Archief

Categories

adaption

Lutte contre les changements climatiques : comment acheminer les capitaux privés vers la Guinée ?

La lutte contre les changements climatiques, un défi important qui demande l’engagement de tous. En Guinée, la contribution prévue et déterminée au niveau national (CPDN) indique que le déficit total de financement du développement incluant les enjeux d’adaptation et d’atténuation est compris entre 10.800 à 11.800 millions de dollars pour la période 2016-2030. Comment combler ce gap financier auquel le gouvernement guinéen ne peut y faire face tout seul ? C’est l’objectif d’un atelier organisé par le ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), ce jeudi 6 juillet 2017 à Conakry.

Il s’agit d’explorer d’autres voies pour attirer et mobiliser des financements additionnels notamment le renforcement de la participation du secteur privé aux efforts d’adaptation et d’atténuation aux changements climatiques en Guinée.

Représentant le directeur pays PNUD, Mmamadou Cire Camara a souligné que : « Malgré la multitude des fonds climatiques, qu’ils soient dans le cadre de la Convention Cadre des Nations Unies contre les Changements Climatiques (CCNUCC), bilatéraux et multilatéraux, la complexité d’accès à ces fonds représente un réel handicap pour les pays du Sud afin de mettre en œuvre les programmes et projets climatiques. L’accès aux fonds climatiques requiert une bonne connaissance des procédures et des exigences des fonds, d’une part et d’autre part, certaines capacités humaines et techniques pour être à mesure de développer des projets bancables auprès de ces fonds », explique-t-il.

D’où la nécessité de la tenue de cet atelier qui permettra à la Guinée de « remédier aux barrières et prévenir la marginalisation des pays en développement de la finance climat en profitant du Fond Vert Climat (FVC). Un mécanisme financier des Nations Unies rattaché à la CCNUCC qui a créé la Facilité du Secteur Privé (FSP) dans le but de mobiliser et acheminer les capitaux privés et l’expertise sur la base des plans et priorités nationales. Le gouvernement guinéen entend mobiliser le secteur privé guinéen afin de lui permettre de tirer amplement profit de cette opportunité », souligne le conseiller en environnement de la ministre, Lansana Conté.

Puis qu’il s’agit de faire participer de façon effective le secteur privé à la finance climat en Guinée, le Point Focal FVC, M. Mohamed Lamine Doumbouya a fait une présentation sur les concepts du Fonds Vert Climat et l’opportunité que la Guinée peut en tirer. « La Guinée souffre de vulnérabilités structurelles fortes en dépit de son potentiel exceptionnel en ressources naturelles. Le FVC finance les projets et programmes de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de l’atténuation et de résilience climatique (adaptation) développés par les secteurs public et privé afin de contribuer aux objectifs de développement durable du pays », nous en dit plus.

Pour Mme Patti Diop, représentant le Patronat Guinéen, c’est une opportunité pour le secteur privé de contribuer dans la lutte contre les changements climatiques. « Déjà que certaines entreprises avaient des initiatives privées dans le cadre de la protection de l’environnement, cela ne fera que renforcer davantage cette volonté d’œuvrer pour le bien-être de toute la population guinéenne et également l’environnement du climat des affaires », s’en réjouit-elle.