Archief

Categories

4 février

Communales : L’UFDG peine à constituer ses dossiers. Vers un possible report du délai butoir ? (Député)

« Le peuple de Guinée est connu comme un peuple qui est sans papiers, sans identité sans repère écrite ; donc conséquence, il a été très difficile de mobiliser les documents nécessaires demandés…»

La mobilisation des documents administratifs par les candidats aux élections communales pose problème. Jusqu’hier lundi, la CENI n’avait reçu que seulement 9 listes de candidatures. Pour sa part, l’Union des Forces Démocratique de Guinée (UFDG) est en avance dans plusieurs circonscriptions du pays, mais s’active encore dans les démarches pour la mobilisation des documents à fournir.

Ce qui signifie qu’à seulement quelques heures de la date butoir du dépôt des listes de candidature au compte des élections communales à la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le principal parti d’opposition n’est pas encore prêt. Dans cet entretien accordé à Guinéenews, Ousmane Gaoual Diallo évoque certaines difficultés rencontrées par son parti et prédit  que la date du 4 février ne sera pas respectée.

« On n’est pas prêt sur l’ensemble du territoire national, mais dans un grand nombre de circonscriptions, on est en avance. Dans les régions de N’Zérékoré, de Kankan, nous sommes déjà très avancé dans la mobilisation des documents, la Moyenne Guinée, on est presque à 70 pour cent, en Basse Côte, le problème est encore difficile et on y est à peu près à 40 pour cent », déclare Ousmane Gaoual Diallo.

La plupart des candidats de l’UFDG n’ont pas des documents administratifs. Il a fallu l’implication du parti pour les obtenir. Une situation qui a conduit à une augmentation des dépenses.

« Le peuple de Guinée est connu comme un peuple qui est sans papier, sans identité sans repère écrite donc conséquence, il a été très difficile de mobiliser les documents nécessaires exigés. Par exemple à Gaoual, on a 172 candidats parmi eux, il n’y avait que 17 personnes qui avaient des cartes d’identité à jour, 40 qui ont pu retrouver leurs cartes d’électeur. Pour tout le reste, il a fallu fabriquer et cela a engendré un sur coût de plus de 40 millions de francs guinéens », se plaint le député uninominal de Gaoual.

Les élections communales sont prévues pour le 4 février prochain. Mais, à en croire Ousmane Gaoual Diallo, le respect de cette échéance est impossible. Selon lui, la CENI ne pourra pas être à jour d’ici cette date.

«Jusqu’à lundi soir, il n’y avait que 9 listes de candidatures enregistrées dans les bases de données de la CENI, alors que nous sommes  en attente de plus de 344 circonscriptions. Cela veut dire que la CENI, elle-même, si elle reçoit tous les documents ce mercredi 20 décembre, mettra du temps à les saisir, à les analyser. Rien que cela, il faut s’attendre à un possible report du délai. Donc inéluctablement, le calendrier est faux et la date du 4 février est plus que jamais compromise », a-t-il déclaré.

A l’instar de l’UFDG, plusieurs autres partis politiques peinent à se mettre à jour par rapport au dépôt des candidatures. Ce qui fait que des doutes planent à nouveau sur la tenue des élections communales à la date indiquée.