Archief

Categories

84 000 km2

Offshore : le forage du puits Fatala 1 pourrait finalement démarrer en juin

La foreuse Pacific Scirroco, proposée à Hyperdinamics pour le forage de son deuxième puits dans l’offshore guinéen, a quitté lundi la Côte d’Ivoire pour la Guinée, a annoncé l’Office Nationale des Pétroles (ONAP) dans un communiqué rendu public en début cette semaine. Contacté par Guineenews, le Directeur de l’Office, Diakaria Koulbaly a précisé que la machine est attendue en Guinée le 26 mai prochain. Ce qui devrait permettre aux parties — L’Etat guinéen,  Hyperdinamics et SAPETRO — de démarrer enfin les travaux de forage du puits Fatala 1.

«Je ne peux pas vous avancer une date, mais les travaux commenceront, si tout se passe comme prévu, courant juin »,  a indiqué Diakaria Koulibaly.

Dans un premier temps, faut-il le rappeler, le début des travaux du puits Fatala 1 avait été annoncé pour le mois d’avril passé. Mais le changement de foreuse a dû, probablement, jouer en défaveur de cette date. Pacific Sciroco, équipée pour forer jusqu’à 12 000 pieds dans les eaux profondes, a été proposée à Hyperdinamics en remplacement de Pacific Bora qui a foré Sabou 1. Mais Scirroco, qui était en activité en Côte d’Ivoire, devrait achever des travaux dans ce pays voisin avant de rejoindre la Guinée. « Nous sommes très heureux de pouvoir engager le Scirocco de Pacific Drilling pour notre campagne de forage. Le fait de disposer d’une plateforme et d’un équipage qui a si bien réussi à atteindre un tel niveau de sécurité et d’efficacité devrait améliorer grandement notre programme », s’en était réjoui Ray Léonard, le CEO d’Hyperdynamics, en janvier dernier.

 La Guinée espère trouver du pétrole dans le puits Fatala 1. Celui-ci va être le deuxième puits de Hyperdinamics dans la zone  d’offshore de 84 000 km2 appartenant à la Guinée.

Les opérations d’exploration effectuées à partir du premier forage Sabou 1 et qui ont coûté 152 millions de dollars au consortium conduit par Hyperdinamics, n’ont malheureusement pas été concluantes. «L’essentiel à noter dans ces résultats, c’est la preuve faite que des hydrocarbures ont été générés dans bassin et que le pétrole existe effectivement dans l’offshore guinéen », avait vaguement expliqué en 2012, Mohamed Lamine Fofana, ministre des Mines d’alors  commentant les résultats de Sabou1.

 La foreuse Pacific Scirroco, proposée à Hyperdinamic pour le forage de son deuxième puits dans l’offshore guinéen, a quitté lundi la Côte d’Ivoire pour la Guinée, a annoncé l’Office Nationale des Pétroles (ONAP) dans un communiqué rendu public cette semaine. Contacté par Guineenews, le Directeur de l’Office, Diakaria Koulbaly a précisé que la machine est attendue en Guinée le 26 mai prochain. Ce qui devrait permettre aux parties — L’Etat guinéen,  Hyperdinamics et SAPETRO — de démarrer enfin les travaux de forage du puits Fatala 1.

« Je ne peux pas vous donner une date, mais les travaux commenceront courant juin »,  a indiqué Diakaria Koulibaly.

Dans un premier temps, faut-il le rappeler, le début des travaux du puits Fatala avait été annoncé pour courant du mois d’avril passé. Mais le changement de foreuse a dû, probablement, jouer en défaveur de cette date. Pacific Sciroco, équipée pour forer jusqu’à 12 000 pieds dans les eaux profondes, a été proposée à Hyperdinamics en remplacement de Pacific Bora qui a foré Sabou 1. Mais Scirroco, qui était en activité en Côte d’Ivoire, devrait achever des travaux dans ce pays voisin avant de rejoindre la Guinée. « Nous sommes très heureux de pouvoir engager le Scirocco de Pacific Drilling pour notre campagne de forage. Le fait de disposer d’une plateforme et d’un équipage qui a si bien réussi à atteindre un tel niveau de sécurité et d’efficacité devrait améliorer grandement notre programme », s’en était réjoui Ray Léonard, le CEO d’Hyperdynamics, en janvier dernier.

 La Guinée espère trouver du pétrole dans le puits Fatala 1. Celui-ci va être le deuxième puits de Hyperdinamics dans la zone  d’offshore de 84 000 km2 appartenant à la Guinée.

Les opérations d’exploration effectuées à partir du premier forage Sabou 1 et qui ont coûté 152 millions de dollars au consortium conduit par Hyperdinamics, n’ont malheureusement pas été concluantes. «L’essentiel à noter dans ces résultats, c’est la preuve faite que des hydrocarbures ont été générés dans bassin et que le pétrole existe effectivement dans l’offshore guinéen », avait vaguement expliqué en 2012, Mohamed Lamine Fofana, ministre des Mines d’alors  commentant les résultats de Sabou1.

 

Cet article Offshore : le forage du puits Fatala 1 pourrait finalement démarrer en juin est apparu en premier sur Guinéenews.