Archief

Categories

à 116 millions de francs guinéens

Affaire journal ‘’Le Nimba’’ : ultime renvoi pour la comparution de Bouba Sampil

Appelé successivement aux audiences des quatre dernières semaines, Bouba Sampil n’a jamais comparu dans l’affaire qui l’oppose aux travailleurs du journal ‘’Le Nimba’’ qui lui réclament plus d’un an d’arriérés de salaires. Le 02 juin dernier, le tribunal a donc renvoyé l’affaire pour une dernière fois au vendredi 09 juin. Si l’homme d’affaires ne répond pas à ce quatrième appel à comparaitre, le tribunal pourra juger le dossier, a-t-on appris de source judiciaire.

Les travailleurs de ‘’Le Nimba’’ ont fait déclencher le procès contre Bouba Sampil au début de l’année 2017. Cela, après 10 mois de travail sans salaires. Les requérants, au nombre de huit, ont été pourtant embauchés en tant que journalistes, maquettistes, agents commerciaux, logisticien, chauffeur et technicien de surface, dans le cadre d’un contrat de travail à durée indéterminée. «Jusqu’à preuve du contraire, nous admettons que ce contrat n’est pas encore rompu. Nous n’avons eu aucune discussion sur l’arrêt du contrat, ils ont unilatéralement arrêté de nous payer », explique Ahmed Cissé, maquettiste qui travaille pour le journal depuis ses débuts en 2011.

Les travailleurs expliquent que durant tout ce temps, ils se sont loyalement acquittés de leurs obligations contractuelles. Mais, contre toute attente, courant 2016, le bureau du journal  ‘’Le Nimba’’ a été fermé, les empêchant de s’y rendre. Auparavant, les responsables avaient fait cesser de paraître l’hebdomadaire. «Toutes les démarches amiables effectuées pour obtenir le paiement de nos salaires sont restées sans effets », indique Cissé.

 En tout, les travailleurs réclament des arriérés de salaires estimés à 116 millions de francs guinéens. Pour tout ce temps passé sans salaires, ils réclament 100 millions de francs guinéens de dommages et intérêts.

 Nous avons tenté de joindre Bouba Sampil, mais sans succès. Dans un précédent article de Guineenews sur ce sujet, l’homme d’affaires affirme qu’il ne connaît rien de la situation du journal et que c’est le journaliste Top Sylla qui gère l’hebdomadaire. Pourtant, les travailleurs indiquent avoir bénéficié du soutien de Sylla dans la réclamation de leurs salaires. « Moi je suis partie prenante, je suis aussi victime que les autres. Je n’étais pas l’administrateur général, je m’occupais juste du contenu »,            a réagi le directeur de publication du journal.

 Le Nimba, lancé en 2011 avec l’ambition d’être « la voix citoyenne » des Guinéens. Le journal a aussitôt impressionné par la qualité de son contenant, de son contenu, ainsi que de l’impression. Mais près de deux ans seulement après sa mise en place, Le Nimba a commencé à paraître en dents de scie. Pour les travailleurs, c’était le début de la descente aux enfers.

 

Cet article Affaire journal ‘’Le Nimba’’ : ultime renvoi pour la comparution de Bouba Sampil est apparu en premier sur Guinéenews.