Archief

Categories

Alpah Condé

Protection du climat : La Guinée au même diapason que les USA de Trump

D’abord, il faut faire remarquer que le budget adopté à l’unanimité des députés n’a pas tenu compte d’un certain nombre de détails importants. Le ministre du budget a annoncé la baisse de la TVA sur le gaz pour permettre de réduire l’utilisation du bois de chauffage et du charbon, cause de la désertification, du changement ou du dérèglement climatique. Lésiner sur un point aussi important signifie que le manque à gagner est colossal et si l’on se rappelle que la baisse du prix du carburant promise pour la fin de la revue du FMI, en décembre 2016, et qui ne viendra jamais, puisqu’on est en décembre 2017, on voit les difficultés financières se superposer, les anciennes sur les nouvelles. Dans une telle situation, la protection de l’environnement ne peut être menée dans le concert et dans l’esprit de la COP-21 ; or, l’évidence de la dégradation du climat saute à l’œil

A Conakry, les premières pluies ont commencé très tôt, l’an dernier, dès la mi-février, la dernière est tombée le 4 décembre dernier à Conakry : chose inédite. Les conséquences de ce dérèglement climatique sont inconnues, il faut attendre la saison des pluies prochaines pour se fixer. Déjà, on parle d’une mauvaise saison agricole dans certaines localités comme Koundara et ses voisinages jusqu’à Mamou. Il faudrait que les experts disent audiblement si les forages faits sur tous les points de tout le territoire n’assèchent pas le sol et n’accélèrent pas la désertification. Quant aux feux de brousse, personne ne semble s’en préoccuper. En Amérique de Donald Trump, les incendies de forêt sont inextinguibles. Le sol asséché par les exploitations des énergies fossiles rendent la végétation si inflammable qu’elle prend feu comme une torche. Les dégâts se chiffrent déjà, aux dernières infos, à près ou plus de 28 milliards de dollars, et les feux sont encore invincibles.

Comparaison n’est pas raison, dit-on, mais Donald Trump s’est retiré de cette COP, pas Alpha Condé. Or, dans la pratique et dans la gestion de l’environnement, il n’y a pas beaucoup de différence. La preuve est matérielle : ne se contenter simplement de réduire la TVA sur le gaz n’est pas une mesure qui inciterait les femmes des hameaux et coins reculés à ne pas couper le bois pout faire du charbon. Sans une subvention sur le gaz, on ne peut pas dire que la Guinée est plus engagée que les USA dans la protection du climat.

Pauvreté n’est pas vice, mais elle conduit à tous les vices. Qu’est-ce qu’est devenu Démoudoula, le site agressé qui avait fait couler encre et salive pendant la saison des pluies dernières ? Les mesures prises pour la forêt de Kakimbo ont-elles connu un semblant d’exécution ?

Plus d’intentions que d’actions concrètes. Dans de telles conditions, les bailleurs du fonds vert se retiendront encore plus longtemps de mettre la main à la bourse…