Archief

Categories

accusations portant sur les avantages accordés aux députés

Fin de la session des lois: Kory Kondiano vent débout contre les mensonges et la haine en Guinée

Ouverte le 5 avril dernier, la première session des lois a pris fin ce mercredi 5 juillet en présence du Premier ministre et des membres du gouvernement, des diplomates accrédités en Guinée, des responsables religieux  et des représentants d’institutions nationales et internationales en Guinée. Une occasion que le président de l’Assemblée nationale a mise à profit comme d’habitude, pour fustiger le comportement de certains députés qu’ils accusent de tenir des propos mensongers à son encontre.

Parlant de la privatisation de l’encaissement de certains impôts telle que la taxe unique sur les véhicules, Claude Kory Kondiano dit craindre une baisse des recettes fiscales au cours de l’année fiscale pour les raisons que l’Assemblée nationale a énumérées dans une lettre sur la question qu’il a adressée au Premier ministre le 19 mai 2017 pour dénoncer cette pratique. Car, selon lui, en plus de ses effets sur les recettes, elle constitue une violation flagrante des dispositions de la loi organique du 6 août 2012 relative à la loi organique portant loi de Finances.

« En tout cas, elle ne rassure pas. Il faut donc s’en débarrasser comme nous devons nous débarrasser de ces vieilles habitudes et mauvais comportements qui persistent toujours et qui sont à l’origine du blocage de notre pays. Ils constituent le mal dont souffre la Guinée », a dénoncé le président du parlement qui ne s’est pas limité là.

«Ce mal a pour nom la violence verbale, le mensonge, la diabolisation de l’autre etc.., toutes choses qui braquent les Guinéens, les uns contre les autres et qui les empêchent de faire équipe pour travailler dans le but de permettre au pays d’aller de l’avant. C’est ainsi qu’on accuse les députés de vouloir augmenter leurs traitements. Ce qui est faux. On accuse le président de l’Assemblée nationale de vouloir avoir les mêmes avantages que le chef de l’Etat, ce qui est encore », a-t-il rétorqué.

Pour le président du parlement guinéen, certains compatriotes ont versé dans la violence verbale faite de haine vis-à-vis de leurs semblables et de sentiments de rejet de ceux qu’ils ne veulent pas voir

«C’est ainsi, avec beaucoup de regret qu’on constate une forte propension au mensonge de leur part sur ceux qu’ils ne veulent pas voir s’ils ne pensent comme eux ou n’ont pas les mêmes tares qu’eux, moyen privilégié pour ternir leur image, pour les éliminer, ternir l’image du pays et en éloigner les investisseurs. En faisant cela, ils savent pertinemment qu’ils naviguent à contre courant de la volonté du président Alpha Condé de réconcilier les Guinéens pour pacifier le pays, mais peu importe pour eux. Ils vont même jusqu’à inciter de plus en plus au soulèvement populaire pour la remise en cause de l’ordre établi ou pousser à la guerre civile qu’aucun guinéen digne de ce nom ne souhaite à ce pays qui n’a que trop souffert des actes délibérés de certains de ses fils », a fustigé Claude Kory Kondiano.

Et de poursuivre : « tout comme ils excellaient dans cet exercice  sous la première République, certains de nos compatriotes ont mis tout de suite leur intelligence au service du mal au point qu’ils sont toujours prêts à se livrer à toutes sortes d’accusations gratuites contre une personne qui n’a pas les mêmes défauts qu’eux et qu’il faut, par conséquent, faire disparaître. C’est ainsi que beaucoup de personnes innocentes ont, autre fois, payé de leur vie ces comportements cruels.»

Pour lui, c’est dans cette logique que se situent les mensonges qui sont actuellement véhiculés, dit-il, autour de certaines dispositions de la proposition de loi relative au règlement intérieur de l’Assemblée nationale adopté mardi, pour ce qui est, par exemple, des avantages prévus pour les députés et les anciens présidents de l’Assemblée nationale.

Kory Kondiano estime que la nouvelle proposition de loi n’a fait que reconduire les avantages prévus dans l’ancien règlement intérieur dont bénéficient déjà tous les députés de l’actuelle législature, même ceux qui font le procès par médias interposés. «Ce sont les mêmes avantages que prévoient tous les règlements intérieurs de toutes les Assemblées des pays de la sous-région et d’ailleurs », a souligné le président de l’Assemblée nationale.