Archief

Categories

aguineenww

Cellou à propos de la casse de Kaporo-Rails : « Quand l’opération se faisait, j’étais en mission à l’étranger »

Sensibiliser leurs partisans sur le bien fondé de la manifestation du 2 août prochain n’était pas le seul motif du meeting des leaders de l’opposition ce dimanche 23 juillet 2017 à Nongo, dans la commune de Ratoma. La casse de Kaporo-Rails en 1998 sous le règne de Lansana Conté s’est invitée dans les interventions.

Cellou Dalein Diallo, à l’occasion de cette manifestation politique, a affirmé avoir fait tout son possible pour arrêter l’opération de déguerpissement de Kaporo-Rails qui aurait été effectuée quand il n’était pas au pays. Ce qui a conduit le chef de file de l’opposition à parler de ce cas qui s’est passé il y a une vingtaine d’années, c’est le déguerpissement en cours à Démoudoula, dans la commune de Ratoma. Cellou Dalein s’y est rendu lundi dernier pour constater les dégâts. Et il a dénoncé le fait que c’est pendant cette période hivernale que cela s’est produit, mettant ainsi de nombreux citoyens à belle étoile.

« Lorsque je dénonce cette violence humaine contre des compatriotes, on dit que j’étais là en 1998 lorsqu’il y a eu Kaporo-Rails. Je ne vais pas revenir maintenant sur ce que j’ai fait pour arrêter ce processus. Je le ferai lorsque j’aurai l’occasion. J’ai un témoin oculaire qui est là, avec lequel j’ai travaillé pour arrêter ça. C’est Kassory Fofana. Je ne vais pas lui rendre hommage. A l’époque on était amis », a-t-il indiqué, avant de préciser que l’opération de déguerpissement n’avait pas été effectuée à sa présence : « Lorsque cette opération a commencé je n’étais pas en Guinée. J’étais en mission à l’étranger pour deux semaines. Je suis revenu trouver que cette opération est en cours. Et nous avons fait tout ce qui est faisable pour l’arrêter. Il y a des témoins oculaires. »

Pour le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), ce ne sont pas par les fautes commises par des anciens gouvernements que l’actuel gouvernement va justifier les siennes : « Même si des fautes ont été commises par des anciens gouvernements, on ne peut pas invoquer ça pour commettre des crimes parce que d’autres avant moi ont commis des crimes. Le changement veut qu’il y ait un changement radical et que le respect de la dignité humaine soit toujours de rigueur. Malheureusement, aujourd’hui, au lieu de justifier leur forfaiture, ils disent où était Cellou qui dénonce maintenant ? Ce n’est pas ça. On n’a pas le droit de venir casser des baraques, des villas habitées et dire que c’est au nom de la protection de l’environnement ou c’est à cause d’une utilité publique. Alors, ça c’est une illustration éloquente de leur désintérêt par rapport aux intérêts de la population. »