Archief

Categories

Abdel Aziz

OMVS : comment sortir de l’entre statique et dynamique pour un vrai départ ?

Depuis le premier coup de frein de l’OERS occasionné par le putsch de Moussa Traoré contre Modibo Kéita, en 1969 ou 1970, qu’on n’en sait plus, Sékou Touré avait dit que le Mali est exclu de l’OERS.

En 1971, la purge qui a suivi l’agression du 22 novembre avait jeté un coup de froid sur les relations entre le Sénégal et la Guinée, un autre coup de frein. En 1972, Senghor était venu à Conakry et au Stade du 28 septembre, devant témoin oculaire, il avait dit : «nous sommes des voisins, si nous nous querellons, nous sommes appelés à nous réconcilier », et quand Moctar Ouldada a été renversé en Mauritanie…, les historiens, le vrais, en diront plus.

L’Organisation de Etats Riverains du Sénégal a changé de nom de baptême, c’est maintenant l’Organisation de la Mise en Valeur du Sénégal. On remarquera que la marche de ce machin est chaotique. En plus de 40 ans, il n’y a eu que 17 rencontres au sommet. Toutes les gouvernances des quatre pays n’ont eu que des intentions, pas d’actions probantes. La stabilité politique en est pour quelque chose. 

Il a fallu l’arrivée de Alpha Condé, un homme à stature plus internationale que nationale, n’en déplaise à d’autres, pour relancer l’organisation dans une relative stabilité politique  des les quatre pays. On dit bien « relative stabilité politique », sans laquelle, tout risque d’aller de nouveau à vau-l’eau. Evidemment beaucoup, comme Alexandra ou Cassandra ou Cassandre n’ont pas écouté Alpha, IBK, Macky et Abdel Aziz, qui connaissent l’histoire universelle et la mythologie, le savent parfaitement. Encore une fois de reconnaître les bienfaits de François Hollande, et on n’a pas fini de tout dire…

L’intention des jeunes avec la permission le lecteur érudit, Cassandra était une prophétesse qui avait le don de prédire le futur, mais la malédiction sur elle avait été de ne jamais être écoutée, même par ses propres et même quand elle prédit la vérité. Cassandra avait prédit que la mort était dans le « Cheval de bois » que les Troyens avaient pris pour un trophée de guerre….

Comment aurait-on imaginé la relance de l’OMVS possible, sans une relative stabilité politique dans les quatre Etats, qui ne sont que dans une métastabilité ? 

La dynamique voulue pour l’OMVS  ne doit pas éluder les problèmes internes et chacun des quatre chefs d’Etat présents à Conakry ne dira le contraire. S’ils ont dépassé les méfiances inter-Etats, il reste, cependant, les problèmes internes, les vraies entraves qui ont toujours empêché la marche effective des projets d’avenir sur le continent. L’OMVS pourrait être l’exemple d’intégration ou c’est une autre gageure ? Comment sortir de l’entre statique et dynamique et ne pas prendre le vœu pour la réalité ? 

La question reste posée !

Moïse Sidibé

 

 

 

 

Cet article OMVS : comment sortir de l’entre statique et dynamique pour un vrai départ ? est apparu en premier sur Guinéenews.