Archief

Categories

AG RPG

AG-RPG: Bantama se paie l’un des Vice-présidents de l’UFDG qu’il menace de traduire en justice (vidéo)

L’un des Vice-présidents de l’UFDG a été accusé ‘’d’ethno’’ par le ministre Bantama Sow ce samedi 29 juillet lors de l’Assemblée hebdomadaire du RPG Arc-en-ciel à Gbessia. Le ministre Sow menace de traduire Chérif Bah, puisque c’est de lui il s’agit, en justice s’il récidivait, a-t-on constaté sur place. Lisez plutôt l’extrait de son intervention…

 «Je ne sais pas si vous (les militants) connaissez un certain Chérif Bah, ancien Gouverneur de la BCRG. Je crois qu’il a eu une place à l’UFDG alors qu’il  ne le mérite pas. Il veut remplacer Bah Oury pourtant il ne joue pas dans la même division que ce dernier. De toute façon, nous lui conseillons de se battre pour avoir sa place et d’éviter de prendre des raccourcis ethniques qui sont très dangereux.

 Depuis qu’ils ont compris que nos parents… commencent à comprendre qu’ils ont été trompés, ils ont peur et ils sont paniqués.  Pire, c’est Chérif Bah qui dit que depuis l’avènement d’Alpha Condé au pouvoir, qu’il y a eu plus de 900 cadres… renvoyés de l’administration publique. C’est une déclaration très grave et même dangereuse que nous condamnons avec la dernière énergie.  

 Par ailleurs, un régime vient avec ses hommes. La preuve, quand Donal Trump est arrivé au pouvoir aux Etats-Unis, il est venu avec plus de 4 000 travailleurs de son bord. Mais en Guinée, il faut le reconnaître que le président Alpha Condé travaille avec tout le monde. Prenez son gouvernement, il y a tout le monde et il est prêt à travailler avec tout le monde. Mais très malheureusement, nous regrettons qu’un soi-disant cadre  dit que le régime Alpha Condé est contre les ressortissants d’une région.

Nous lui (Chérif Bah) demandons tout simplement d’arrêter. S’il récidive, nous le traduirons devant la justice. Il va sortir la liste de tous les cadres… que le chef de l’Etat Alpha Condé a sortis de l’administration. Il parle en ignorant que son épouse est un cadre à la Direction Nationale des Impôts. Quand je l’ai vu à la télé, je me suis demandé ce qu’il peut apporter à l’UFDG…»

Lire vidéo:

 

AG du RPG : les diatribes enflammées de Hady Barry contre le nouveau code électoral (vidéo)

«La loi sur le nouveau code électoral est une loi bancale»

Après l’ancien ministre Alpha Ibrahima Keira qui parle de « complot » contre le chef de l’Etat, c’est au tour du Dr. Hady Barry, Secrétaire général du ministère des Affaires Etrangères et membre du Bureau politique national du RPG, de taxer le nouveau code électoral examiné par la Cour Constitutionnelle de loi bancale. C’était à la faveur du meeting traditionnel du RPG, samedi 1er juillet à Gbessia.

Devant les militants, Hady Barry a fait comprendre que la Cour Constitutionnelle a déclaré plusieurs articles du code électoral anticonstitutionnels ou non conformes à la Constitution.

«Lors de sa réunion le 15 juin, la Cour Constitutionnelle a déclaré plusieurs articles de la loi portant sur le code électoral anticonstitutionnels ou non conformes à la Constitution. Parmi ces articles, il y a la publication des résultats électoraux ; la composition de la commission chargée de la révision de la liste électorale ; les candidatures venant des partis politiques ou encore indépendantes ; la supervision des élections ainsi que l’article portant sur l’assistance technique à la CENI», a expliqué M. Barry qui estime que lorsque dans une loi électorale des points essentiels sont jugés non-conformes à la Constitution, elle devient automatiquement non-opérationnelle.

Pour Hady Barry, ce nouveau code électoral doit être retourné à l’Assemblée nationale. Car, soutient-il, promulguer cette loi sur le code électoral, c’est de promulguer une loi bancale, une loi en pièce détachée.

