Archief

Categories

Afrique centrale

Afrique Centrale – RDC : Pourquoi Joseph Kabila gagne tous les bras de fer ? 

La RDC n’est pas la Gambie, Joseph Kabila n’est pas Yahya Jammeh, le peuple gambien n’a pas été abandonné par la CEDEAO, l’UA, l’UE et l’ONU. On n’en dira pas autant des RD-Congolais. Peut-être que les contextes ne sont plus les mêmes dans ce nouveau repositionnement géo-stratégique.

Ça fera bientôt 6 mois que le temps additionnel de la prolongation dure et perdure, et on vient d’entendre que aucune date n’est fixée pour les élections. L’interminable tiraillement sur le lieu d’enterrement de Etienne Tshisekedi a été en sa faveur, L’affaire Floribert Chebeya et son chauffeur sera-t-elle jamais démêlée ? Filimbi ne siffle plus et Balai-Citoyen et « Y-en-a-marre » ont semblé se calmer. La quarantaine de fosses communes, qui ne sont très probablement que la partie visible de l’iceberg, parce que la grande évasion à la prison de Kinshasa n’a pas dit ce qu’elle a fait. Les autorités de Kinshasa les accusent de tous les crimes en RDC.

Dans cette atmosphère méphitique et délétère, il y a encore bataille juridique sur la terminologie, qui est essentielle, puisqu’elle peut tout changer. Entre Mission d’enquête indépendante préconisée par l’UE et Mission d’enquête « semi-indépendante » défendue et soutenue par l’UA. On douterait que cela soit par tous les Etats, mais même pas par tous les Etats, cela revient au même car : « Le silence devant le crime a ses implications dans le crime ».

Mais qui de si puissant est derrière Joseph Kabila ? 

Il y a bien des raisons de poser cette question. Si le Rwanda et le Burundi n’ont pas su cacher leur jeu, la RDC n’est pas de ceux qui dévoilent du premier abord ses cachotteries. Laurent Désiré Kabila avait trop tôt dévoilé son jeu, ce qui l’avait probablement perdu. Son fils et successeur a mené en bateau ceux qui le croyaient toujours dans leur giron pour prendre « des postures injonctives ». La preuve vient d’être administrée de façon claire et nette. Bruxelles n’est plus à la manette. L’UE doit se contenter de jouer les seconds couteaux dans cette commission d’enquête, où elle n’aura pas les coudées franches. La bagarre principale dans l’ombre réside dans la détermination des circonstances de l’assassinat des deux experts de l’ONU et de leurs auteurs. Si personne ne tente de faire piétiner les enquêtes, il n’est pas certains que les conclusions soient identiques. Et après ?

Dans l’eau trouble, l’UDPS se plaint de l’arrestation de ses militants sans que personne n’en fasse trop cas. Joseph Kabila a bien dit ce qu’il dit : les élections ne sont pas encore en vue.

Pour que Kabila soit si déterminant et tranchant, pour qu’il gagne ainsi tous les bras de fer engagés, il n’y a pas que la solidarité des dictateurs et complices de ce génocide qui ne dit pas son nom, il faudrait que quelqu’un de très puissant soit derrière. Qui est-il, puisque l’Europe est hors-jeu ?

Certains seraient enclins à désigner promptement l’Uncle Trump, mais le Département du Trésor a annoncé des sanctions économiques contre le général François Olenga pour ses exactions contre les opposants et ses manœuvres d’obstruction pour saper le processus démocratique, comme le général Numbi, le chef de la police, Olenga est aussi dans le viseur. Seulement, le général Olenga est le chef de la garde républicaine, l’alter égo du général Diéndéré au Burkina Faso, le bras et le rempart de Joseph Kabila. Le noyau est ainsi atteint économiquement. Tout a un commencement. Kabila doit faire gaffe. La commission d’enquête ne fournira pas les conclusions identiques. Il y aura du vraisemblable et d’invraisemblable. Les gens vont juger. Et si une motion de censure est votée au Congrès contre lui, il sera très encombrant pour l’Uncle Sam.

Mobutu en connait un brin. De cet adage qui dit que toutes les heures torturent, la dernière tue. Tous ces morts ne seront pas morts pour rien, il y aura un comme Abel pour hanter le sommeil de Caïn.