Archief

Categories

ancien PM

Menace de fermeture des radios : Lansana Kouyaté brocarde Alpha Condé

«Quels que soient les cadenas qu’on va mettre, ils ne pourront pas résister à l’assaut des informateurs»

«Il n’appartient pas à un président de se lever le matin et dire je vais fermer les radios qui publient le communiqué de tel ou tel organe. La force ne peut pas s’imposer à une société. Il n’y a que le respect de la justice qui impose la discipline

Le président du Parti de l’Espoir et du Développement National (PEDN), Lansana Kouyaté a réagi lundi 27 novembre à partir de l’étranger chez nos confrères de la Radio Espace, sur la tentative de l’exécutif de museler la presse.

Pour lui, «ce que font les syndicats, c’est prescrit par la loi, ce que font les journalistes, c’est non seulement un devoir mais aussi c’est un droit. J’avais dit auparavant que nous sommes dans les dispositions de limitation sinon de dictature rampante », déplore le leader du PEDN.

Parlant de la menace d’Alpha Condé de fermer toute radio qui donnera la parole au syndicaliste Aboubacar Soumah, Lansana Kouyaté est catégorique : « il n’appartient pas à un président de se lever le matin et dire je vais fermer les radios qui publient le communiqué de tel ou tel organe. La force ne peut pas s’imposer à une société. Il n’y a que le respect de la justice qui impose la discipline. Hors, on veut avoir des gens disciplinés sur ordre, sur commandement. Cela ne marche dans aucun pays.»

Parlant de la résolution de la grève des enseignants, Lansana Kouyaté affirme que la solution ne doit pas être martiale. Selon le leader du PEDN, la solution réside dans le dialogue. «Il est important de savoir que le vide qui se crée aujourd’hui, c’est le vide de toute une génération et on le ressentira dans des décennies. Parce que les cadres se succèdent et cette succession est fabriquée par l’école. Il faut dialoguer et respecter les accords issus de ces dialogues. Je crois qu’il faut être sage, il faut savoir raison garder et arrêter d’ajouter de l’huile sur le feu », conseille l’ancien Premier ministre.

Lansana Kouyaté a, en outre, prodigué quelques conseils aux journalistes. «Il faut vous en tenir à votre devoir et au droit que l’Etat vous a accordé, celui d’informer. N’allez au-delà des droits qui vous sont accordé. Ne détruisez pas même partiellement le droit que vous avez d’informer et que cela soit dans le respect de l’éthique et de la déontologie de votre fonction. Je sais que la presse est dans une situation embarrassante mais cela demande courage, discernement. Cela demande le respect de la déontologie du journalisme qui est l’addition de ce qui est prescrit, de ce qui est exigeant, le devoir d’informer », fait remarquer Lansana Kouyaté.

Pour clore, l’ancien PM affirme que ce comportement anormal découle du fait que le pays soit anormalement géré. « Nous vivons dans une situation anormale parce que le pays est anormalement géré», soutient-il et d’ajouter:  «Quels que soient les cadenas qu’on va mettre par-ci et par-là, ces derniers ne pourront pas résister à l’assaut des informateurs qui sont un autre pouvoir», conclut le président du PEDN.