Plus loin, Hady Barry a annoncé que tous les juristes ‘’sérieux’’ sont unanimes sur la nécessité de retourner cette nouvelle loi à l’Assemblée nationale pour une deuxième lecture. «C’est aussi clair, le ciel ne va pas tomber tout comme la terre ne rejoindra pas le ciel», a-t-il déclaré en substance. Lire vidéo:

Menace de manifs de l’opposition: le ministre Bantama prévient (vidéo)

L’Assemblée traditionnelle du RPG a enregistré quelques incidents inopinés ce samedi 17 juin, a-t-on constaté au siège national du parti à Gbessia, commune de Matoto.

Selon les témoignages recueillis sur place, cette altercation est née au moment où les vigiles ont bloqué certains militants du parti qui auraient hué la Directrice générale du Port Autonome de Conakry (PAC), Mme Touré Hawa Keita.

Très amer contre cette attitude des militants, le ministre Conseiller à la présidence Sanoussy Bantama Sow immédiatement sévi. «La direction nationale du RPG fera tout pour instaurer la discipline dans le parti. Personne n’est au-dessus du parti, qu’il soit ministre, secrétaire général, chef de cabinet ou encore directeur général. Une fois au siège national, nous ne sommes tous des militants et des sympathisants. Désormais, quand les travaux de l’Assemblée générale commencent, personne ne doit rentrer en faisant des bruits à l’exception le chef de l’Etat, Alpha Condé», a-t-il annoncé.   

S’exprimant sur la menace de l’opposition de reprendre les manifestations de rue dès après le Ramadan, le ministre Sow réplique: «nos frères de l’opposition menacent qu’après le ramadan, ils vont descendre dans la rue. C’est vrai, la manifestation est un droit constitutionnel. Par ailleurs, j’ai entendu un ancien ministre de l’Agriculture d’Alpha Condé, en l’occurrence Jean Marc Téliano dire qu’ils vont lancer des cailloux. Tenez-vous bien, c’est un ancien ministre de la République qui parle ainsi. Je ne suis pas contre à ce qu’ils manifestent mais, ils n’ont pas aucun droit de jeter des cailloux. Ce n’est de leur droit de brûler des pneus sur la chaussée ou de s’attaquer aux paisibles commerçants…»

Dans la même logique, Bantama Sow a fait comprendre à ses militants que l’opposition n’est pas bâtie sur un projet de société, mais plutôt sur la manifestation. «Je défi toute l’opposition d’expliquer son projet de société à la population. Je suis sûr, ils ne pourront jamais dire quel est leur programme dans le domaine de l’Agriculture, du Transport etc. Leur programme est plutôt axé sur la manifestation de rues, jets de cailloux et des brulures de pneus», a-t-il dénoncé.

Poursuivant, le ministre Bantama Sow a estimé que celui qui prétend gouverner le pays, n’a pas intérêt à détruire les biens de l’Etat avant d’interpeller le président de l’Assemblée nationale de revoir certains de nos textes. «Je me pose la question de savoir si celui qui se dit leader de l’opposition, s’il a été une fois ministre des Transports, je ne suis pas sûr… Parce que celui qui veut gouverner ce pays ne peut pas se permettre à détruire ce qui existe déjà. Sur ce, je demande au président de l’Assemblée nationale de revoir certains de nos textes. Celui qui brûle un pneu sur la chaussée, doit être sanctionné. Celui qui met l’huile sur la chaussée, est un ennemi de la Guinée», a-t-il déploré.

«Les manifestations de rue sont gérées par le ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation de concert avec le ministère de la Sécurité», a rappelé le ministre Sow avant d’indiquer que depuis 2011, aucun signataire des manifestations politiques n’a été interpellé après les casses.

Plus loin, Bantama Sow a déploré le fait que les manifestants sont libérés après les accords politiques alors qu’ils ont été arrêtés dans la rue avec des machettes et des gourdins. «Les manifestants qui ont été arrêtés lors des manifs, ont été toujours libérés sur la base des accords politiques pourtant, ils ont été arrêtés en flagrant délit. C’est-à-dire, ils étaient munis des pierres, des gourdins et des machettes…La preuve, le jeune journaliste Mohamed Koula Diallo a été tué devant le siège de l’UFDG et d’ailleurs, jusqu’au aujourd’hui, nous ne connaissons pas la vérité. S’ils pensent qu’ils vont brûler ce pays, si par malheur cela devait arriver, nous restrons tous ici et personne ne quittera le pays».

