Archief

Categories

7 mai

France : « La France en marche » déjà ébranlée par la « France populaire » ?

La course pour le prix du président de la République en France cette année promet des joutes inédites sur la dernière ligne droite. Le cheval « La France en marche » est un hongre sorti d’une écurie très mal en point dont il ne veut plus à présent porter la casaque mais qui lui reste collée au dos, était donné favori à 1/1 dès après sa dernière  fin de course époustouflante. A rappeler qu’il avait devancé de deux longueurs et d’un nez le cheval « La France populaire », qu’il retrouve ici pour le verdict final. 

En revenant au microcosme électoral français, après la décantation, Emmanuel Macron était donné hyper favori mais il est actuellement en perte vertigineuse de confiance. Explications :

 Primo, en dépit des demandes de reports des voix de certains candidats battus, mais pas tous, la remarque est à souligner, elle est importante. Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan ne savent à quel Saint se vouer, mais dans leurs indécisions apparentes, on sent qu’il ont un cœur qui bat pour la Marine comme beaucoup de leurs militants, d’ailleurs. Et ça, c’est un gros problème pour le macro-candidat qui risque de devenir micro. Macron doit résoudre ce problème Micro-mégas.

 Secundo, en dépit du soutien de Les Républicains et du PS pour barrer la route au FN, non seulement il y a aussi des partisans retors et rétifs manifestes qui ont exprimé ouvertement ne pas vouloir suivre la consigne, mais encore, il y a dans l’ombre des partisans déçus des deux camps, qui n’osent pas s’exprimer ouvertement qu’ils voteront pour Marine Le Pen.

Tertio, en dépit de tous ces hics, il y a encore que le soutien ouvert des personnalités au sommet de Les Républicains et du Parti Socialiste, mais qui ont perdu tant soit peu toute légitimité politique aux yeux des Français, est plus qu’un handicap qu’un avantage. Emmanuel Macron le sait, mais que peut-il faire de ces pavés dans la marre ?

Quarto, la personnalité de Macron est un peu trop agitée dans ses discours enflammés, qui rappellent un peu Manuels Valls. Un peu plus, il nous rappellerait un autre personnage plus agité de l’histoire… Emmanuel Macron devrait se soigner d’être névrotique comme lui. S’il arrive à se tenir par quatre et à se calmer, ce serait très important lors du face à face avec La Marine, ce conseil est gratuit, bien qu’il vaut le prix présidentiel. 

De l’autre côté, la mer est calme et le ciel est dégagé, à part les 5 millions d’euros piqués au parlement européen pour des emplois douteux pour entraver Marine Le Pen, on ne voit rien d’autre. Mais, selon un cadre du FN (Bruno Gollnisch ?), Marine aurait demandé de se justifier sur ce litige en 2013, mais que l’on ne lui avait pas répondu en temps utile. Marine aurait prédit que l’affaire ressortirait pendant les élections, eh bien elle est là. On ne s’étonnera pas d’entendre parler d’un énorme « complot international ». Comme entrave, il n’y a pas plus encombrant. Rembourser suffira-t-il ?

 Les sondages ne vont pas tarder a nous communiquer les rapports des forces dans cette course présidentielle, qui n’a pas encore désigné son favori. Qui est plus à mesure de se délester de ses tares que l’autre ?  

Rendez-vous le 7 mai, une date saugrenue, puisque  d’habitude, la finale se jouait dans la troisième semaine de mai comme la Champions league entre le Real ou l’Atletico de Madrid et la Juventus, qui ne devrait pas perdre cette année.

Moïse Sidibé

Cet article France : « La France en marche » déjà ébranlée par la « France populaire » ? est apparu en premier sur Guinéenews.

France : « La France en marche » déjà ébranlée par la « France populaire » ?

La course pour le prix du président de la République en France cette année promet des joutes inédites sur la dernière ligne droite. Le cheval « La France en marche » est un hongre sorti d’une écurie très mal en point dont il ne veut plus à présent porter la casaque mais qui lui reste collée au dos, était donné favori à 1/1 dès après sa dernière  fin de course époustouflante. A rappeler qu’il avait devancé de deux longueurs et d’un nez le cheval « La France populaire », qu’il retrouve ici pour le verdict final. 

En revenant au microcosme électoral français, après la décantation, Emmanuel Macron était donné hyper favori mais il est actuellement en perte vertigineuse de confiance. Explications :

 Primo, en dépit des demandes de reports des voix de certains candidats battus, mais pas tous, la remarque est à souligner, elle est importante. Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan ne savent à quel Saint se vouer, mais dans leurs indécisions apparentes, on sent qu’il ont un cœur qui bat pour la Marine comme beaucoup de leurs militants, d’ailleurs. Et ça, c’est un gros problème pour le macro-candidat qui risque de devenir micro. Macron doit résoudre ce problème Micro-mégas.

