Archief

Categories

Adolescent

Labé : le mariage précoce au cœur d’un dialogue entre religieux et personnels de la santé

Ce forum a mobilisé le mardi 23 mai des leaders religieux des cinq préfectures de la région de Labé, des professionnels de la santé, des acteurs de la société civile ainsi que des autorités administratives de Labé et des responsables de GIZ, une institution allemande de développement, a constaté sur place Guinéenews.

C’est la salle de conférences du bureau local de cet organisme qui a servi de cadre à cette grande rencontre. À l’ouverture des travaux pilotés par le gouverneur de région, c’est Ariane Von Maerker, la Conseillère technique de la GIZ qui a souhaité la bienvenue à tous les participants du forum.

«Nous sommes ici pour discuter d’un sujet qui est d’actualité et très important. On a fait une petite enquête et on a vu que le sujet de mariage précoce est un sujet à débattre. C’est cette problématique qui nous réunit aujourd’hui afin nous puissions échanger et partager nos différents points de vue là-dessus. On va écouter un leader catholique, un leader musulman, un ou des spécialistes de la santé, des acteurs de la société civile et l’administration locale», a ainsi planté le décor Ariane Von Maerker, la Conseillère technique de la GIZ dès l’entame des travaux.

Avant de donner le coup d’envoi des travaux de cette rencontre, Sadou Kéita, le gouverneur de région, a, dans son allocution livré un message plein d’espoir. «Je voudrais remercier la GIZ pour cette grande initiative qui préoccupe aujourd’hui à la fois les autorités et les populations. Le mariage précoce est une préoccupation parce qu’il influence négativement la santé des femmes. Donc, c’est un sujet d’actualité quoiqu’on soit conscient de cet état de fait. …Le mariage précoce est courant. Je voudrais donc vous en remercier de mettre le sujet à débat pour que dans les contradictions, on trouve une solution partagée par tout le monde. Je crois que cela va faire avancer notre pays…», a déclaré le gouverneur Sadou Keita.

Prenant la parole, le grand imam de Labé El hadj Mohammadoul Badrou Bah a mis l’accent sur le réveil de conscience au niveau des populations. «Ce genre d’initiative de la GIZ nous permettra de nous réveiller de notre long sommeil. Car, quand on mobilise des leaders religieux et des spécialistes de la santé pour parler de mariage précoce forcement, cela devra un impact. En plus, on a vu qu’ils ont eu l’intelligence d’inviter les représentants des cinq ligues islamiques préfectorales de Labé à cette rencontre. Dans les différentes communications précédentes, les responsables locaux se sont adressé à nous leader religieux pour dire que parler du bien-être et de santé dans tous les sens ne doit pas être un tabou pour nous. L’islam dit que quand les médecins trouvent qu’une pratique a des conséquences sur l’organisme humain, même si nous autres on n’a pas fait le même constat qu’il est conseillé d’éviter cela. Parmi toutes les religions, l’islam fait partie de celle qui milite pour la santé de l’homme», a indiqué l’imam de la grande mosquée de Labé.

Cette pratique est rare au niveau de l’église, a fait savoir le père Apollinaire Kokoli Kolié, le curé de la paroisse Notre-Dame du mont Carmel de Labé. «Le mariage à l’église, c’est une fois pour toutes. Alors, on prend soin de les préparer et si nous constatons que la fille est moins âgée (12 ou 14 ans), on demande à ses parents et aux parents de l’homme de s’abstenir, d’attendre au moins quand elle jusqu’à ce qu’elle ait ses 20 ou 25 ans. Mais une jeune fille qui a 12 ou 15 ans et puis on l’oblige à épouser un monsieur de 40 ou 50 ans, l’église proscrit cela. Je répète, nous religieux avons un grand rôle à jouer et au niveau de l’église, cette pratique est rare », a-t-il insisté.

Quant à Camara Adama, médecin de santé publique et Conseiller technique pour le volet communautaire du programme santé de la reproduction de la GIZ, il n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction par rapport au déroulement de l’activité.

«Je dois dire que je suis d’abord très satisfait par la qualité des personnes qui participent à ce forum. Parce que c’est un forum d’une importance capitale dans la mesure où nous abordons le sujet de mariage précoce qui est un fléau en Guinée de façon générale mais surtout à Labé. Vous avez vu lors de la présentation qu’à Labé, l’âge médiane du mariage pour les jeunes filles est de 15 ans. Ce qui est très bas au vu même de la loi qui fixe l’âge du mariage à 17 ans au minimum. Alors qu’à Labé, c’est 15 ans d’après les statistiques. C’est pourquoi, nous nous réjouissons de la participation des imams et des professionnelles de la santé. Nous pensons que le message va passer et qu’avec le temps, les gens vont être sensibilisés et conscientisés sur cette problématique», a-t-il espéré.

Dans la soirée du mardi 23 mai, le forum de dialogue pour améliorer la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes a été clôturé par un débat ouvert entre les participants. À ce niveau, les religieux, les professionnels de la santé et les acteurs de la société civile ont partagé leurs réflexions autour de ce sujet d’une importance capitale avec la modération des travailleurs de la GIZ.

Alaidhy Sow Labé, pour Guinéenews.org

 

Cet article Labé : le mariage précoce au cœur d’un dialogue entre religieux et personnels de la santé est apparu en premier sur Guinéenews.