, Mohamed Diané.

Depuis son arrivée en Guinée le 22 février 2013, le colonel Youri, selon le ministre, contribué efficacement au renforcement de la coopération entre les armées russes et guinéennes. Il a également organisé l’octroi aux forces armées guinéennes d’un hôpital militaire mobile de campagne pour deux cent personnes, actuellement déployé à Kindia.

Dans le processus de réforme du secteur de la sécurité, le colonel Youri a contribué à la mise en place de matériels didactiques pour l’amélioration des textes fondateurs de la doctrine militaire guinéenne et des questions traitant de la lutte contre le terrorisme.

Contrairement au colonel Youri qui rentre désormais en Russie, le deuxième officier russe à recevoir l’acte de reconnaissance du président de la République, l’Ingénieur en Chef Vasilli LEMZIAKOV va continuer à offrir ses services en Guinée. A en croire M. Diané, il s’est distingué à travers le renforcement des capacités des techniciens guinéens et la maintenance des matériels et équipements des engins blindés des forces armées guinéennes.

Dans son intervention, le colonel Youri a rappelé les différents appus de son pays à la Guinée depuis 1960 : « Au cours de la coopération militaire et militaro-technique entre la Russie et la Guinée (1960-2016) 60 chars, 10 véhicules blindés de combat, 146 véhicules de transport des troupes, 456 canons et mortiers, 96 systèmes de lancement à réaction Grad, 46 avions, 5 hélicoptères, 15 navires de combat ont été livrés en Guinée au total de 436,6 millions de dollars. En outre, la Russie a prêté son appui technique a la construction des objets à destination militaires au montant de 16,3 millions de dollars. Plus de 2000 militaires guinéens sont formés dans les établissements militaires de l’USSR et de la Russie. 1700 experts militaires russes et soviétiques ont été envoyés en mission en République de Guinée en vue de l’assistance dans l’exploitation et dans la réparation du matérielle livré. »

Cet article Coopération : Deux militaires russes décorés par la Guinée est apparu en premier sur Guinéenews.

Côte d’Ivoire : le caillou dans la botte

La découverte d’une cache d’armes chez un proche de Guillaume Soro est une réalité tangible ou un scénario monté pour « accuser le chien de rage» ? Quoi qu’il en soit, le calme et la paix sont tout proches pour ce pays. Explications :

L’ascension politique de l’ancien président des étudiants de Côte d’ivoire, devenu le chef des Forces nouvelles puis président de l’Assemblée nationale a été fulgurante en moins de temps qu’un parcours classique. Cela n’est pas sans dénoter une certaine notoriété de l’homme et cela peut lui donner le tournis de ne pas s’arrêter en si bon chemin.

Sans la collusion avec les rebelles des Forces nouvelle de Guillaume Soro, on se demande si Alassane Ouattara aurait pu avoir raison du FPI de Laurent Gbagbo, surtout dans la période trouble de 2003-2004, quand il avait escaladé le mur d’enceinte de l’ambassade d’Allemagne pour avoir la vie sauve.

La présence prédominante de Guillaume Soro sur le terrain avait forcé Laurent Gbagbo de le coopter comme Premier ministre pour avoir le calme, mais la confiscation politique à outrance du FPI dans une cohabitation bancale avait fini par lui faire changer de camp du côté du RDR et du PDCI pour gagner contre le FPI dans la crise postélectorale de 2011.

Quelle a été le degré de participation et le rendement évaluables des Forces nouvelles par rapport à ceux du PDCI ?

S’estimant heureux dans le partage du pouvoir dans le premier gouvernement du premier mandat de Alassane Ouattara et se voyant toujours consigné dans le carcan de l’éloignement de ce pouvoir dans ce deuxième mandat, pour ne pas dire écarté pour longtemps ou définitivement par la nomination d’un Vice-président venant du PDCI, l’ex-turbulent rebelle ne se contente plus du perchoir, même quand il a félicité et remercié Alassane Ouattara avec des mots couvert de sa facile réélection à la tête de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire.

Après l’embrouillamini dans cette affaire d’écoute téléphonique avec ceux qui voulaient reprendre le pouvoir au Burkina, Guillaume Soro voyait déjà l’étau se refermer petit à petit sur lui et c’est là que les mauvaises choses ont commencé avec les revendications de tous ordres, non sans raison, d’ailleurs. Les circonstances économiques le couvraient à merveille. Seulement, on vient de découvrir le pot aux roses avec cette cache d’armes, dont on dit chez un de ses proches. Le caillou est dans la botte de Guillaume Soro, qui est, lui-même, un caillou dans la botte d’Alassane Ouattara.

