Archief

Categories

annulé

Afrique : gare à ces nouveaux modes de contestations politiques

Suite à la prise à partie par des manifestants anti-Bongo contre certains membres de la délégation du gouvernement gabonais à Paris, le mois dernier, voilà que  le concert de Héritier Watanabe de la RDC a été annulé à l’Olympia de Paris dont on entend dire qu’il appartient à Bolloré. Les manifestants contre le régime Kabila se sont fait entendre en incendiant des poubelles et une voiture qui se trouvait à leur portée. N’eût été l’intervention des forces de l’ordre en rang de bataille et déployées en grand nombre, l’annulation n’allait pas suffire à les calmer.

Mais s’attaquer à un artiste, Héritier Watanabe qui aurait chanté pour l’élection de Joseph Kabila en 2006 et 2011 et à Bolloré, qui a des actions en RDC, les manifestants disent «s’attaquer aux accompagnateurs du pouvoir d’occupation»  

Ça y est, la balle est partie pour un nouveau slogan ou un nouveau mode de contestations populaires. La leçon devrait servir aux « artistes alimentaires ou politiques » qui chantent les louanges les dictateurs corrompus du continent. Pour autant, faut-il invectiver les pouvoirs sans raison ? On a vu des artistes obligés de quitter la Côte d’Ivoire pour avoir trop soutenu ou trop invectivé Laurent Gbagbo. Le juste milieu, n’est-ce pas, la voie à suivre ?

Cela devrait également être un signal lumineux d’alerte à l’intention des investisseurs de tous poils, courts ou longs qui ne tiennent absolument pas compte des priorités des peuples que leurs gains aveugles que les Africains ont trop longtemps supporté et enduré l’esclavage et la colonisation et que, de ce troisième esclavage des temps modernes, ils en ont plus que assez.

Cette inquiétude ne doit pas laisser les parlements, les Sénats, les Cours suprêmes et Cours constitutionnelles qui ne mangent que dans le râtelier du pouvoir, donc forcément aux ordres et indifférents aux cris de misère des peuples. Comme la chasse aux biens mal acquis et à l’enrichissement illicite, la planète devient trop restreinte pour être une cachette fiable pour les prévaricateurs et concussionnaires.

 Sans vouloir être Cassandre ou Alexandra, on ne peut s’empêcher de crier gare à un nouveau  scénario de Saint-Domingue où la première révolte des esclaves noirs a conduit immédiatement à la création de la République de Haïti, la première République noire, en 1804.

A-t-on besoin de dire que l’Afrique est en passe de devenir le continent le plus peuplé et que la majorité de la population est jeune et pauvre, qui ne va pas éternellement fuir leurs terres ?

Moïse Sidibé