Archief

Categories

Accusé

Visite technique automobile à Conakry : le ministre Oyé accusé de mettre les bâtons dans les roues de SIVITA

C’est au cours d’un point de presse qu’il animé le 6 mai au palais du peuple que le patron de la Société internationale de visite technique  automobile (SIVITA), Dr Balla Moussa Keïta, a tiré à boulets rouges sur le ministre des Transports, Oyé Guilavogui, qu’il accuse d’être à la base du retard de la reprise de ses activités dans la capitale Conakry, a-t-on constaté sur place.

A cette occasion, Dr Balla Moussa Keïta a indiqué avoir presque fini avec la réhabilitation des sites de SIVITA de l’intérieur du pays. Ceux de Kamsar, Labé et N’Zérékoré sont à ce jour fonctionnels. « A Kankan, on compte poser la première pierre pour la construction très prochainement », a-t-il rajouté.

 Mais pour lui, l’important était de démarrer par la ville de Conakry qui compte naturellement beaucoup plus de véhicules que celles de l’intérieur. Il fustige les autorités pour lui avoir tendu un piège. « Mon souci réel aujourd’hui est d’harmoniser nos centres. J’ai fini avec l’intérieur du pays, excepté Kankan. J’ai été piégé par les autorités en me poussant à commencer dans les régions de l’intérieur afin d’abandonner Conakry. Il n’y a que 10 pour cent des véhicules à l’intérieur, alors qu’à Conakry, on compte 90 pour cent », explique-t-il.

Plus loin, il indique que le principal auteur reste le ministre des Transports. « Ce qu’il dit et ce qu’il fait, ce n’est pas la même chose. Et ce qu’il sait, il n’en rend pas compte à ses collègues ministres. Je pense que c’est le ministre des Transports qui refuse catégoriquement, qui s’acharne réellement contre SIVITA pour ne pas dire contre M. Balla Moussa Keïta. Et je ne sais pourquoi ? Sinon, les dossiers sont à sa disposition et pourquoi ne pas dire la clarté du contenu aux autres membres du gouvernement, au lieu de passer par d’autres voies pour essayer de se comporter contrairement à la logique. Et ce sont les mêmes personnes qui, quand vous réagissez, diront voilà c’est parce qu’ils sont proches du Président de la République. Alors qu’en réalité, ils te torpillent pour que tu sois comme ils le désirent afin de se substituer à toi. » En faisant lecture d’un document juridique établi par la Cour Suprême, il a dit qu’il y a une clause d’exclusivité contenue dans la convention du 24 juin 1997 signée entre la SIVITA et l’Etat. Il fera observer que dans de nombreux Etats, le secteur du contrôle de visite technique automobile n’est pas ouvert à la concurrence. A l’en croire, dans les espaces UEMOA et CEDEAO, la pratique en la matière consiste à désigner par l’autorité un concessionnaire unique soumis à un cahier des charges rigoureux et précis, à qui incombe la responsabilité entière du contrôle de la visite technique ainsi que la gestion de l’ensemble du parc automobile sur l’ensemble du territoire national. Dr Balla Moussa Keïta estime donc qu’il n’y a pas lieu de créer une particularité en Guinée. « Pourtant, le ministre dispose de ce document juridique et administratif. Il laisse cela de côté pour créer d’autres problèmes. Quand tu veux abattre ton chien, tu l’accuses de la rage », a-t-il conclu.

A souligner qu’au cours de ce point de presse, Dr Balla Moussa Keïta est longuement revenu sur les nombreuses pertes qu’il a subies principalement à Conakry, depuis qu’il a été question de reprendre ses activités. Il avance un montant qui s’élève à plus de 36 milliards de francs guinéens.

Mame Diallo

Cet article Visite technique automobile à Conakry : le ministre Oyé accusé de mettre les bâtons dans les roues de SIVITA est apparu en premier sur Guinéenews.