Archief

Categories

3ème région à plus fort taux de prévalence dans le pays

Lutte contre le VIH/Sida à N’Zérékoré : lancement d’un projet en faveur des jeunes et des femmes

Comment contribuer à la diminution du taux de prévalence du VIH dans la région de N’Zérékoré ? C’est l’objectif d’un projet qui a été lancé mercredi 5 juillet dans ladite région, a constaté Guinéenews à travers sa rédaction régionale.

 C’est la salle de conférence du Centre d’Ecoute, de Conseils et d’Orientation des jeunes de N’Zérékoré qui a servi de cadre à la cérémonie de lancement en présence des autorités. Initié par la direction régionale de la santé en collaboration avec certaines associations de lutte contre le VIH notamment le CECOJE, l’ADEPHFE et l’antenne du REGAP+, ce projet vise à réduire le taux de prévalence de la maladie par le biais de la sensibilisation et de l’information de la population et de l’amélioration de la prise en charge des personnes atteintes du VIH.

 « A cause de sa position géographique, la région de N’Zérékoré a servi de zone d’accueil des réfugiés pendant les hostilités survenues dans les pays envoisinant. La cohabitation entre les populations autochtones et les réfugiés en provenance des pays voisins en conflit, a favorisé l’explosion de la séroprévalence du VIH au niveau de la région.  En effet, les résultats de l’EDSIII/2005 placent cette région au 3ème rang national avec un taux de séroprévalence en VIH de 1,7% contre 2,5% du taux national. La proportion 1,9% représente la séroprévalence chez les femmes, y comprises les femmes enceintes et allaitantes, contre seulement 0,9% chez les hommes de tous âges confondus. Cela soutient l’hypothèse de la féminisation du VIH en Guinée », a indiqué Cheick Traoré, responsable du Centre d’écoute, de conseils et d’orientation des jeunes de N’Zérékoré.

Poursuivant, il est revenu sur les efforts fournis par le gouvernement guinéen et ses partenaires pour freiner l’évolution de la pandémie dans le pays. Il citera notamment la prévention et la prise en charge des cas à travers la création des sites PTME/CDV dans l’ensemble du pays y comprise la région forestière. Mais à l’en croire, malgré ces efforts, beaucoup reste encore à faire.

 «Malgré tous les efforts consentis, la perte de vue des patients, la réticence des populations face au dépistage et la faible utilisation du préservatif sont entre autres des principales difficultés qui pourraient affecter l’atteinte de l’Objectif 6 des fameux ODD adoptés en Septembre 2015. En effet, plus de 9000 personnes vivent avec le VIH dans la région forestière et parmi elles, seulement 1705 personnes composées de femmes et d’enfants de 0-14 ans sont suivis par le programme/PTME/PEC-VIH », déplore-t-il.

De leurs côtés, les autorités ont salué cette initiative tout en demandant à l’UNICEF, partenaire financer de ce projet à multiplier les efforts et surtout la sensibilisation au niveau des jeunes et des femmes pour pouvoir réduire le taux de prévalence dans la région.

Il faut rappeler que ce projet touchera 415 896 jeunes et femmes/filles en âge de procréer vivant dans la région, les 200 femmes et 100 enfants VIH+ perdus de vue du programme de prise en charge, 60 000 femmes et jeunes, les 300 personnes vivant avec le VIH perdues de vue et vivant dans la région de la Guinée Forestière.

Facely Konaté