 Secundo, en dépit du soutien de Les Républicains et du PS pour barrer la route au FN, non seulement il y a aussi des partisans retors et rétifs manifestes qui ont exprimé ouvertement ne pas vouloir suivre la consigne, mais encore, il y a dans l’ombre des partisans déçus des deux camps, qui n’osent pas s’exprimer ouvertement qu’ils voteront pour Marine Le Pen.

Tertio, en dépit de tous ces hics, il y a encore que le soutien ouvert des personnalités au sommet de Les Républicains et du Parti Socialiste, mais qui ont perdu tant soit peu toute légitimité politique aux yeux des Français, est plus qu’un handicap qu’un avantage. Emmanuel Macron le sait, mais que peut-il faire de ces pavés dans la marre ?

Quarto, la personnalité de Macron est un peu trop agitée dans ses discours enflammés, qui rappellent un peu Manuels Valls. Un peu plus, il nous rappellerait un autre personnage plus agité de l’histoire… Emmanuel Macron devrait se soigner d’être névrotique comme lui. S’il arrive à se tenir par quatre et à se calmer, ce serait très important lors du face à face avec La Marine, ce conseil est gratuit, bien qu’il vaut le prix présidentiel. 

De l’autre côté, la mer est calme et le ciel est dégagé, à part les 5 millions d’euros piqués au parlement européen pour des emplois douteux pour entraver Marine Le Pen, on ne voit rien d’autre. Mais, selon un cadre du FN (Bruno Gollnisch ?), Marine aurait demandé de se justifier sur ce litige en 2013, mais que l’on ne lui avait pas répondu en temps utile. Marine aurait prédit que l’affaire ressortirait pendant les élections, eh bien elle est là. On ne s’étonnera pas d’entendre parler d’un énorme « complot international ». Comme entrave, il n’y a pas plus encombrant. Rembourser suffira-t-il ?

 Les sondages ne vont pas tarder a nous communiquer les rapports des forces dans cette course présidentielle, qui n’a pas encore désigné son favori. Qui est plus à mesure de se délester de ses tares que l’autre ?  

Rendez-vous le 7 mai, une date saugrenue, puisque  d’habitude, la finale se jouait dans la troisième semaine de mai comme la Champions league entre le Real ou l’Atletico de Madrid et la Juventus, qui ne devrait pas perdre cette année.

Moïse Sidibé

Cet article France : « La France en marche » déjà ébranlée par la « France populaire » ? est apparu en premier sur Guinéenews.

France : « La France en marche » déjà ébranlée par la « France populaire » ?

La course pour le prix du président de la République en France cette année promet des joutes inédites sur la dernière ligne droite. Le cheval « La France en marche » est un hongre sorti d’une écurie très mal en point dont il ne veut plus à présent porter la casaque mais qui lui reste collée au dos, était donné favori à 1/1 dès après sa dernière  fin de course époustouflante. A rappeler qu’il avait devancé de deux longueurs et d’un nez le cheval « La France populaire », qu’il retrouve ici pour le verdict final. 

En revenant au microcosme électoral français, après la décantation, Emmanuel Macron était donné hyper favori mais il est actuellement en perte vertigineuse de confiance. Explications :

 Primo, en dépit des demandes de reports des voix de certains candidats battus, mais pas tous, la remarque est à souligner, elle est importante. Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan ne savent à quel Saint se vouer, mais dans leurs indécisions apparentes, on sent qu’il ont un cœur qui bat pour la Marine comme beaucoup de leurs militants, d’ailleurs. Et ça, c’est un gros problème pour le macro-candidat qui risque de devenir micro. Macron doit résoudre ce problème Micro-mégas.

 Secundo, en dépit du soutien de Les Républicains et du PS pour barrer la route au FN, non seulement il y a aussi des partisans retors et rétifs manifestes qui ont exprimé ouvertement ne pas vouloir suivre la consigne, mais encore, il y a dans l’ombre des partisans déçus des deux camps, qui n’osent pas s’exprimer ouvertement qu’ils voteront pour Marine Le Pen.

Tertio, en dépit de tous ces hics, il y a encore que le soutien ouvert des personnalités au sommet de Les Républicains et du Parti Socialiste, mais qui ont perdu tant soit peu toute légitimité politique aux yeux des Français, est plus qu’un handicap qu’un avantage. Emmanuel Macron le sait, mais que peut-il faire de ces pavés dans la marre ?

Quarto, la personnalité de Macron est un peu trop agitée dans ses discours enflammés, qui rappellent un peu Manuels Valls. Un peu plus, il nous rappellerait un autre personnage plus agité de l’histoire… Emmanuel Macron devrait se soigner d’être névrotique comme lui. S’il arrive à se tenir par quatre et à se calmer, ce serait très important lors du face à face avec La Marine, ce conseil est gratuit, bien qu’il vaut le prix présidentiel. 

