Archief

Categories

2020

Palais peuple : Kassory Fofana flatte Alpha Condé et dézingue l’opposition

Devant les militants et députés du RPG-Arc-en-ciel ainsi que quelques membres du gouvernement, le ministre d’Etat à la Présidence chargé des questions d’Investissement et de Partenariat Public Privé, Ibrahima Kassory Fofana est largement revenu ce samedi 22 juillet sur les acquis du chef de l’Etat, Alpha Condé. C’était à la faveur d’une cérémonie artistique dite de ‘’reconnaissance à Alpha Condé’’, organisée au Palais du peuple de Conakry.

Sur le plan de l’électricité, le ministre Ibrahima Kassory Fofana qui s’exprimait en Soussou a affirmé que le Guinéen peut louer le Seigneur. « Aujourd’hui, on ne peut pas nier le délestage parce que les travaux sont en cours, mais de toutes façons, les Guinéens peuvent louer le Seigneur… Vous avez vu récemment les dirigeants de l’OMVS (organisation de la mise en valeur du fleuve Sénégal) en Guinée. Ils sont venus parce que c’est la Guinée qui va leur donner désormais le courant dans les trois ans à suivre. Il y a certaines personnes qui ont dit que Souapiti est un mensonge, je leur invite à aller sur le terrain, ils verront que les Chinois travaillent. Ce projet n’a pas en ce moment son deux dans la sous-région ouest africaine. Aucun projet dans la sous-région ne dépasse mille cinq milliards de dollars…», a-t-il lancé.

Parlant de l’agriculture, il a indiqué que beaucoup d’efforts sont faits à ce niveau. « On ne vous apprendra pas ce que le Pr Alpha Condé a fait pour les agriculteurs en termes d’intrants agricoles (…). Si on ne peut pas écouter, on a au moins l’œil pour voir et le dire exactement », a-t-il dit.

S’exprimant sur l’emploi des jeunes, Kassory pense que le secteur minier est en train de changer la donne. « Partez à Boké ou à Boffa, vous vous rendrez compte qu’il y a des offres d’emploi. Si tu es un chauffeur compétent, tu peux avoir jusqu’à trois millions. Il y a même des chauffeurs qui démissionnent à Conakry pour y aller, c’est une vérité…», déclare-t-il.

Dans la foulée, Kassory a annoncé que les citoyens de Katougouma dans Boké, où il y a eu récemment des remous, souhaitent rencontrer Alpha Condé pour lui présenter les excuses suite aux incidents malheureux ayant fait des morts et des destructions de biens. « La notabilité de Katougouma, les jeunes, les sages et les femmes ont écrit au chef de l’Etat en passant par moi pour lui représenter des excuses (…). Même si tu es dans l’opposition et que tu n’aimes pas la personne du président de la République, il faut au moins reconnaitre ses bonnes œuvres », a-t-il lancé.

Et de poursuivre : « Avant, tout le monde disait que la Guinée a des ressources minières et agricoles mais, le pays n’a pu exporter une poignée et aujourd’hui, nous sommes devenus le premier pays exportateur de bauxites dans le monde. A partir de l’année prochaine, vous verrez des résultats probants dans la production de l’ananas (…). Alpha Condé est arrivé au pouvoir en 2010, depuis cette date, le riz coutait à combien et il est à combien aujourd’hui ? Pour l’eau potable, des projets sont en cours…»

Le manque de logement a été aussi touché par le ministre Kassory. Sur cette question, il a annoncé la construction prochaine de mille logements du côté de Sonfonia. Selon lui, les travaux vont débuter dès l’année suivante avant de préciser que le financement est déjà prêt. « Pour les routes et les voiries, il y a trois semaines que j’étais en Chine, d’ici l’année prochaine, toutes les routes et voiries de Conakry seront réhabilitées. Le financement est déjà acquis (…). A Sonfonia, la construction de mille logements sociaux va démarrer dès l’année prochaine et ces logements seront à un prix raisonnable. Le président Alpha Condé a été clair devant les Chinois, il leur a dit que la Cité Plazza Diamond est bien, mais qu’elle n’a pas de bénéfice pour ses concitoyens. Il leur a dit de construire des maisons sociales pour les populations (…) », a-t-il expliqué.

« Le projet Djandjan a commencé il y a vingt ans. Grâce à la clairvoyance du chef de l’Etat et son courage, le projet a vu jour. Et dès l’année prochaine, il commencera sa production. En termes de volume d’investissement, le PIB (produit intérieur brut de la Guinée est à 6 milliards par an…», a-t-il fait savoir.

Le secteur éducatif n’a pas été occulté par le ministre Kassory Fofana. Il dira à cet sur ce domaine que son patron étant du corps, veut redynamiser le système éducatif guinéen. « Le Pr Alpha Condé est en train de redynamiser l’école guinéenne, le financement est acquis pour l’agrandissement de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia pour que désormais, tous les admis au baccalauréat puissent être pris en charge avec des moindres coûts. La Guinée étant un pays minier, une université d’excellence sera construite à cet effet à Boké où les étudiants africains viendront pour étudier », a-t-il dit.

Plus loin, le domaine du transport a été également abordé par le ministre Fofana. Sur ce sujet, il a indiqué que parallèlement à la réhabilitation des routes, un chemin de fer est prévu du Port Autonome de Conakry à Kaloum jusqu’à Kagbélen. « Quand vous prenez le Port, le financement est déjà là pour son agrandissement. Désormais, il y aura des trains qui vont quitter du Port jusqu’à Kagbelen dans Dubréka. C’est pour minimiser les embouteillages (…) », a-t-il expliqué.