Comment sortir de cet imbroglio ? Mettre Guillaume Soro hors d’état de nuire, personne n’y pense et l’idée n’effleure personne en Côte d’Ivoire, dans la situation actuelle des choses. Rebattre les cartes et changer la donne dans la succession, difficile pour la crédibilité et l’orgueil d’un pouvoir qui abdiquerait à toutes sortes de revendications sociopolitiques. 

Comme on le voit, Guillaume Soro est un caillou anguleux dans la botte de la Côte d’Ivoire. Seuls son libre arbitre, son degré patriotique et son abnégation pourraient sortir son pays de l’ornière. Dans la situation qui prédomine, est-il, lui-même, dans la sérénité ? L’ambition politique n’est pas une sinécure.

Si l’impasse ivoirienne pouvait inspirer d’autres en Afrique et Alassane Ouattara n’est qu’à son deuxième mandat ingouvernable… Les souvenirs de l’humiliation du fier Mobutu et de Blaise Compaoré sont encore vivaces dans les mémoires et esprits. 

Moïse Sidibé

Cet article Côte d’Ivoire : le caillou dans la botte est apparu en premier sur Guinéenews.

Dr. Mohamed Diané en toute intimité… (Interview)

A la tête du ministère auprès de la Présidence chargé de la Défense nationale, le ministre d’Etat Dr Mohamed Diané, dans une interview exclusive qu’il vient d’accorder à Guinéenews, fait le point de certaines actions prioritaires entreprises sous son magistère, parle de la Loi de Programmation Militaire (LPM), un chantier dont la mise en œuvre constitue pour lui un point d’honneur. Le ministre Diané, connu pour être très peu volubile, a accepté, pour une des rares fois, de partager avec nos lecteurs, ce qui s’inscrit en réalité dans le cadre de sa vie privée, ses désirs, ses relations avec le président de la République, l’exercice de la fonction ministérielle, ses occupations au-delà de sa mission régalienne,  ses rêves, défauts et qualités…

 Guinéenews : vous avez récemment participé au séminaire gouvernemental. Un exercice utile ?

Dr. Mohamed Diané : c‘est un exercice qui nous a permis de passer en revue le bilan de réalisation de 2016 et les actions prioritaires pour  2017 de chaque ministère. Je me félicite d’ailleurs de cette approche de programmation de l’action du gouvernement. Nous aurons ainsi une visibilité et de la cohérence dans la planification de nos actions. Ces actions devront permettre d’apporter des solutions concrètes, susceptibles de répondre aux besoins des Guinéens, tout en favorisant une croissance économique forte et inclusive.

Guinéenews : sans parler de bilan, quelles sont les grandes actions du département au cours de l’année écoulée ?

Dr. Mohamed Diané : conformément à la lettre de mission que le Premier Ministre m’a assignée, les grandes actions du ministère de la Défense nationale au cours de l’année 2016, ont porté sur la mise en œuvre de cinq objectifs prioritaires:

a)- La poursuite de la Reforme des forces de Défense. Dans ce cadre, nous avons procédé au renforcement du cadre légal et réglementaire (cinq avant-projets de lois et cinq textes réglementaires ont été élaborés et validés) ;

b)- le renforcement des capacités opérationnelles des forces de défense. Dans la mise en œuvre de cet objectif prioritaire, nous avons procédé à l’amélioration des infrastructures militaires : huit travaux de construction et de rénovation sur douze programmés pour 2016 ;

c)-le renforcement de la sécurité du territoire national. Dans ce cadre, nous avons renforcé et amélioré le dispositif de la sécurité à l’intérieur du pays et au niveau des frontières pour mettre le pays à l’abri des nouvelles menaces sécuritaires, du grand banditisme et des troubles à l’ordre public. Les actions prioritaires réalisées dans ce domaine sont les suivantes: 530 missions de patrouille réalisées et 150 opérations de maintien d’ordre ;

d)- l’amélioration de la qualité des dépenses militaires. Pour cela, nous avons procédé au renforcement des mécanismes de contrôles financiers en décentralisant la direction générale de l’Intendance militaire et en améliorant l’administration financière et les contrôles internes ;

e)-pour l’application des Accords et Conventions militaires ratifiés dans les cadres bi et multilatéraux, nous avons effectué la projection du Bataillon Gangan 2 au Mali et précisément à Kidal dans les cadre de la participation de notre pays dans les opérations de maintien de la paix. Pour cette action prioritaire, 1000 hommes ont été formés et préparés parmi lesquels, 850 militaires ont été déployés à Kidal au Mali en juillet et aout 2016.