Selon Bantama Sow, l’Etat est en train d’être détruit suite aux multiples accords politiques qu’il faut empêcher. «Si l’opposition arrive à casser dans sa marche, ceux qui ont cassé ne sont arrêtés, jugés et condamnés, à notre tour, nous allons marcher contre tous ces hauts cadres qui ne jouent pas leur rôle», a averti le ministre Bantama.  

 

Cet article Menace de manifs de l’opposition: le ministre Bantama prévient (vidéo) est apparu en premier sur Guinéenews.

Suspension du projet ‘’Un étudiant, une tablette’’ : le RPG supplie Alpha Condé de revenir sur sa décision

Après avoir annoncé la suspension de la distribution des tablettes aux étudiants, le RPG supplie désormais le chef de l’Etat de revenir sur cette décision, a-t-on constaté au siège national du parti à Gbessia.

Cette supplication a été formulée par le ministre conseiller à la Présidence, Sanoussy Bantama Sow. Pour lui, ce qui s’est passé au palais du peuple, c’est entre le père et ses enfants.

Dans sa communication, Bantama Sow a fait comprendre aux militants que c’est pour noyer le poisson, c’est-à-dire, faire taire cette affaire de 500 millions que leurs détracteurs, ont fait une récupération alors que, c’est une promesse qui a commencé son exécution.

Tout en prenant à témoin, le Vice-président de l’UFDG, Dr Fodé Oussou Fofana, Bantama Sow a indiqué que si cette action s’était passée comme dans un passé récent, les geôles auraient pu être bondées des gens tout en rappelant que  le président Alpha Condé qui s’est battu des années durant pour l’instauration de la démocratie en Guinée, ne replongera jamais dans ces péchés d’antan.

Poursuivant, le ministre Sow a signalé, pour reprendre ses propres propos, que l’autre côté est riche en évènement. «Récemment, suite à l’affaire des 500 millions, quelqu’un disait que si on ne veut pas entendre de quitter le pays. Parallèlement, d’autres se marient en catimini entre quatre personnes», a-t-il titillé.

Lisez son intervention :

«Pour certaines personnes, la semaine a été riche en évènements. Aujourd’hui, beaucoup veulent savoir la position du RPG suite à ce qui s’est passé au Palais peuple. Pardon, ne vous mêlez pas entre le père de famille et ses enfants. Alpha Condé est le père de la nation et c’est comme le père de famille à la maison et ses enfants. Donc, si le voisin ne peut pas départager le père et ses enfants, il ne faut pas qu’il s’en mêle. Il y a trop d’évènements de l’autre côté, on veut juste noyer le poisson et il y en qui  ne veulent pas qu’on parle des 500 millions par mois. 

Un étudiant, une tablette est une promesse tout comme tant d’autres promesses lors de la campagne de l’élection présidentielle de 2010.  D’ailleurs, ce projet a commencé d’être exécuté mais, la seule chose que nous déplorons, c’est le manque de communication. Les gens devraient expliquer aux étudiants, moi j’ai été leader quand j’étais étudiant, Alpha Condé a été ancien président des étudiants noirs en France, aujourd’hui, il est le président de l’Union Africaine donc, il ne peut en n’aucun cas avoir de confrontation avec ses étudiants qui sont d’ailleurs ses enfants. Donc pardon, ne dramatisons pas, c’est un non-évènement.

Je demande humblement au président de la République de la Guinée de revenir sur sa décision de suspension de la distribution des tablettes. Nous lui demandons à continuer à outiller l’étudiant guinéen et le jeune guinéen pour que demain, ils puissent défier leurs camarades du Sénégal, du Mali de la Côte d’Ivoire. Ceux qui sont en train de travailler pour 2020 et qui pensent qu’ils n’auront pas de concurrents, ce sont eux qui font la récupération…

Nous avons promis beaucoup de choses au peuple de Guinée et notre problème est comment respecter les engagements du chef de l’Etat face à la nation.  Pendant que certains déclarent que si nous ne voulons pas entendre cette affaire des 500 millions de quitter le pays, d’autres se cachent pour aller célébrer en catimini leur mariage entre quatre personnes. Qu’ils parlent de cela mais, ils ignorent que l’étudiant et Alpha Condé, c’est la langue et les dents.

