Archief

Categories

3eme mandat

Sortie ratée du ministre K² et 3ème mandat: la rage de Lansana Kouyaté

Un éventuel troisième mandat pour Alpha Condé et la sortie ratée du ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Ibrahima Kalil Konaté devant les députés, ont été des sujets débattus par le président du PEDN, Lansana Kouyaté au téléphone de Guinéenews depuis Paris.

Selon l’ancien Premier ministre Lansana Kouyaté, quand les ministres sont nommés n’importe comment pour servir une cause qui est n’importe quoi, c’est ce qui arrive. «Ce n’est même pas un cas particulier. Faites l’évaluation des ministres, ceux qui tiennent leur fonction dans la dignité, ne sont pas légion. C’est un système qui est mauvais, ça va de la sélection jusqu’au critère de sélection. Quand on prend des gens en fonction des critères d’hostilité et d’ardeur pour un chef, au lieu de se baser sur les compétences, voilà à quoi on arrive», a-t-il vivement déploré.

S’exprimant sur la question relative à un éventuel troisième mandat pour Alpha Condé, Lansana Kouyaté a déclaré qu’il n’a aucun sentiment que son allié lors de l’élection de 2010 respectera la Constitution.

«Je n’ai aucun sentiment qu’Alpha Condé respectera la Constitution. Aucun ! Restons dans notre naïveté, on verra ce qui va arriver. J’ai toujours dit ce qui arrivera parce que j’étudie la situation et je réfléchis. Ce dont on parle aujourd’hui, j’en ai dit depuis longtemps. Mais, c’est un tort d’avoir trop tôt raison. Quand la raison arrive, tout le monde verra. Soyez sûrs que les Guinéens s’étonneront d’être étonnés vers la fin».    

Eventuel 3ème mandat pour Alpha Condé: les mises en garde de Dalein

«Alpha Condé a pu s’octroyer, dans des conditions que vous connaissez, les deux mandats en volant les suffrages du peuple. Qu’il se contente de cela. S’il tente de tripatouiller la Constitution pour s’octroyer un troisième mandat, ce sera suicidaire pour lui… »

Une semaine après le meeting de Kaloum, l’opposition guinéenne était ce samedi 22 juillet au stade de Sangoyah, dans la commune de Matoto où la mobilisation a été plus forte et où les militants comptent faire mieux le dimanche 23 juillet au stade de Nongo qui doit recevoir un autre meeting avant la marche du 2 août.

Au cours de son intervention, Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition, s’est réjoui de la mobilisation de ses militants. «Je me réjouis de constater que l’élan qu’on a trouvé à Kaloum le dimanche passé se retrouve aussi aujourd’hui à Matoto », a-t-il indiqué.

Puis il rappelle que ces différentes rencontres sont organisées dans le cadre de la préparation de la marche du 2 août prochain : « je rappelle que nous sommes-là pour préparer la grandiose marche du 2 août pour protester contre le retard dans la mise en œuvre de l’Accord politique du 12 octobre 2016, mais également pour protester contre l’insécurité et la cherté de la vie. Ces deux fléaux ne sont que le résultat de la mauvaise gouvernance de M. Alpha Condé et de son équipe. »

S’il a accepté de reconnaitre sa ‘’défaite’’ en 2010, Cellou Dalein reste toujours convaincu que les deux mandats d’Alpha Condé ont été « volés ». Mais, il affirme qu’il n’acceptera jamais procède à une quelconque modification de la Constitution afin de s’octroyer un troisième mandat. « Il a pu s’octroyer, dans des conditions que vous connaissez, les deux mandats en volant les suffrages du peuple. Qu’il se contente de cela. S’il tente de tripatouiller la Constitution pour s’octroyer un troisième mandat, ce sera suicidaire pour lui. Il faudra bien qu’il le comprenne.  Mais nous devons le lui montrer. »

Se prononçant sur les motifs de la manifestation du 2 août, le chef de file de l’opposition affirme que celle-ci a trois objectifs : « le 2 août, la manifestation aura une triple portée. La première, c’est bien entendu, protester contre la non-application des dispositions de l’accord. La deuxième, c’est contre la cherté de la vie, l’insécurité, l’insalubrité et la troisième, c’est la mise en garde contre le tripatouillage de la Constitution. C’est pourquoi il faudra qu’il y ait une grandiose mobilisation, pas seulement de l’opposition républicaine, mais de tous les citoyens guinéens épris de paix, de démocratie et de justice. Il faut que ce soit un avertissement fort ce jour là pour Alpha Condé par rapport à la modification de notre constitution. »

Abordant le même sujet, Alhoussein Makanéra Kaké, ancien ministre de la Communication d’Alpha Condé, s’inspire d’une citation de l’écrivain martiniquais Frantz Fanon : « Je voudrais dire à M. Alpha Condé  ce passage de Frantz Fanon qui dit que ‘’chaque génération, recherche d’une marrée relative dans l’opacité, sa mission, l’accomplir ou la trahir’’. Je vais dire que la mission de notre génération ce n’est même pas dans l’opacité, mais dans l’instauration de la démocratie et le respect de la Constitution. C’est à lui (Alpha Condé, ndlr) de savoir maintenant s’il doit accomplir ou trahir toute sa génération et sa mission. Mais je lui dis, s’il trahit sa génération ou la mission, c’est suicidaire pour lui. Il n’a qu’à le savoir. »

Les leaders de l’opposition donnent rendez-vous à leurs militants le dimanche matin au petit stade de Nongo, dans la commune de Ratoma.

 

Addis-Abeba : La question du troisième mandat de Alpha Condé s’invite dans les débats de l’UA

En général, RFI livre très peu les détails des esclandres des coulisses des sommets de l’UA. Cette fois-ci, c’était trop gros pour faire se taire au mesuré Christophe Boisbouvier.

Les circonstances de politiques intérieures ont occasionné assez d’absents de taille. Certains avaient envoyé leurs ministres pour faire penser à certains observateurs à un boycott de la taxe de 0,2% sur les importations hors zone Afrique, ce qui était déjà un camouflet pour Alpha Condé et Paul Kagame. Même quand Alassane Ouattara s’est montré engagé et enthousiaste au paiement de cette taxe. Il a aussitôt annoncé que cette taxe entrera en vigueur dès l’année prochaine en Côte d’Ivoire. D’autres chefs d’Etat lui ont emboité le pas de façon informelle, par des promesses fermes ou dans l’air, attendons de voir en janvier prochain.

Le clou du huis clos : Ce huis clos a fait ressortir les divergences sous les cendres entre la Guinée et le Sénégal. Avec le recul, on est à mesure de dire, même avec retenue, que l’ordre du jour de ce 29 sommet n’était pas du goût de Macky Sall parce que le président en exercice de l’UA, Alpha Condé, avait annoncé que le NEPAD doit passer des mains du Sénégal pour aller dans les programmes et prérogatives de l’UA.

Qui a eu l’idée que parce que Macky Sall voulait exercer un troisième mandat à la tête du NEPAD qu’il n’est pas venu discuter de cela à ce sommet ? Quoi qu’il en soit, il a mis le doigt juste sur la plaie, s’il n’a pas semé la zizanie, puisque son ministre des AE a répliqué pendant le huis clos du sommet que la question du troisième mandat n’est pas un sujet pour Macky Sall, au Sénégal. Et le président en exercice d’attraper la mouche pour dire qu’il n’a de leçon à recevoir de quiconque.

Voilà que la question du troisième mandat de Alpha Condé traverse les frontières de la Guinée.