Archief

Categories

7ème session

7ème réunion du Comité de pilotage régional du PRAO à Conakry : le ministre André fait le bilan de PRAO-Guinée

 Au total dix pays d’Afrique de l’Ouest prennent part à la 7ème réunion du Comité de pilotage du Programme Régional des Pêches d’Afrique de l’Ouest (PRAO) dont les travaux ont démarré jeudi 25 mai à Conakry sous la présidence du ministre de la Pêche, de l’Aquaculture et de l’Economie Maritime.

Durant trois jours, les acteurs de la pêche venus du Cap-Vert, de la Gambie, du Sénégal, de la Guinée Bissau, de la Mauritanie, du Ghana, du Libéria, de la Sierra Leone, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée et les experts de la Banque Mondiale vont passer en revue les activités du PRAO et fixer de nouvelles directives.

A l’ouverture de la réunion, Amara C. Kaba, Directeur national de la Pêche s’est dit heureux de constater que depuis quelques années, le Programme régional des pêches pour l’Afrique de l’Ouest, dans sa mise en œuvre, s’emploie à rapporter des réponses pour relever le défi. « Il nous laisse, malgré tout un long chemin à parcourir et ce n’est qu’en agissant ensemble que l’objectif du projet sera atteint et d’augmenter les richesses générées par l’exploitation des ressources halieutiques dans les pays membres », a-t-il souligné.

Marième D. Talla, Secrétaire permanent de CSRP a relevé,  pour sa part, que la matérialisation de la coordination des actions des partenaires techniques et financiers, qui a souvent été signalée, n’est toujours pas effective.

«Les eaux maritimes de nos pays figurent parmi les plus poissonneuses au monde. Plus de 1,5 millions de tonnes de poissons, y sont pêchées chaque année. En dépit de cette richesse, les bénéfices socio-économiques tirés de l’exploitation des ressources halieutiques sont encore très faibles », a rappelé le ministre de la Pêche.

Pour inverser cette tendance, a ajouté André Loua, en mars 2007, la Banque Mondiale a soumis aux Etats membres de la CSRP et du Ghana une note conceptuelle afin d’examiner la mise en œuvre d’un projet sous-régional. En octobre 2007, le concept de projet a été approuvé et un plan de travail relatif à sa formulation adopté. Sur proposition de la Banque mondiale, l’intégration du Libérai au projet a été également approuvée.

Pour le ministre de la Pêche, le PRAO est une réelle opportunité pour l’ensemble des pays bénéficiaires de : renforcer leurs capacités à gérer et à développer leurs pêches respectives ; réduire considérablement les activités des pêches INN ; augmenter considérablement la contribution des ressources maritimes aux économies nationales.

A travers ses objectifs, dit-il, le PRAO entend contribuer à la résolution des principaux problèmes et contraintes qui entravent le développement du secteur de la pêche dans la sous-région.

André loua a signalé qu’en une année d’activités, le PRAO-Guinée a permis : la réalisation d’une campagne d’évaluation des ressources halieutiques de la ZEE guinéenne dont les résultats ont constitué les éléments de base du plan d’aménagement et de gestion des pêcheries 2017 ; le recensement du parc piroguier le long du littoral guinéen donnant ainsi des informations sur l’effort de pêche artisanale ; l’intensification des opérations de surveillance des zones de pêche, et la formation de 50 observateurs du CNSP et du CNSHB.

« Avec ces premiers résultats du PRAO-Guinée, je demeure convaincu que de vos discussions sortiront des activités qui permettront d’accroître d’avantage les bénéfices tirés de l’exploitation des ressources halieutiques », souhaite le ministre de la Pêche.

 

Cet article 7ème réunion du Comité de pilotage régional du PRAO à Conakry : le ministre André fait le bilan de PRAO-Guinée est apparu en premier sur Guinéenews.

7ème réunion du Comité de pilotage régional du PRAO à Conakry : le ministre André fait le bilan de PRAO-Guinée

 Au total dix pays d’Afrique de l’Ouest prennent part à la 7ème réunion du Comité de pilotage du Programme Régional des Pêches d’Afrique de l’Ouest (PRAO) dont les travaux ont démarré jeudi 25 mai à Conakry sous la présidence du ministre de la Pêche, de l’Aquaculture et de l’Economie Maritime.

Durant trois jours, les acteurs de la pêche venus du Cap-Vert, de la Gambie, du Sénégal, de la Guinée Bissau, de la Mauritanie, du Ghana, du Libéria, de la Sierra Leone, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée et les experts de la Banque Mondiale vont passer en revue les activités du PRAO et fixer de nouvelles directives.

A l’ouverture de la réunion, Amara C. Kaba, Directeur national de la Pêche s’est dit heureux de constater que depuis quelques années, le Programme régional des pêches pour l’Afrique de l’Ouest, dans sa mise en œuvre, s’emploie à rapporter des réponses pour relever le défi. « Il nous laisse, malgré tout un long chemin à parcourir et ce n’est qu’en agissant ensemble que l’objectif du projet sera atteint et d’augmenter les richesses générées par l’exploitation des ressources halieutiques dans les pays membres », a-t-il souligné.

Marième D. Talla, Secrétaire permanent de CSRP a relevé,  pour sa part, que la matérialisation de la coordination des actions des partenaires techniques et financiers, qui a souvent été signalée, n’est toujours pas effective.

«Les eaux maritimes de nos pays figurent parmi les plus poissonneuses au monde. Plus de 1,5 millions de tonnes de poissons, y sont pêchées chaque année. En dépit de cette richesse, les bénéfices socio-économiques tirés de l’exploitation des ressources halieutiques sont encore très faibles », a rappelé le ministre de la Pêche.

Pour inverser cette tendance, a ajouté André Loua, en mars 2007, la Banque Mondiale a soumis aux Etats membres de la CSRP et du Ghana une note conceptuelle afin d’examiner la mise en œuvre d’un projet sous-régional. En octobre 2007, le concept de projet a été approuvé et un plan de travail relatif à sa formulation adopté. Sur proposition de la Banque mondiale, l’intégration du Libérai au projet a été également approuvée.

Pour le ministre de la Pêche, le PRAO est une réelle opportunité pour l’ensemble des pays bénéficiaires de : renforcer leurs capacités à gérer et à développer leurs pêches respectives ; réduire considérablement les activités des pêches INN ; augmenter considérablement la contribution des ressources maritimes aux économies nationales.

A travers ses objectifs, dit-il, le PRAO entend contribuer à la résolution des principaux problèmes et contraintes qui entravent le développement du secteur de la pêche dans la sous-région.

André loua a signalé qu’en une année d’activités, le PRAO-Guinée a permis : la réalisation d’une campagne d’évaluation des ressources halieutiques de la ZEE guinéenne dont les résultats ont constitué les éléments de base du plan d’aménagement et de gestion des pêcheries 2017 ; le recensement du parc piroguier le long du littoral guinéen donnant ainsi des informations sur l’effort de pêche artisanale ; l’intensification des opérations de surveillance des zones de pêche, et la formation de 50 observateurs du CNSP et du CNSHB.

« Avec ces premiers résultats du PRAO-Guinée, je demeure convaincu que de vos discussions sortiront des activités qui permettront d’accroître d’avantage les bénéfices tirés de l’exploitation des ressources halieutiques », souhaite le ministre de la Pêche.

 

Cet article 7ème réunion du Comité de pilotage régional du PRAO à Conakry : le ministre André fait le bilan de PRAO-Guinée est apparu en premier sur Guinéenews.