Dr. Fodé Oussou sait pertinemment que si on était dans un passé récent, beaucoup se seraient retrouvés en prison. C’est parce qu’aujourd’hui, Alpha Condé s’est battu pour la démocratie, il est démocrate et il doit donner l’exemple. Alpha Condé doit discuter avec son peuple surtout avec sa jeunesse.  Ce qui se passe en longueur de journée dans les radios, est plus grave que ce qui s’est passé au palais du peuple».

 

Cet article Suspension du projet ‘’Un étudiant, une tablette’’ : le RPG supplie Alpha Condé de revenir sur sa décision est apparu en premier sur Guinéenews.

Siège du RPG: le député Ousmane Gaoual dans la ligne de mire de Hadja Nantou

Autre chose que la députée Hadja Nantou Chérif, Coordinatrice nationale du RPG a abordé lors de l’Assemblée nationale de son parti ce samedi 3 juin, c’est l’impunité qui prévaut dans le pays. «Dans quel pays en Afrique où tu peux insulter le chef de l’Etat sans être inquiété», s’est-elle interrogée avant de déplorer qu’en «Guinée, c’est comme s’il n’y a pas de Procureur».

«L’autre fois, le Bureau politique National (BPN) du RPG  a porté plainte contre le député de l’UFDG, Ousmane Gaoual Diallo. Croyez-moi, qu’il avait sérieusement chaud. Donc, comme nous n’agissons pas dans ce sens, c’est pourquoi il continue à tenir des propos incendiaires. Tenez-vous bien, il a appelé l’autre jour un soulèvement populaire contre Alpha Condé. Tout le monde est témoin. C’est comme s’il n’y a pas de Procureur en Guinée. Ce que le RPG a subi, aucun parti politique n’a subi en Guinée. Parmi nous, il y en a qui ont perdu la vie, d’autres ont perdu leurs emplois et d’autres encore ont perdu des biens. Seul le RPG a subi des exactions dans ce pays», a-t-elle rappelé.

«Nous avons entendu beaucoup de choses, les gens oublient vite. En 1995, nous étions en cortège à Mandiana. Entre Madiana-centre et Morodou, pendant que nous étions en retard, des étudiants ont décidé de faire des animations pour le président Alpha Condé. Ils voulaient faire des animations dans chaque village avant notre arrivée. Entre Morodou et Mandiana-Centre, 130 étudiants ont été interpellés parce que tout simplement, ils ont voulu faire des animations avant le passage d’Alpha Condé. Les feus Doudou Traoré et Bakary Dioubaté étaient de la partie. C’est pourquoi, quand je les entends dire aujourd’hui qu’il n’y a pas de démocratie en Guinée, je tombe des nues», a-t-elle ajouté.

 

Cet article Siège du RPG: le député Ousmane Gaoual dans la ligne de mire de Hadja Nantou est apparu en premier sur Guinéenews.

AG du RPG: ces railleries assassines de Bantama à l’endroit de l’UFDG et de son président

«On ne tombe pas dans la politique. Un enfant ne fait pas la politique. Jusqu’à présent….. il n’a pas fait son baptême d’opposant», a déclaré le ministre conseiller à la Présidence de la République, Sanoussy Bantama Sow.

 Il a fait cette déclaration ce samedi 6 mai à la faveur du meeting traditionnel du RPG à Gbessia, a-t-on constaté sur place.    

«Contrairement à d’autres politiciens qui pleurnichent tous les jours qu’ils sont victimes, le RPG s’est battu il y a 26 ans. Dans ce combat pour l’instauration de la démocratie, nombreux parmi nous, ont été bastonnés, emprisonnés, chassés et licenciés. Un enfant ne fait pas la politique car, elle est faite pour les grands hommes. Alpha Condé a fait trois ans en prison, on ne tombe pas dans la politique. Jusqu’à présent, il n’a pas fait son baptême d’opposant», a vaguement lancé Bantama Sow  avant d’ajouter : «quelqu’un qui est à l’âge de biberon, ne peut pas faire la politique», a-t-il insisté.