Guinéenews : des difficultés dans la mise en œuvre de la Loi de Programmation Militaire (LPM)?

Dr. Mohamed Diané : dans le cadre de la mise en œuvre de la Loi de Programmation Militaire, la plus grande difficulté a été le manque de ressources financières.

Guinéenews : est-ce facile dans ce contexte d’assumer la fonction ministérielle d’un secteur si sensible ?

Dr. Mohamed Diané : en se référant au rôle régalien  de l’armée dans le fonctionnement et le développement d’un Etat et en tenant compte de l’histoire de nos Forces de défense, personne en Guinée ne doit poser la question de savoir si assumer la fonction ministérielle est elle facile ou pas. Car,  elle est très difficile pour celui-là qui veut obtenir un bon résultat dans le cadre de la réforme du secteur. Evidemment, c’est une tâche exaltante de contribuer à la construction de la Guinée à un tel niveau de responsabilité. On ne tient donc pas compte des difficultés mais on se focalise sur les objectifs à atteindre conformément au programme établi par le chef des armées, le président de la République, Pr Alpha Condé.

 Guinéenews: justement, entre le chef des armées, le Pr. Alpha Condé et vous, une longue histoire. Comment peut-on la définir en quelques mots ?

Dr. Mohamed Diané : c‘est une relation de confiance basée sur l’humilité et le respect réciproque, acquise au cours d’un combat long et difficile pour la liberté et la démocratie en Guinée.

Guinéenews : comment lutter contre la surcharge au travail et les différentes sollicitations?

Dr. Mohamed Diané : c‘est de bien s’organiser et se préparer avant de commencer le travail. Etre à l’écoute de tous. Apporter des solutions aux problèmes posés dans le calme et la sérénité. Prendre la bonne décision.

Guinéenews : vous avez le temps de lire?

Dr. Mohamed Diané : ma journée commence toujours par la lecture des dossiers le matin. Lorsque mon emploi du temps le permet, une fois à la maison, je lis des livres scientifiques notamment.

Guinéenews : que faites-vous de vos week-ends ?

Dr. Mohamed Diané : les week-ends, c’est d’abord la famille, le RPG ensuite. Car, je suis un militant dans l’âme et puis les affaires sociales.

Guinéenews : du sport ?

Dr. Mohamed Diané : tous les matins à partir de 5 heures, je fais un exercice physique de 30 minutes avant de faire ma prière de l’aube, prendre mon petit-déjeuner et être au bureau au plus tard à 7h 30.

 

Guinéenews : dans votre jeunesse, quel type de musique écoutiez-vous ?

Dr. Mohamed Diané : la musique africaine et cubaine

Guinéenews : quel est votre plat préféré ?

Dr. Mohamed Diané : mon plat préféré est celui qui est bien préparé…

Guinéenews : qu’avez-vous de meilleur ?

Dr. Mohamed Diané : je ne sais pas. Aux autres de le dire.

Guinéenews : on vous dit timide et réservé. ..

Dr. Mohamed Diané : c‘est ma nature

Guinéenews : avez-vous un défaut ?

Dr. Mohamed Diané : chaque personne a des défauts et certainement aussi des qualités.

Guinéenews : les qualités que vous appréciez chez les autres ?

Dr. Mohamed Diané : l’honnêteté, l’humilité et le don de soi.

Guinéenews : ce que vous détestez le plus ?

Dr. Mohamed Diané : l‘excès et la trahison

Guinéenews : votre rêve pour la Guinée…

Dr. Mohamed Diané : la paix et la prospérité pour tous !

Lire vidéo : https://youtu.be/02dUlczo5nc

Entretien réalisé par Sékou Sanoh & Camara AM.

Cet article Dr. Mohamed Diané en toute intimité… (Interview) est apparu en premier sur Guinéenews.

