Archief

Categories

Alimou Diallo

Faune: fuite massive des animaux du parc Niokolobadiar vers le Niokolokoba (Sénégal)

Le manque d’entretien voire l’abandon, depuis quelques années, du parc national communément appelé Niokolobadiar, situé dans la préfecture de Kounkara en République de Guinée, serait la principale cause de cette situation. La grande majorité des animaux qui étaient gardés dans ce parc, auraient rallié le parc Niokolokoba, du coté du Sénégal voisin, a appris Guinéenews de source officielle.

Jeté aux oubliettes non seulement par l’État Guinéen qui ne fait pas grand-chose pour maintenir ce parc historique et touristique, Niokolobadiar a également est relégué au dernier rang par les grandes institutions qui étaient des bailleurs incontournables dans la survie de ce bijou national.

 Alimou Diallo, le président de la délégation spéciale de Koundara peint ici l’état des lieux : «aujourd’hui le parc est dans une situation très dramatique parce qu’apparemment, le financement que les Européens donnaient pour l’entretien ne vient plus. Ce qui fait qu’aujourd’hui qu’on a du mal à essayer de déployer des agents à l’intérieur afin que ceux-ci puissent faire face à l’entretien des lieux.»

En plus de la fuite massive des animaux qui étaient jusque-là encadrés dans ce parc, le braconnage clandestin et incontrôlé contribue à vider Niokolobadiar du peu d’animaux qui y restaient après l’abandon du site: «bien sûr il y a une fuite d’animaux. Le conservateur qui est sur place m’a dit récemment qu’il espère avoir un financement. Mais d’ici que ces fonds soient disponibles pour relancer les travaux comme ça se doit les gens s’en donnent au braconnage à cœur ouvert. C’est vrai aussi que les gardes forestiers se battent pour essayer de pourchasser les braconniers mais c’est une réalité au sein du parc. Pourtant les Sénégalais gèrent bien leur parc qui fonctionne très bien alors que chez nous ici depuis belle lurette, Niokolobadiar ne sert pas. D’ailleurs de nos jours, en dehors des singes, on ne voit plus d’animaux au niveau de ce parc», dénonce-t-il.

Pourtant, l’exploitation rationnelle de ce parc serait, d’une part, une source de revenue à cette préfecture mais aussi à tout le pays, d’autre part.

«Quand le parc marche, il peut avoir un impact sur la vie socioéconomique de Koundara. Parce que les touristes vont venir, les hôtels vont commencer à marcher…, la consommation va considérablement augmenter. Mais d’ici que les fonds soient à disposition du conservateur pour relancer les activités du parc Niokolobadiar, on fait vraiment face à d’énormes difficultés. Notre plus grand souhait est que le parc soit opérationnel», a-t-il plaidé le président de la délégation spéciale de Koundara.

Voilà autant de retombées parmi tant d’autres que la Guinée est en train de perdre dans la plus grande indifférence des autorités. Là où tout le monde retrousse les manches pour aller de l’avant, le guinéen préfère dormir sur son laurier en dépit de l’énorme retard  du pays.

Alaidhy Sow Labé, pour Guinéenews.org

Cet article Faune: fuite massive des animaux du parc Niokolobadiar vers le Niokolokoba (Sénégal) est apparu en premier sur Guinéenews.