Archief

Categories

Amerique

La Guinée citée dans un rapport américain du trafic d’êtres humains : Le colonel Tiégboro réagit

 « Je ne comprends pas que nous soyons dans la liste noire des Etats-Unis…»

Les autorités guinéennes n’ont encore fait aucune communication officielle sur le placement de leur pays, par l’administration Trump, dans la liste des 24 pays considérés comme ne combattant pas suffisamment le trafic d’êtres humains.

Pour sa part, le colonel Moussa Tiégboro Camara, le Monsieur anti-crime de la Guinée s’est montré surpris par ce rapport présenté mardi par le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson. « Je ne comprends pas que nous soyons dans cette liste noire », a affirmé le secrétaire général des services spéciaux en charge de la lutte antidrogue et des crimes organisés, dans un entretien téléphonique avec Guinéenews©.

Au contraire, le colonel Moussa Tiégboro Camara croit que, ces dernières années, son pays a fait assez d’efforts dans la lutte contre le trafic d’êtres humains. « Nous avons démantelé tous les réseaux, les gens ont été arrêtés et emprisonnés en attendant leur jugement. Je ne comprends donc pas que nous soyons dans cette liste noire des Etats-Unis », a-t-il dit.

De toute façon, en mars et avril derniers, les services de spéciaux dirigés par Moussa Tiégboro Camara ont présenté à la presse des réseaux présumés de trafic d’êtres humains vers les pays du Golfe.

Pour un responsable de la sécurité, également contacté par téléphone par Guinéenews©, la présence de la Guinée dans cette liste pourrait s’expliquer par le « fait que les actions du pays n’ont pas été suffisamment médiatisées et la lenteur de la justice à juger les prévenus. »

« Des gens ont été arrêtés, mais il n’y a jamais eu de grand procès dans ce sens. Le gouvernement non plus ne communique pas sur le sujet », a-t-il déploré.

Quoi qu’il en soit, la Guinée risque gros avec ce rapport de la première puissance mondiale. Mardi dernier, Rex Tillerson a indiqué que les pays rétrogradés au niveau 3 – les 24 dont la Guinée – peuvent faire l’objet de sanctions par les Etats-Unis allant de restrictions dans l’assistance américaine à l’arrêt des échanges culturels ou éducatifs. Il s’agit là de mesures punitives laissées à l’appréciation de la Maison blanche.