Poursuivant, Bantama Sow rappelle : «lorsque le Doyen Bah Mamadou transférait l’UFDG à Cellou, malheureusement il ne lui a pas expliqué le rôle d’un opposant. Rappelez-vous, Bah Mamadou et l’actuel ministre de l’Hôtellerie, du Tourisme et de l’Artisanat, Elhadj Thierno Ousmane Diallo ont fait trois mois en prison dans l’affaire de Kaporo-rails. Le président de l’UDPS, feu Etienne Tshiseke du RD Congo a fait combien d’années en prison? Il vous souviendra le cas de Laurent Gbago de la Côte d’Ivoire et celui du président Wade du Sénégal (rire)».

Pour terminer, Bantama Sow a conseillé les opposants  à vulgariser leurs programmes au lieu de distribuer des lance-pierres, des cailloux ou encore collecter des pneus pour les brûler…»

Cet article AG du RPG: ces railleries assassines de Bantama à l’endroit de l’UFDG et de son président est apparu en premier sur Guinéenews.

Tournée UFDG: Bantama cloue au pilori Dalein qu’il accuse de s’être confondu aux mariages pour grossir son cortège

Ce samedi 6 mai, c’est le ministre Conseiller à la Présidence, Sanoussy Bantama Sow qui a présidé les travaux de l’Assemblée hebdomadaire du RPG Arc-en-ciel, a-t-on constaté au siège national du parti à Gbessia, commune de Matoto.

Comme le week-end dernier, l’UFDG et son président Cellou Dalein Diallo ont été à nouveau dans la ligne mire de Bantama Sow.  

«Avec les adhésions que nous enregistrons tous les jours, il est clair que la vérité se trouve du côté du RPG. Notre parti n’est pas ethnique (…),  le Secrétaire général de la sous-section de Dalein à Labé, tailleur de son état, a été considéré par ses concitoyens de la zone comme traite parce qu’il a adhéré au RPG. Au moment où ils (les responsables de l’UFDG, NDLR) parlent, ils enregistrent d’énormes défections dans leur rang. Il y a même des défections sur lesquelles ils ne veulent pas s’exprimer. Au niveau même des instances de l’UFDG, il y a des gens qui nous ont rejoints. La preuve, un de leurs députés lorsqu’il a compris la vérité, il a claqué la porte», a-t-il révélé.

Faisant allusion au Vice-président Bah Oury, Bantama Sow rappelle : «le fondateur de l’UFDG parlait des foules qu’ils drainent  derrière eux. Il est allé jusqu’à dire que pendant l’élection présidentielle, son candidat (Cellou Dalein Diallo, NDLR) avait dit, M. Bah Oury ne te presse pas, après l’élection, nous allons nous venger. C’est cela l’UFDG. Nous allons débattre de cette question sérieusement pour ne pas qu’on trompe les citoyens guinéens».

S’exprimant sur la tournée du président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, Bantama Sow qui disait la semaine dernière qu’à défaut des militants, ce dernier aurait accusé les autorités de ne pas lui ouvrir les places publiques.  Cette fois-ci, Bantama Sow a dénoncé le fait que Cellou Dalein Diallo se seraient confondu lors sa tournée à des cérémonies  de mariage pour, a-t-il dit, grossir son cortège et pour mieux vendre ses images.

«Ils profitent des cérémonies de mariage, se faufiler dans les cortèges de mariage et mettre ces images sur les réseaux sociaux pour dire que tout ce monde constitue ses militants.  Siguiri a été RPG, il est RPG et il restera toujours RPG. Il ne faut pas qu’on trompe le peuple de Guinée. Dans ce pays, nous avons assisté à des manifestations de foule, mais au finish, ça n’a rien donné», a-t-il rappelé.

 

Cet article Tournée UFDG: Bantama cloue au pilori Dalein qu’il accuse de s’être confondu aux mariages pour grossir son cortège est apparu en premier sur Guinéenews.