Archief

Categories

Accords du 12 octobre 2016

Quiproquo entre Dalein et Alpha Condé: le ministre de l’Administration lève l’équivoque

En tournée pour renouer et réchauffer les contacts avec ses militants de base du terroir profond, le chef de file de l’opposition guinéenne a déclaré avec beaucoup d’amertume et d’acrimonie à l’intention de l’opinion publique nationale et internationale qu’en dépit des accords politiques entre lui et le chef de l’Etat, celui-ci lui a interdit, à lui et à ses militants, l’accès du stade de N’Zérékoré. Il dénonce avec virulence la violation et le non-respect des accords et conventions politiques. Lui emboîtant le pas, Makanéra Kaké, l’ex-ministre de la Communication, en a aussi rajouté pour noyer son ex-patron en des termes encore plus vitriolés. 

Ainsi, à les entendre, beaucoup de gens s’étaient demandé sur l’attitude incongrue du président guinéen, de surcroît président en exercice de l’Union africaine qui se doit normalement de donner l’exemple  politique à ses pairs. La réponse n’a pas tardé à venir du ministre de l’Administration du Territoire, le général Bouréma Condé qui met les points et trémas sur les « I ».

Selon Bouréma Condé, il dit en substance qu’en période non électorale, aucun leader politique n’est interdit de faire des réunions à son siège, mais pas sur les lieux publics et il donne des exemples de réunions libres tous les week-end à Conakry et que aucun gouverneur et préfet n’a reçu des ordres venant directement du président qui n’instruit que le ministre de l’Administration du Territoire pour répercuter les informations et dans le cas présent il n’en a pas été question. En un mot, Bouréma Condé a pris sur lui les accusations de Cellou et de Makanéra pour démontrer que le respect de la hiérarchie dans l’administration guinéenne est strictement respecté pour blanchir Alpha Condé des accusations de l’opposition. Un bon fusible-protecteur, quand même.

Qu’à cela ne tienne, la question qui se pose est de savoir si le droit de manifestation et de cortège peut être interdit après les accords politiques ronflants du 12 octobre et si une disposition de ces accords ne dit rien d’explicite sur la question. En tout cas, cette disposition figure bel et bien dans la constitution. 

Entre la mauvaise foi de l’opposition et la pirouette et la girouette du pouvoir, les Guinéens ne savent plus à quel Saint se vouer. Peut-on éclairer un peu plus leurs lanternes ?

Moïse Sidibé

Cet article Quiproquo entre Dalein et Alpha Condé: le ministre de l’Administration lève l’équivoque est apparu en premier sur Guinéenews.