Archief

Categories

Amadou Djouldé

Sékhoutoureya : «la presse guinéenne était à un dîner de corruption offert par Alpha Condé », vraiment ?

Lors du sommet de l’UA d’Addis-Abeba, Alpha Condé s’était fait accompagner par un groupe déterminé de journalistes, de ses amis, certains s’étaient renfrognés dans leurs coins, à juste titre. Etant le président de tous les Guinéens, il ne devait pas montrer de préférence pour les uns au détriment des autres. Quand il est allé à Paris avec un autre groupe de journalistes, encore de ses amis, il y a eu des mécontents. Mais lors du dîner offert par l’Elysée, Thierno Monènembo convié, avait décliné l’invitation. L’écrivain avait son opinion et sa conviction « de ne pas manger avec ceux qui mangent l’Afrique ».

Personne ne lui a fait de reproche parce qu’il n’avait attaqué aucun journaliste d’être à ce dîner, pas parce qu’ils avaient la bouche pleine, mais parce que Monènembo était inattaquable et difficile à tacler, cette fois. La presse guinéenne était restée muette comme une carpe.

Suite à cela, on avait personnellement interpellé Alpha Condé en lui disant de ne pas faire la distinction et qu’il devait mettre tous les crabes dans le même panier. La suggestion était tombée pile dans les portugaises de la Présidence.

C’est Tibou qui invita toute la presse à un dîner, il ne fut pas qualifié de « dîner de corruption », pourquoi celui de Alpha ? En s’attaquant à ce dîner, il n’a épargné personne de la Présidence, il a remué le couteau dans la plaie vive de tout le monde. Comme personne n’a pipé, ça peut tenir encore et comme si cela ne lui suffisait pas, il a encore jeté de l’huile sur le feu de la réconciliation nationale de façon très subtile et insidieuse entre Soussous, Peuls, Forestiers et Malinkés ?

Cet historien bonimenteurs est un pauvre hère mais un pyromane dangereux. Si personne ne voit cela comme tel, il peut continuer à trouver un espace pour sa tribune, mais en s’attaquant à ce dîner de Sèkhpoutouréya, il s’est attaqué indirectement à l’article paru dans Guinéenews qui a suggéré l’idée, même si la suggestion n’avait pas été déterminante pour être prise en compte par la Présidence, l’auteur a des raisons de se sentir morveux. Amadou Djouldé Diallo n’est pas à son coup d’essai pour le jauger.

Dans un passé, il avait pondu un papier à la radio et avait qualifié complètement à tort quelqu’un « d’historien venu d’ailleurs ». Il avait gardé une dent du fait qu’il soit président de la presse sportive et avait fait vainement des appels du pied et de la main pour l’adhésion de chroniqueur sportif principal de l’Indépendant et du Démocrate, distribuant même de l’argent aux adhérents.

On avait mis en doute la couleur de cet argent, Djouldé avait fait des efforts à démontrer que les adhérents avaient eu des sous maigres, on parle de 150000 fg, somme assez rondelette à l’époque pour des plumitifs besogneux. Il avait changé le fusil d’épaule et attaqué l’intéressé frontalement sur les ondes. La RTG ne l’avait diffusé qu’au journal parlé de 12h45, pas à celui de 16h15, non plus à celui de 19h45. S’était-il autocensuré ou l’a-t-on censuré à la RTG ? Quoi qu’il e soit, sa parole s’était envolée dans les ondes tandis que ce qu’on avait écrit reste encore dans les pages.

Dans l’actualité, Amadou Djouldé Diallo avait-il été convié ou pas à ce dîner ? Ce qui nous fait poser cette question, c’est sa promesse de publier un livre peu sur Alpha Condé, mais quand il avait espéré reprendre sa place à la RTG, il avait mis un bémol à la publication de son bouquin. Maintenant qu’il croit avoir été mené en bateau, il remet ça pour attirer l’attention qu’il existe dans son coin et qu’il faut compter avec lui. C’est moche comme morale, si la morale alimentaire de Djouldé mérite que l’on s’y attarde.

Peu de Guinéens savent encore que Amadou Djouldé Diallo avait promis d’écrire un livre sur le général Lansana Conté. L’historien bonimenteur par essence et par excellence, prenant les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages, il avait voulu tresser une descendance royale à Lansana Conté et cette descendance royale aurait pour origine la Guinée-Bissau. Maladroit petit chasseur de prime. Lansana Conté avait horreur qu’on dît qu’il était d’origine Balante. Bâ Mamadou avait saisi la balle pour contester la nationalité guinéenne du candidat Lansana Conté. On ne sait pas qui l’avait dissuadé à publier cette blague, mais on n’a plus entendu parler de ce fameux livre, ça fait deux, ça fait déjà trop. Et ne croyez pas que l’intrépide tirailleur s’arrête en si bon chemin, il a en chantier un livre sur Kabèlè, à moins qu’on se trompe.

 Celui qui a cédé aux  intimidations de Djouldé est le pauvre Antonio Souaré. S’il n’a pas ce qu’il veut et vise, le président de la FEGUIFOOT risque d’être la prochaine cible. Djouldé est un tirailleur qui n’épargne personne. A quel autre jeu peut encore jouer Amadou Djouldé Diallo maintenant qu’il est mis à nu et que tout le monde l’attend sur le pont, y compris « les historiens venus d’ailleurs », mais qui ne sont pas bonimenteurs ?

Non, dire que ce dîner est un « dîner de corruption », c’est faire l’insulte à tous ceux qui y étaient. Vont-ils se terrer et se taire plus longtemps ? Personnellement, on a tiré notre épingle du jeu, s’il faut la replanter, elle n’est pas encore tordue…

Que diraient ces accusateurs publics du dîner que la Maison Blanche offre chaque année aux journalistes qu’elle accrédite. Cette pratique qui n’émeut personne ni aux Etats-Unis, ni en Europe encore moins en Afrique, est, faut-il le rappeler, institutionnalisée depuis plusieurs décennies dans ce pays pourtant considéré comme une référence en matière de démocratie au monde ?

Certains sont tentés de me répondre que ce dîner de la Maison Blanche, à la différence de celui de Sékhoutoureya, n’est jamais accompagné d’enveloppe, certes. Mais le journaliste guinéen est-il aussi indigent et minable au point de se laisser aussi facilement corrompre avec 750 mille francs, soit 70 euros ? Je ne le pense pas.

Il faut simplement souligner que le jeu auquel joue Djouldé est trop dangereux pour l’image de la presse guinéenne, à sa cohésion voire celle de la Guinée toute entière.

Moïse Sidibé

Cet article Sékhoutoureya : «la presse guinéenne était à un dîner de corruption offert par Alpha Condé », vraiment ? est apparu en premier sur Guinéenews.