Archief

Categories

222 millions d’euros

Neymar au PSG : une aventure à double tranchant

De l’avis général, Neymar a tout pour réussir dans n’importe quel grand club du monde. Cependant, il y a des paramètres irrationnels à prendre en considération. Des exemples de grands joueurs et stars dans un club qui font naufrage dans un autre sont nombreux.

Parmi eux, citons le cas de Thierry Henry. Alors qu’il était en pleine verve avec Arsenal, il est allé faire presque fiasco à Barcelone. On avait supputé que parmi l’élite, Henry allait exprimer dans le Barça tout le reste de son talent caché, hélas ! Il a été de moins en moins vu.

Ibrahimoviç n’avait pas pu véritablement s’exprimer avec le PSG mais avec Manchester United, malgré l’âge, il fait mieux. Que dire de Luis Figo quand il était à Barcelone et quand il est venu au Real Madrid ? Di Maria aussi a mieux fait à Madrid qu’à Manchester, transféré au PSG, il reprend des couleurs.

Ceux qui passent à la trappe des transferts sont plus nombreux que ceux qui réussissent d’emblée la transhumance, même le roi Pelé n’a pas échappé à la règle. Alors qu’il lui restait encore un beau reste après ses adieux à la Seleçao en 1972 et qu’il continuait à faire les beaux jours de Santos, il avait été vendu 5 millions de dollars pour deux saisons au Cosmos de New York, il avait commencé la descente aux enfers, on dira de même de Franz Beckenbauer.

Pour le cas de Neymar, il y a un autre facteur. Habitué à jouer parmi  l’élite les plus grands avec facilité, il devra composer avec d’autres de moindre calibre, à supposer qu’il soit utilisé dans le même schéma et registre  qu’à Barcelone, mais si Neymar revendique un autre statut et poste, beaucoup de temps d’adaptation lui seront indispensables or, le contrat ne durerait que trois saisons, si on a bien suivi.

Les « Galactiques » du Real Madrid formaient une constellation de stars, à part la coupe de 2002 avec Zidane, ils n’ont gagné pas grand-chose jusqu’il y a deux ans avec le même Zidane, qui n’était pourtant pas trop confirmé comme Mourinho et autres coaches mythiques.

En Afrique, les nombreuses vedettes qui ont composé les Eléphants de Côte d’Ivoire mais qui n’ont rien concrétisé sur le plan continental n’échappent pas à la chose.

On ne souhaite pas que la même poisse suive Neymar qui, soit dit en passant, est celui qui a insufflé la dynamique de la fameuse « Remontada » que le PSG n’oubliera pas de sitôt. Et si le PSG rencontrait prochainement Barcelone, ça va être la même chose ou autre chose ?

En attendant applaudissons le contrat du siècle 222 millions d’euros. Sans égal et sans précèdent, on attend de voir quel club consentirait de casser la tirelire d’un milliard d’euros pour Cristiano Ronaldo.

Neymar au PSG : une aventure à double tranchant

De l’avis général, Neymar a tout pour réussir dans n’importe quel grand club du monde. Cependant, il y a des paramètres irrationnels à prendre en considération. Des exemples de grands joueurs et stars dans un club qui font naufrage dans un autre sont nombreux.

Parmi eux, citons le cas de Thierry Henry. Alors qu’il était en pleine verve avec Arsenal, il est allé faire presque fiasco à Barcelone. On avait supputé que parmi l’élite, Henry allait exprimer dans le Barça tout le reste de son talent caché, hélas ! Il a été de moins en moins vu.

Ibrahimoviç n’avait pas pu véritablement s’exprimer avec le PSG mais avec Manchester United, malgré l’âge, il fait mieux. Que dire de Luis Figo quand il était à Barcelone et quand il est venu au Real Madrid ? Di Maria aussi a mieux fait à Madrid qu’à Manchester, transféré au PSG, il reprend des couleurs.

Ceux qui passent à la trappe des transferts sont plus nombreux que ceux qui réussissent d’emblée la transhumance, même le roi Pelé n’a pas échappé à la règle. Alors qu’il lui restait encore un beau reste après ses adieux à la Seleçao en 1972 et qu’il continuait à faire les beaux jours de Santos, il avait été vendu 5 millions de dollars pour deux saisons au Cosmos de New York, il avait commencé la descente aux enfers, on dira de même de Franz Beckenbauer.

Pour le cas de Neymar, il y a un autre facteur. Habitué à jouer parmi  l’élite les plus grands avec facilité, il devra composer avec d’autres de moindre calibre, à supposer qu’il soit utilisé dans le même schéma et registre  qu’à Barcelone, mais si Neymar revendique un autre statut et poste, beaucoup de temps d’adaptation lui seront indispensables or, le contrat ne durerait que trois saisons, si on a bien suivi.

Les « Galactiques » du Real Madrid formaient une constellation de stars, à part la coupe de 2002 avec Zidane, ils n’ont gagné pas grand-chose jusqu’il y a deux ans avec le même Zidane, qui n’était pourtant pas trop confirmé comme Mourinho et autres coaches mythiques.

En Afrique, les nombreuses vedettes qui ont composé les Eléphants de Côte d’Ivoire mais qui n’ont rien concrétisé sur le plan continental n’échappent pas à la chose.

On ne souhaite pas que la même poisse suive Neymar qui, soit dit en passant, est celui qui a insufflé la dynamique de la fameuse « Remontada » que le PSG n’oubliera pas de sitôt. Et si le PSG rencontrait prochainement Barcelone, ça va être la même chose ou autre chose ?

En attendant applaudissons le contrat du siècle 222 millions d’euros. Sans égal et sans précèdent, on attend de voir quel club consentirait de casser la tirelire d’un milliard d’euros pour Cristiano Ronaldo.