Dr. Mohamed Diané en toute intimité… (Interview)

A la tête du ministère auprès de la Présidence chargé de la Défense nationale, le ministre d’Etat Dr Mohamed Diané, dans une interview exclusive qu’il vient d’accorder à Guinéenews, fait le point de certaines actions prioritaires entreprises sous son magistère, parle de la Loi de Programmation Militaire (LPM), un chantier dont la mise en œuvre constitue pour lui un point d’honneur. Le ministre Diané, connu pour être très peu volubile, a accepté, pour une des rares fois, de partager avec nos lecteurs, ce qui s’inscrit en réalité dans le cadre de sa vie privée, ses désirs, ses relations avec le président de la République, l’exercice de la fonction ministérielle, ses occupations au-delà de sa mission régalienne,  ses rêves, défauts et qualités…

 Guinéenews : vous avez récemment participé au séminaire gouvernemental. Un exercice utile ?

Dr. Mohamed Diané : c‘est un exercice qui nous a permis de passer en revue le bilan de réalisation de 2016 et les actions prioritaires pour  2017 de chaque ministère. Je me félicite d’ailleurs de cette approche de programmation de l’action du gouvernement. Nous aurons ainsi une visibilité et de la cohérence dans la planification de nos actions. Ces actions devront permettre d’apporter des solutions concrètes, susceptibles de répondre aux besoins des Guinéens, tout en favorisant une croissance économique forte et inclusive.

Guinéenews : sans parler de bilan, quelles sont les grandes actions du département au cours de l’année écoulée ?

Dr. Mohamed Diané : conformément à la lettre de mission que le Premier Ministre m’a assignée, les grandes actions du ministère de la Défense nationale au cours de l’année 2016, ont porté sur la mise en œuvre de cinq objectifs prioritaires:

a)- La poursuite de la Reforme des forces de Défense. Dans ce cadre, nous avons procédé au renforcement du cadre légal et réglementaire (cinq avant-projets de lois et cinq textes réglementaires ont été élaborés et validés) ;

b)- le renforcement des capacités opérationnelles des forces de défense. Dans la mise en œuvre de cet objectif prioritaire, nous avons procédé à l’amélioration des infrastructures militaires : huit travaux de construction et de rénovation sur douze programmés pour 2016 ;

c)-le renforcement de la sécurité du territoire national. Dans ce cadre, nous avons renforcé et amélioré le dispositif de la sécurité à l’intérieur du pays et au niveau des frontières pour mettre le pays à l’abri des nouvelles menaces sécuritaires, du grand banditisme et des troubles à l’ordre public. Les actions prioritaires réalisées dans ce domaine sont les suivantes: 530 missions de patrouille réalisées et 150 opérations de maintien d’ordre ;

d)- l’amélioration de la qualité des dépenses militaires. Pour cela, nous avons procédé au renforcement des mécanismes de contrôles financiers en décentralisant la direction générale de l’Intendance militaire et en améliorant l’administration financière et les contrôles internes ;

e)-pour l’application des Accords et Conventions militaires ratifiés dans les cadres bi et multilatéraux, nous avons effectué la projection du Bataillon Gangan 2 au Mali et précisément à Kidal dans les cadre de la participation de notre pays dans les opérations de maintien de la paix. Pour cette action prioritaire, 1000 hommes ont été formés et préparés parmi lesquels, 850 militaires ont été déployés à Kidal au Mali en juillet et aout 2016.

Guinéenews : des difficultés dans la mise en œuvre de la Loi de Programmation Militaire (LPM)?

Dr. Mohamed Diané : dans le cadre de la mise en œuvre de la Loi de Programmation Militaire, la plus grande difficulté a été le manque de ressources financières.

Guinéenews : est-ce facile dans ce contexte d’assumer la fonction ministérielle d’un secteur si sensible ?

Dr. Mohamed Diané : en se référant au rôle régalien  de l’armée dans le fonctionnement et le développement d’un Etat et en tenant compte de l’histoire de nos Forces de défense, personne en Guinée ne doit poser la question de savoir si assumer la fonction ministérielle est elle facile ou pas. Car,  elle est très difficile pour celui-là qui veut obtenir un bon résultat dans le cadre de la réforme du secteur. Evidemment, c’est une tâche exaltante de contribuer à la construction de la Guinée à un tel niveau de responsabilité. On ne tient donc pas compte des difficultés mais on se focalise sur les objectifs à atteindre conformément au programme établi par le chef des armées, le président de la République, Pr Alpha Condé.

