Archief

Categories

anti terrorisme

Lutte contre la criminalité et terroriste: une division créée à Conakry

Une Division d’Appui Opérationnel (DAO) vient d’être formée à Conakry. Au-delà de son objectif, la lutte contre le banditisme, les prises d’otage  et le terrorisme, elle vient en appui à l’ensemble des services de sécurité. La cérémonie de fin de formation a eu lieu ce mercredi 26 avril au stade du 28 septembre Conakry dans la commune de Dixinn, a-t-on constaté.   

Prenant la parole, l’un des formateurs, en l’occurrence Alain Antignac, a fait comprendre qu’il était nécessaire de créer une Division d’Appui Opérationnel  chargée de recueillir des renseignements disponibles.  Dans ses explications, le Commandant Alain Antignac a indiqué que ce nouvel organe est composé de trois sections, qui couvrent l’ensemble du champ du renseignement.

«La première section, le Service Central de la Documentation Criminelle (SCDC), va désormais faire des rapprochements entre les affaires en cours et celles traitées par les différents services de sécurité. La seconde, le Service d’Identification des Auteurs d’Infraction (SDIA), va s’occuper, quant à lui, de recenser des individus ayant un passé criminel, les ficher automatiquement, tenter de les situer et de connaître leur relation.  Il est utile d’avoir sous la main un fichier des véhicules volés  mais aussi des personnes recherchées.  La troisième section, c’est la Brigade de Recherche et d’Intervention (BRI). Il est par nature un service polyvalent, son action se situe le plus souvent sur le terrain, dans la rue à travers des surveillances quotidiennes des individus connus et soupçonnés de commettre des activités criminelles», a-t-il expliqué.

 En France, a rappelé le Commandant Alain Antignac, cette troisième et dernière section,  le BRI a démontré son efficacité dans la répression du banditisme. C’est pourquoi, a-t-il souligné, l’Etat français s’appuie sur lui pour juguler le banditisme et le terrorisme.  Pour preuve, a-t-il fait remarquer, chaque section a contribué à la neutralisation des agresseurs du préfet de Coyah mais aussi, le recteur de l’Université du Général Lansana Conté de Sonfonia.  Parlant des stagiaires, il a affirmé que la sélection des agents a été rigoureuse. «Sur les 400 agents,  seuls 80 ont été retenus», a-t-il précisé.

Dans son intervention, le chef de la délégation de l’Union Européenne, M. Gerardus Gielen, représenté à cette cérémonie par son chef de gouvernance, Mme Els Mortier, a rappelé que la police judiciaire guinéenne manquait jusqu’à présent d’une unité chargée de recueillir et d’analyser le renseignement mais aussi, d’appuyer les services d’enquêtes en leur fournissant, à leur demande, des éléments irréfutables sur les individus suspects.

A la demande du ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Me Abdoul Kabèlè Camara, Els Mortier a annoncé que son institution a livré une partie des équipements à la Division d’Appui Opérationnel et une autre partie est en cours d’acquisition.

«Il s’agit des équipements très spécifiques, leur achat nécessite des procédures complexes et des autorisations spéciales. Grâce à l’appui de l’Union Européenne, la police guinéenne va se doter d’une élite équipée, formée aux techniques d’investigation les plus sophistiquées. Cela permettra de démanteler des réseaux de trafiquants et cela va améliorer la situation des populations guinéennes», a-t-elle déclaré.   

Parlant au nom des stagiaires, le commissaire Balla Ifono  a affirmé qu’après avoir passé des moments intenses de formation à Kindia puis à Conakry, qu’ils sont désormais outillés des nouvelles connaissances leur permettant d’accomplir leur mission régalienne. «Nous suggérons  une franche collaboration de l’ensemble des services de sécurité ainsi que de la population civile pour l’atteinte de nos objectifs», a-t-il souhaité.

Après une série de démonstrations, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Abdoul Kabèlè Camara dira que le DAO a été créé dans le  cadre de la mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière de sécurité et de protection civile. Selon lui, la BRI est la principale unité de la DAO qui vient s’ajouter à d’autres, notamment la Brigade Anti Criminalité (BAC) et la Brigade de Répression du grand Banditisme (BRB) pour renforcer la lutte contre la criminalité.

«Les défis sécuritaires auxquels mon département fait face de nos jours exigent de notre part une bonne organisation de la gestion de la sécurité qui passe forcément par l’acquisition des connaissances techniques spécifiques ainsi que les moyens d’action (…) Le facteur renseignement est le maillon le plus important dans la lutte contre la criminalité», a-t-il estimé.  

Cet article Lutte contre la criminalité et terroriste: une division créée à Conakry est apparu en premier sur Guinéenews.