Archief

Categories

Alpha

Mission de travail de l’UA à Conakry : les écueils à la réforme institutionnelle sont au grand jour

Avant d’aborder cette question sensible, on doit se demander si le prélèvement 2% ou de 0,2% sur les exportations des pays membres sont de mise. La question se pose puisque lors de la lecture du communiqué final, on a entendu 0,2% et non 2%. La différence est primordiale, la clarification est importante.

Ensuite, il est important de savoir le besoin total pour financer le fonctionnement de toutes les institutions existantes et à créer par rapport au montant en espèce à prélever sur les différents membres. En cas d’excédent et de gap, comment fera-t-on ? Cette cotisation semble être obligatoire, on a entendu le président de la Commission parler vaguement dans ce sens, mais que dire des pays en déficit budgétaire et les pays en guerre ou dans un cas semblables ?  En cas de sanction à prendre contre un Etat membre pour non paiement, quelles seront les spécificités y afférentes et en cas d’accumulations d’endettement ?

Au-delà de cette batterie de questionnements, il est sûr que tous les pays ne sont pas souscripteurs à cœur-joie  de cette nouveauté. On se demande comment la RDC qui se dit incapable d’organiser les élections par manque de moyens, pourrait souscrire et s’acquitter honorablement, de même du Soudan du sud, du Mali, du Burundi, du Nigéria, de la nouvelle République Sahraoui, tous ces pays sont dans l’instabilité et dans un déficit chronique, idem de la Gambie pillée et de la Guinée des impunités et pour ne pas aller loin, cette cotisation se fera entendre, à moins qu’on se trompe lourdement.

Dans l’état actuel des choses, il nous semble que le Tchad et la Guinée ne sont pas à mesure d’organiser des élections et si on leur demandait de verser leurs quotas pour l’exemple, ça va se savoir.

A malin, malin et demi, l’année 2017 est une année préparatoire pour mettre les cotisations et les institutions sur papier, leur matérialisation sera pour 2018, quand Alpha Condé aura fait la passe à qui ferait l’appel…  

La façon dont «les trois mousquetaires» de cette réforme institutionnelle veulent conduire les choses, on peut s’attendre à des cris de réticence; le cas échéant, l’UA prendra un autre à-coup pour l’arrêt définitif. Et il faut craindre qu’il ne soit définitivement définitif parce qu’il n’y a plus Kadhafi pour tirer la ferraille de l’ornière.

La rencontre de travail de Conakry fera date ou n’a été qu’une gageure ?

La question reste posée.

Moïse Sidibé

Cet article Mission de travail de l’UA à Conakry : les écueils à la réforme institutionnelle sont au grand jour est apparu en premier sur Guinéenews.