 Guinéenews: justement, entre le chef des armées, le Pr. Alpha Condé et vous, une longue histoire. Comment peut-on la définir en quelques mots ?

Dr. Mohamed Diané : c‘est une relation de confiance basée sur l’humilité et le respect réciproque, acquise au cours d’un combat long et difficile pour la liberté et la démocratie en Guinée.

Guinéenews : comment lutter contre la surcharge au travail et les différentes sollicitations?

Dr. Mohamed Diané : c‘est de bien s’organiser et se préparer avant de commencer le travail. Etre à l’écoute de tous. Apporter des solutions aux problèmes posés dans le calme et la sérénité. Prendre la bonne décision.

Guinéenews : vous avez le temps de lire?

Dr. Mohamed Diané : ma journée commence toujours par la lecture des dossiers le matin. Lorsque mon emploi du temps le permet, une fois à la maison, je lis des livres scientifiques notamment.

Guinéenews : que faites-vous de vos week-ends ?

Dr. Mohamed Diané : les week-ends, c’est d’abord la famille, le RPG ensuite. Car, je suis un militant dans l’âme et puis les affaires sociales.

Guinéenews : du sport ?

Dr. Mohamed Diané : tous les matins à partir de 5 heures, je fais un exercice physique de 30 minutes avant de faire ma prière de l’aube, prendre mon petit-déjeuner et être au bureau au plus tard à 7h 30.

 

Guinéenews : dans votre jeunesse, quel type de musique écoutiez-vous ?

Dr. Mohamed Diané : la musique africaine et cubaine

Guinéenews : quel est votre plat préféré ?

Dr. Mohamed Diané : mon plat préféré est celui qui est bien préparé…

Guinéenews : qu’avez-vous de meilleur ?

Dr. Mohamed Diané : je ne sais pas. Aux autres de le dire.

Guinéenews : on vous dit timide et réservé. ..

Dr. Mohamed Diané : c‘est ma nature

Guinéenews : avez-vous un défaut ?

Dr. Mohamed Diané : chaque personne a des défauts et certainement aussi des qualités.

Guinéenews : les qualités que vous appréciez chez les autres ?

Dr. Mohamed Diané : l’honnêteté, l’humilité et le don de soi.

Guinéenews : ce que vous détestez le plus ?

Dr. Mohamed Diané : l‘excès et la trahison

Guinéenews : votre rêve pour la Guinée…

Dr. Mohamed Diané : la paix et la prospérité pour tous !

Lire vidéo : https://youtu.be/02dUlczo5nc

Entretien réalisé par Sékou Sanoh & Camara AM.

Cet article Dr. Mohamed Diané en toute intimité… (Interview) est apparu en premier sur Guinéenews.

Dr. Mohamed Diané en toute intimité… (Interview)

A la tête du ministère auprès de la Présidence chargé de la Défense nationale, le ministre d’Etat Dr Mohamed Diané, dans une interview exclusive qu’il vient d’accorder à Guinéenews, fait le point de certaines actions prioritaires entreprises sous son magistère, parle de la Loi de Programmation Militaire (LPM), un chantier dont la mise en œuvre constitue pour lui un point d’honneur. Le ministre Diané, connu pour être très peu volubile, a accepté, pour une des rares fois, de partager avec nos lecteurs, ce qui s’inscrit en réalité dans le cadre de sa vie privée, ses désirs, ses relations avec le président de la République, l’exercice de la fonction ministérielle, ses occupations au-delà de sa mission régalienne,  ses rêves, défauts et qualités…

 Guinéenews : vous avez récemment participé au séminaire gouvernemental. Un exercice utile ?

Dr. Mohamed Diané : c‘est un exercice qui nous a permis de passer en revue le bilan de réalisation de 2016 et les actions prioritaires pour  2017 de chaque ministère. Je me félicite d’ailleurs de cette approche de programmation de l’action du gouvernement. Nous aurons ainsi une visibilité et de la cohérence dans la planification de nos actions. Ces actions devront permettre d’apporter des solutions concrètes, susceptibles de répondre aux besoins des Guinéens, tout en favorisant une croissance économique forte et inclusive.