De l’autre côté, la mer est calme et le ciel est dégagé, à part les 5 millions d’euros piqués au parlement européen pour des emplois douteux pour entraver Marine Le Pen, on ne voit rien d’autre. Mais, selon un cadre du FN (Bruno Gollnisch ?), Marine aurait demandé de se justifier sur ce litige en 2013, mais que l’on ne lui avait pas répondu en temps utile. Marine aurait prédit que l’affaire ressortirait pendant les élections, eh bien elle est là. On ne s’étonnera pas d’entendre parler d’un énorme « complot international ». Comme entrave, il n’y a pas plus encombrant. Rembourser suffira-t-il ?

 Les sondages ne vont pas tarder a nous communiquer les rapports des forces dans cette course présidentielle, qui n’a pas encore désigné son favori. Qui est plus à mesure de se délester de ses tares que l’autre ?  

Rendez-vous le 7 mai, une date saugrenue, puisque  d’habitude, la finale se jouait dans la troisième semaine de mai comme la Champions league entre le Real ou l’Atletico de Madrid et la Juventus, qui ne devrait pas perdre cette année.

Moïse Sidibé

Cet article France : « La France en marche » déjà ébranlée par la « France populaire » ? est apparu en premier sur Guinéenews.

France : « La France en marche » déjà ébranlée par la « France populaire » ?

La course pour le prix du président de la République en France cette année promet des joutes inédites sur la dernière ligne droite. Le cheval « La France en marche » est un hongre sorti d’une écurie très mal en point dont il ne veut plus à présent porter la casaque mais qui lui reste collée au dos, était donné favori à 1/1 dès après sa dernière  fin de course époustouflante. A rappeler qu’il avait devancé de deux longueurs et d’un nez le cheval « La France populaire », qu’il retrouve ici pour le verdict final. 

En revenant au microcosme électoral français, après la décantation, Emmanuel Macron était donné hyper favori mais il est actuellement en perte vertigineuse de confiance. Explications :

 Primo, en dépit des demandes de reports des voix de certains candidats battus, mais pas tous, la remarque est à souligner, elle est importante. Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan ne savent à quel Saint se vouer, mais dans leurs indécisions apparentes, on sent qu’il ont un cœur qui bat pour la Marine comme beaucoup de leurs militants, d’ailleurs. Et ça, c’est un gros problème pour le macro-candidat qui risque de devenir micro. Macron doit résoudre ce problème Micro-mégas.

 Secundo, en dépit du soutien de Les Républicains et du PS pour barrer la route au FN, non seulement il y a aussi des partisans retors et rétifs manifestes qui ont exprimé ouvertement ne pas vouloir suivre la consigne, mais encore, il y a dans l’ombre des partisans déçus des deux camps, qui n’osent pas s’exprimer ouvertement qu’ils voteront pour Marine Le Pen.

Tertio, en dépit de tous ces hics, il y a encore que le soutien ouvert des personnalités au sommet de Les Républicains et du Parti Socialiste, mais qui ont perdu tant soit peu toute légitimité politique aux yeux des Français, est plus qu’un handicap qu’un avantage. Emmanuel Macron le sait, mais que peut-il faire de ces pavés dans la marre ?

Quarto, la personnalité de Macron est un peu trop agitée dans ses discours enflammés, qui rappellent un peu Manuels Valls. Un peu plus, il nous rappellerait un autre personnage plus agité de l’histoire… Emmanuel Macron devrait se soigner d’être névrotique comme lui. S’il arrive à se tenir par quatre et à se calmer, ce serait très important lors du face à face avec La Marine, ce conseil est gratuit, bien qu’il vaut le prix présidentiel. 

De l’autre côté, la mer est calme et le ciel est dégagé, à part les 5 millions d’euros piqués au parlement européen pour des emplois douteux pour entraver Marine Le Pen, on ne voit rien d’autre. Mais, selon un cadre du FN (Bruno Gollnisch ?), Marine aurait demandé de se justifier sur ce litige en 2013, mais que l’on ne lui avait pas répondu en temps utile. Marine aurait prédit que l’affaire ressortirait pendant les élections, eh bien elle est là. On ne s’étonnera pas d’entendre parler d’un énorme « complot international ». Comme entrave, il n’y a pas plus encombrant. Rembourser suffira-t-il ?

 Les sondages ne vont pas tarder a nous communiquer les rapports des forces dans cette course présidentielle, qui n’a pas encore désigné son favori. Qui est plus à mesure de se délester de ses tares que l’autre ?  

Rendez-vous le 7 mai, une date saugrenue, puisque  d’habitude, la finale se jouait dans la troisième semaine de mai comme la Champions league entre le Real ou l’Atletico de Madrid et la Juventus, qui ne devrait pas perdre cette année.

Moïse Sidibé

Cet article France : « La France en marche » déjà ébranlée par la « France populaire » ? est apparu en premier sur Guinéenews.