Archief

Categories

accord du 12 juillet 2016

Contre la gouvernance d’Alpha : Cellou annonce une manif à multiple objectifs

Un an après la manifestation du 16 août 2016, l’opposition guinéenne appelle à une autre marche pacifique plus grandiose. Après les trois meetings dans trois communes de Conakry au mois de juillet, une marche sera organisée le 2 août. Celle-ci aura pour objectifs, l’application intégrale de l’accord politique du 12 octobre 2016, la fin des contrats de gré à gré, mais aussi faire barrage à une éventuelle modification de la Constitution pour permettre à Alpha Condé d’avoir un troisième mandat.

A l’occasion de l’assemblée générale de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de ce samedi 8 juillet 2017, Cellou Dalein Diallo a justifié la tenue de la manifestation du 2 août par l’octroi des marchés de gré à gré qui favorisent la paupérisation de la population.

« Dans le secteur de l’électricité, tous les contrats qui ont été attribués, aucun n’a fait l’objet d’un appel d’offres. C’est toujours des amis qu’on appelle pour leur donner les marchés », a-t-il accusé avant de promettre de poursuivre la lutte contre cette pratique : « Nous allons continuer ce combat parce que demain c’est vous qui allez payer. L’Etat a l’obligation de rendre disponible l’énergie électrique. C’est important pour le développement. Personne ne peut le contester. Mais il ne faut pas en profiter pour enrichir les amis, parce que demain c’est la compétitivité de notre économie qui se trouvera être pénalisée. »

Le chef de file de l’opposition a ensuite fait savoir que le gouvernement achète l’électricité à des entreprises auxquelles il l’avait vendue : « Aujourd’hui, l’Etat achète l’électricité aux gens auxquels il a donné le marché à plus de 3000 GNF le kilowatt alors qu’ils le facturent aux consommateurs à 200 ou à 500 GNF. »

Ce qui inquiète Cellou Dalein, ce n’est pas le présent, mais l’avenir. Puisque, dit-il, si en Guinée l’électricité devient plus chère, les entreprises iront dans les pays de la sous-région où l’économie est compétitive. « Ici, ce qui préoccupe le gouvernement c’est comment enrichir le clan », souligne-t-il, avant d’assurer que son parti se battra pour que tout cela cesse : « Dénoncer toutes les tares, toutes les pratiques qui vont pénaliser notre développement, notre économie. On continuera cette mission pour que la gouvernance s’améliore. »

Puis, il demande à tous les Guinéens de sortir manifester contre ce qu’il appelle l’injustice et la volonté de modifier la Constitution : « Je voudrais lancer un appel à tous les militants de l’UFDG, de l’opposition et à tous les Guinéens épris de justice, de démocratie et de paix de se mobiliser pour dire halte au pouvoir qui n’a pas pitié des citoyens. Aujourd’hui, l’écrasante majorité de nos compatriotes ne mangent pas à leur faim, n’arrivent pas à se faire soigner, alors que le clan ne fait que s’enrichir. Sortons pour montrer au monde que nous n’acceptons pas cette injustice. Sortons pour exiger que la gouvernance soit améliorée, pour que notre pays connaisse la justice et la démocratie. Sortons exiger que note Constitution ne soit pas touchée. »

Pour convaincre le plus de Guinéens, il cite l’exemple du Mali où les citoyens s’opposent à la modification de la Constitution. Pourtant, là-bas, ce n’est le nombre des mandats présidentiels qui est en jeu, mais les pouvoirs accordés au président de la République. Cellou Dalein rappelle qu’Alpha Condé n’a pas intérêt à modifier la Constitution sur laquelle il a prêté serment deux fois : « On ne peut pas modifier la Constitution. Il faut que les Guinéens soient prêts. Vous avez vu comment nos frères au Mali se sont mobilisés. »

Le premier test sera donné le 16 juillet lors du meeting qui sera organisé en plein cœur de Kaloum.