Guinéenews : sans parler de bilan, quelles sont les grandes actions du département au cours de l’année écoulée ?

Dr. Mohamed Diané : conformément à la lettre de mission que le Premier Ministre m’a assignée, les grandes actions du ministère de la Défense nationale au cours de l’année 2016, ont porté sur la mise en œuvre de cinq objectifs prioritaires:

a)- La poursuite de la Reforme des forces de Défense. Dans ce cadre, nous avons procédé au renforcement du cadre légal et réglementaire (cinq avant-projets de lois et cinq textes réglementaires ont été élaborés et validés) ;

b)- le renforcement des capacités opérationnelles des forces de défense. Dans la mise en œuvre de cet objectif prioritaire, nous avons procédé à l’amélioration des infrastructures militaires : huit travaux de construction et de rénovation sur douze programmés pour 2016 ;

c)-le renforcement de la sécurité du territoire national. Dans ce cadre, nous avons renforcé et amélioré le dispositif de la sécurité à l’intérieur du pays et au niveau des frontières pour mettre le pays à l’abri des nouvelles menaces sécuritaires, du grand banditisme et des troubles à l’ordre public. Les actions prioritaires réalisées dans ce domaine sont les suivantes: 530 missions de patrouille réalisées et 150 opérations de maintien d’ordre ;

d)- l’amélioration de la qualité des dépenses militaires. Pour cela, nous avons procédé au renforcement des mécanismes de contrôles financiers en décentralisant la direction générale de l’Intendance militaire et en améliorant l’administration financière et les contrôles internes ;

e)-pour l’application des Accords et Conventions militaires ratifiés dans les cadres bi et multilatéraux, nous avons effectué la projection du Bataillon Gangan 2 au Mali et précisément à Kidal dans les cadre de la participation de notre pays dans les opérations de maintien de la paix. Pour cette action prioritaire, 1000 hommes ont été formés et préparés parmi lesquels, 850 militaires ont été déployés à Kidal au Mali en juillet et aout 2016.

Guinéenews : des difficultés dans la mise en œuvre de la Loi de Programmation Militaire (LPM)?

Dr. Mohamed Diané : dans le cadre de la mise en œuvre de la Loi de Programmation Militaire, la plus grande difficulté a été le manque de ressources financières.

Guinéenews : est-ce facile dans ce contexte d’assumer la fonction ministérielle d’un secteur si sensible ?

Dr. Mohamed Diané : en se référant au rôle régalien  de l’armée dans le fonctionnement et le développement d’un Etat et en tenant compte de l’histoire de nos Forces de défense, personne en Guinée ne doit poser la question de savoir si assumer la fonction ministérielle est elle facile ou pas. Car,  elle est très difficile pour celui-là qui veut obtenir un bon résultat dans le cadre de la réforme du secteur. Evidemment, c’est une tâche exaltante de contribuer à la construction de la Guinée à un tel niveau de responsabilité. On ne tient donc pas compte des difficultés mais on se focalise sur les objectifs à atteindre conformément au programme établi par le chef des armées, le président de la République, Pr Alpha Condé.

 Guinéenews: justement, entre le chef des armées, le Pr. Alpha Condé et vous, une longue histoire. Comment peut-on la définir en quelques mots ?

Dr. Mohamed Diané : c‘est une relation de confiance basée sur l’humilité et le respect réciproque, acquise au cours d’un combat long et difficile pour la liberté et la démocratie en Guinée.

Guinéenews : comment lutter contre la surcharge au travail et les différentes sollicitations?

Dr. Mohamed Diané : c‘est de bien s’organiser et se préparer avant de commencer le travail. Etre à l’écoute de tous. Apporter des solutions aux problèmes posés dans le calme et la sérénité. Prendre la bonne décision.

Guinéenews : vous avez le temps de lire?

Dr. Mohamed Diané : ma journée commence toujours par la lecture des dossiers le matin. Lorsque mon emploi du temps le permet, une fois à la maison, je lis des livres scientifiques notamment.

Guinéenews : que faites-vous de vos week-ends ?

Dr. Mohamed Diané : les week-ends, c’est d’abord la famille, le RPG ensuite. Car, je suis un militant dans l’âme et puis les affaires sociales.

Guinéenews : du sport ?

