Archief

Categories

Amara Mèmè Camara

Kérouané: Koya Amara Camara, une des plus vieilles écoles primaires transformée en dépotoir

Située au centre-ville de Kérouané, à quelques mètres de la Direction préfectorale de l’Education, l’école primaire Koya Amara Camara est l’une des écoles construites pendant  la période coloniale, précisément en 1952. Elle  a un effectif de 1235 élèves, dont 611 filles, répartis en 16 groupes pédagogiques,  encadrés par 18 enseignants.

 

Cette école constituée de quatre bâtiments et d’une cantine est dans un état de dégradation très poussée, avec des tôles éventrées et une cour non sécurisée qui a fini par se transformer en un dépotoir pour le marché et la gare routière. Aussi incroyable que cela puisse paraître, les salles de classe de cette école servent parfois de toilettes aux passagers et à d’autres personnes des environs.

Mory Kaba, le Directeur de l’école primaire Koya Amara Camara, se  dit inquiet de l’état  dans lequel se trouve aujourd’hui son établissement.   Il lance ici un SOS afin que la physionomie de cette école change : « J’interpelle  tous les fils ressortissants et amis de Kérouané ainsi que le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation, Ibrahima Kalil Konaté, afin qu’ils s’investissent pleinement pour rénover cette école pour que les élèves puissent étudier dans un environnement sain.»

A ce tableau sombre, il faut ajouter un manque criard  de mobilier dans cet établissement scolaire. « Certains élèves sont  obligés de s’asseoir à terre pendant les heures  de cours. Les premiers venus occupent les quelques tables-bancs. Les latrines sont presque inexistantes. Les enseignants sont souvent  contraints d’aller dans les domiciles avoisinants pour se mettre à l’aise.», fait-t-il savoir.

Et d’ajouter : «  Cette école n’a jamais connu de rénovation depuis sa création. Pourtant, beaucoup de cadres de la préfecture sont sortis d’ici, comme  les députés  Amara Mèmè Camara, l’honorable Dr Djénè Saran Camara, Général Toumany Sangaré de la Douane, Youssouf Traoré, Inspecteur régional de la douane à Kindia et Hadja Sarangbè Camara, gouverneur de Kindia, …»

Sous le regard impuissant  des autorités  éducatives et malgré les maigres efforts fournis par l’APEAE  pour remplacer quelques tôles, les eaux de pluie inondent certaines salles de classe. Si rien n’est fait d’ici la prochaine rentrée scolaire, l’école primaire Koya Amara Camara   risque de devenir un réceptacle de maladies de toutes sortes, au grand des élèves et de leurs encadreurs.

Mariama Mamadi Camara, correspondant de Guineenews à Kérouané