Archief

Categories

29% en 2016. Au lieu de 10 dons pour 1000 habitants

Difficultés dans la collecte du sang en Guinée: le Directeur du CNTS tire la sonnette d’alarme

Le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est confronté à d’énormes difficultés à trouver une banque nécessaire de sang pour répondre à la demande de la  population guinéenne. Ce jeudi,  les problèmes qui assaillent cette  structure ont été à nouveau rappelés par les responsables dudit centre. C’était en prélude de la journée mondiale de la transfusion sanguine qui est célébrée en différé ce vendredi 14 juillet en Guinée.

La Guinée fait partie des pays confrontés aux problèmes liés à la  transfusion sanguine. Au CNTS, collecter du sang relève d’un véritable parcours du combattant. Une situation qui s’explique par plusieurs raisons, selon Dr Nyankoye Yves Haba, le directeur du CNTS.

«Il y a des raisons qui sont liées aux donneurs mêmes du fait de la peur ou de la réticence des personnes à donner leur sang soit par crainte de découvrir une maladie qui était jusque-là cachée, le manque de professionnalisme des agents de santé pour mettre en confiance les donneurs afin qu’ils se sentent à l’aise.  En plus, il y a un déficit de donneurs de sang mais aussi un problème d’ordre structurel au service de transfusion sanguine, une vétusté des installations pour conserver le sang surtout au niveau des structures de l’intérieur du pays lié à un problème d’énergie, entre autres », a fait savoir le docteur Haba qui affirme que par rapport à 2016, un pas important a été franchi. Mais malgré ces efforts, dit-il, le déficit reste à combler.

« Le besoin annuel du pays se chiffre à 105 mille unités. Mais en 2016, nous étions à 57 mille soit 54, 29 pour cent. Au lieu de 10 dons pour 1000 habitants, nous sommes à seulement 5 dons pour 1000 habitants. Des chiffres qui montrent la gravité de la situation», s’alarme le directeur du CNTS.

Pour inverser la tendance, Dr Nyankoye Yves Haba estime que seul le recours au don volontaire et non rémunéré qui peut  être la solution pour pouvoir rendre disponible le sang sécurisé en quantité et à tout moment. Concernant l’intérieur du pays, la distribution des banques solaires est plus que nécessaire. Déjà 16 préfectures ont été dotées de ces kits et 10 autres sont en attente.

Selon des statistiques, deux pour cent des guinéens meurent chaque année par manque de sang. C’est pourquoi Dr Haba appelle à l’implication de tous pour que cela change.