Dr. Mohamed Diané : tous les matins à partir de 5 heures, je fais un exercice physique de 30 minutes avant de faire ma prière de l’aube, prendre mon petit-déjeuner et être au bureau au plus tard à 7h 30.

 

Guinéenews : dans votre jeunesse, quel type de musique écoutiez-vous ?

Dr. Mohamed Diané : la musique africaine et cubaine

Guinéenews : quel est votre plat préféré ?

Dr. Mohamed Diané : mon plat préféré est celui qui est bien préparé…

Guinéenews : qu’avez-vous de meilleur ?

Dr. Mohamed Diané : je ne sais pas. Aux autres de le dire.

Guinéenews : on vous dit timide et réservé. ..

Dr. Mohamed Diané : c‘est ma nature

Guinéenews : avez-vous un défaut ?

Dr. Mohamed Diané : chaque personne a des défauts et certainement aussi des qualités.

Guinéenews : les qualités que vous appréciez chez les autres ?

Dr. Mohamed Diané : l’honnêteté, l’humilité et le don de soi.

Guinéenews : ce que vous détestez le plus ?

Dr. Mohamed Diané : l‘excès et la trahison

Guinéenews : votre rêve pour la Guinée…

Dr. Mohamed Diané : la paix et la prospérité pour tous !

Lire vidéo : https://youtu.be/02dUlczo5nc

Entretien réalisé par Sékou Sanoh & Camara AM.

Cet article Dr. Mohamed Diané en toute intimité… (Interview) est apparu en premier sur Guinéenews.

Dr. Mohamed Diané en toute intimité… (Interview)

A la tête du ministère auprès de la Présidence chargé de la Défense nationale, le ministre d’Etat Dr Mohamed Diané, dans une interview exclusive qu’il vient d’accorder à Guinéenews, fait le point de certaines actions prioritaires entreprises sous son magistère, parle de la Loi de Programmation Militaire (LPM), un chantier dont la mise en œuvre constitue pour lui un point d’honneur. Le ministre Diané, connu pour être très peu volubile, a accepté, pour une des rares fois, de partager avec nos lecteurs, ce qui s’inscrit en réalité dans le cadre de sa vie privée, ses désirs, ses relations avec le président de la République, l’exercice de la fonction ministérielle, ses occupations au-delà de sa mission régalienne,  ses rêves, défauts et qualités…

 Guinéenews : vous avez récemment participé au séminaire gouvernemental. Un exercice utile ?

Dr. Mohamed Diané : c‘est un exercice qui nous a permis de passer en revue le bilan de réalisation de 2016 et les actions prioritaires pour  2017 de chaque ministère. Je me félicite d’ailleurs de cette approche de programmation de l’action du gouvernement. Nous aurons ainsi une visibilité et de la cohérence dans la planification de nos actions. Ces actions devront permettre d’apporter des solutions concrètes, susceptibles de répondre aux besoins des Guinéens, tout en favorisant une croissance économique forte et inclusive.

Guinéenews : sans parler de bilan, quelles sont les grandes actions du département au cours de l’année écoulée ?

Dr. Mohamed Diané : conformément à la lettre de mission que le Premier Ministre m’a assignée, les grandes actions du ministère de la Défense nationale au cours de l’année 2016, ont porté sur la mise en œuvre de cinq objectifs prioritaires:

a)- La poursuite de la Reforme des forces de Défense. Dans ce cadre, nous avons procédé au renforcement du cadre légal et réglementaire (cinq avant-projets de lois et cinq textes réglementaires ont été élaborés et validés) ;

b)- le renforcement des capacités opérationnelles des forces de défense. Dans la mise en œuvre de cet objectif prioritaire, nous avons procédé à l’amélioration des infrastructures militaires : huit travaux de construction et de rénovation sur douze programmés pour 2016 ;

c)-le renforcement de la sécurité du territoire national. Dans ce cadre, nous avons renforcé et amélioré le dispositif de la sécurité à l’intérieur du pays et au niveau des frontières pour mettre le pays à l’abri des nouvelles menaces sécuritaires, du grand banditisme et des troubles à l’ordre public. Les actions prioritaires réalisées dans ce domaine sont les suivantes: 530 missions de patrouille réalisées et 150 opérations de maintien d’ordre ;

d)- l’amélioration de la qualité des dépenses militaires. Pour cela, nous avons procédé au renforcement des mécanismes de contrôles financiers en décentralisant la direction générale de l’Intendance militaire et en améliorant l’administration financière et les contrôles internes ;

e)-pour l’application des Accords et Conventions militaires ratifiés dans les cadres bi et multilatéraux, nous avons effectué la projection du Bataillon Gangan 2 au Mali et précisément à Kidal dans les cadre de la participation de notre pays dans les opérations de maintien de la paix. Pour cette action prioritaire, 1000 hommes ont été formés et préparés parmi lesquels, 850 militaires ont été déployés à Kidal au Mali en juillet et aout 2016.

Guinéenews : des difficultés dans la mise en œuvre de la Loi de Programmation Militaire (LPM)?

Dr. Mohamed Diané : dans le cadre de la mise en œuvre de la Loi de Programmation Militaire, la plus grande difficulté a été le manque de ressources financières.

Guinéenews : est-ce facile dans ce contexte d’assumer la fonction ministérielle d’un secteur si sensible ?

Dr. Mohamed Diané : en se référant au rôle régalien  de l’armée dans le fonctionnement et le développement d’un Etat et en tenant compte de l’histoire de nos Forces de défense, personne en Guinée ne doit poser la question de savoir si assumer la fonction ministérielle est elle facile ou pas. Car,  elle est très difficile pour celui-là qui veut obtenir un bon résultat dans le cadre de la réforme du secteur. Evidemment, c’est une tâche exaltante de contribuer à la construction de la Guinée à un tel niveau de responsabilité. On ne tient donc pas compte des difficultés mais on se focalise sur les objectifs à atteindre conformément au programme établi par le chef des armées, le président de la République, Pr Alpha Condé.

 Guinéenews: justement, entre le chef des armées, le Pr. Alpha Condé et vous, une longue histoire. Comment peut-on la définir en quelques mots ?

Dr. Mohamed Diané : c‘est une relation de confiance basée sur l’humilité et le respect réciproque, acquise au cours d’un combat long et difficile pour la liberté et la démocratie en Guinée.

Guinéenews : comment lutter contre la surcharge au travail et les différentes sollicitations?

Dr. Mohamed Diané : c‘est de bien s’organiser et se préparer avant de commencer le travail. Etre à l’écoute de tous. Apporter des solutions aux problèmes posés dans le calme et la sérénité. Prendre la bonne décision.

Guinéenews : vous avez le temps de lire?

Dr. Mohamed Diané : ma journée commence toujours par la lecture des dossiers le matin. Lorsque mon emploi du temps le permet, une fois à la maison, je lis des livres scientifiques notamment.

Guinéenews : que faites-vous de vos week-ends ?

Dr. Mohamed Diané : les week-ends, c’est d’abord la famille, le RPG ensuite. Car, je suis un militant dans l’âme et puis les affaires sociales.

Guinéenews : du sport ?

Dr. Mohamed Diané : tous les matins à partir de 5 heures, je fais un exercice physique de 30 minutes avant de faire ma prière de l’aube, prendre mon petit-déjeuner et être au bureau au plus tard à 7h 30.

 

Guinéenews : dans votre jeunesse, quel type de musique écoutiez-vous ?

Dr. Mohamed Diané : la musique africaine et cubaine

Guinéenews : quel est votre plat préféré ?

Dr. Mohamed Diané : mon plat préféré est celui qui est bien préparé…

Guinéenews : qu’avez-vous de meilleur ?

Dr. Mohamed Diané : je ne sais pas. Aux autres de le dire.

Guinéenews : on vous dit timide et réservé. ..

Dr. Mohamed Diané : c‘est ma nature

Guinéenews : avez-vous un défaut ?

Dr. Mohamed Diané : chaque personne a des défauts et certainement aussi des qualités.

Guinéenews : les qualités que vous appréciez chez les autres ?

Dr. Mohamed Diané : l’honnêteté, l’humilité et le don de soi.

Guinéenews : ce que vous détestez le plus ?

Dr. Mohamed Diané : l‘excès et la trahison

Guinéenews : votre rêve pour la Guinée…

Dr. Mohamed Diané : la paix et la prospérité pour tous !

Lire vidéo : https://youtu.be/02dUlczo5nc

Entretien réalisé par Sékou Sanoh & Camara AM.

Cet article Dr. Mohamed Diané en toute intimité… (Interview) est apparu en premier sur Guinéenews.