Pour que ces investissements puissent aboutir, a affirmé l’ancien argentier du pays, il faut qu’il y ait la paix. Mais, a-t-il regretté, les opposants ont peur et c’est pourquoi ils font des bruits en focalisant le débat sur un éventuel troisième mandat alors qu’il n’est pas inscrit à l’ordre du jour.

« Lors du premier quinquennat d’Alpha Condé, il nous a donnés le barrage Kaléta et nous a fait sortir dans beaucoup de difficultés. Les cinq ans qui lui restent avec les projets qui pointent à l’horizon font peur à l’opposition, alors que la volonté divine prime sur celle l’homme…», a-t-il lâché avant de conclure en ces termes : « S’ils sont forts (allusion faite aux opposants), qu’ils attendent en 2020 pour se présenter à l’élection présidentielle. C’est le peuple qui sait pour quel candidat il va voter. Et d’ailleurs, 2020 est très loin. Donc, n’acceptez pas qu’on vous taraude l’esprit pour cette histoire de 2020. Il nous reste encore 3 ans, ils veulent tout simplement nous bloquer dans notre élan de développement. Que Dieu nous sauve…»

Siège du RPG : Les attaques de Batama à l’égard de l’UFDG et de son leader Cellou

La fête de l’an 26 de l’arrivée d’Alpha Condé en Guinée célébrée en différée à Siguiri et l’affaire des 5 milliards par an comme le budget de fonctionnement du chef de file de l’opposition, ont été au cœur de l’Assemblée hebdomadaire du RPG-Arc-en-ciel, ce samedi 27 mai, a-t-on constaté au siège national du parti à Gbessia.

Ces questions ont été débattues par le ministre conseiller à la Présidence Sanoussy Bantama Sow. Il a été appuyé par le jeune Aboubacar Sidiki Camara, membre de la cellule de communication du parti.

« Nous étions à Siguiri pour célébrer en différé l’anniversaire de l’arrivée du chef de l’Etat, Alpha Condé en Guinée. Il y a certains qui rêvent pour que la Haute-Guinée a basculé vers la sous-préfecture de Dalein. Siguiri s’est mobilisé comme un seul homme, c’est loin des commentaires. Ce n’est même pas Alpha Condé qui a été accueilli à Siguiri le 23 mai dernier, mais c’est Bantama Sow. C’est un accueil différent de ceux qui ont profité des cérémonies de mariage pour se faufiler dans la masse. A Siguiri ce jour, c’était beau d’être RPG. Siguiri nous a rassurés à nouveau de se battre ailleurs, mais eux ils resteront toujours RPG. Nous avons été reçus à 30 kilomètres du centre-ville », a expliqué  Bantama Sow.

Poursuivant son discours, M. Sow a indiqué qu’il a rappelé à la faveur de cette fête, les principes du parti. « On ne peut pas nous tromper, quand on est du RPG, on doit rester RPG. On ne peut pas dire au RPG vive Alpha Condé et dire encore que tu n’es pas du RPG. On appelle cela, un pied dedans et un pied dehors d’où on est dehors. J’ai été très clair, j’ai réaffirmé dans mon discours qu’on veut une majorité écrasante à Siguiri lors des prochaines élections communales et communautaires. Tout cadre ou tout militant qui dit qu’il soutient Alpha Condé, qu’il n’est pas du RPG et qu’il défend une liste indépendante, nous le considérerons  comme notre adversaire », a martelé le ministre Sow.

« Quand j’ai suivi mon frère (Cellou, NDLR) dans les médias étrangers dire qu’en Guinée, il n’y a jamais  eu d’élection propre depuis qu’Alpha Condé est arrivé au pouvoir (…). Je suis tombé des nues. La Guinée n’a jamais organisé une élection transparente que celle de 2015. Je défis toute l’opposition de sortir un document qui prouve que l’élection de 2015 n’est pas crédible », a-t-il défié.

Sans citer de nom, Bantama Sow a affirmé qu’à Siguiri quelqu’un s’est lamenté (allusion à Dalein) et voir se coucher à même le sol pour demander aux gens de voter pour lui. Ce dernier, a dit Bantama Sow, avait déclaré devant les citoyens de Siguiri, qu’il n’est pas seulement pour les peuls et qu’il est pour tout le monde. « C’est paradoxale, tu dis quelque chose après tu dis le contraire à ailleurs…», a-t-il condamné.

« J’ai entendu Fodé Oussou Fofana dire qu’il n’y aura pas de compétition en 2020. Je lui réponds que le RPG est créé pour exister toujours. Ceux qui pensent qu’ils auront le pouvoir en 2020, ils se trompent. Le RPG a des relèves qui sont plus jeunes qu’eux…», a souligné l’ancien ministre des Guinéens de l’etranger.

Affaire 5 milliards comme budget de fonctionnement du chef de file de l’opposition. Bantama sow frappe à nouveau : ‘’ce monsieur veut l’argent ou le pouvoir….’’

« Je l’ai dit l’autre jour, ils réclament encore les arriérés de quelques milliards. Ce monsieur cherche l’argent ou le pouvoir ? En tout cas, je ne suis pas sûr. La Guinée d’aujourd’hui est différente de celle d’hier. Quand tu touches un franc de l’Etat, nous allons l’en parler. Il n’y a pas de jaloux et les gens ne quitteront pas le pays pour aller ailleurs parce qu’ils ne veulent pas entendre cela. Mon frère Fodé Oussou, nous en parlerons », a insisté Bantama Sow.

Prenant la parole, le jeune Aboubacar Sidiki Camara, membre de la cellule de communication du RPG, s’exprimant en Manika, a témoigné qu’ils sont rentrés à Siguiri sous un soleil de plomb à 14 heures et que cela n’a pas empêché la foule à se mobiliser.

En appuyant les propos de son prédécesseur, Sidiki Camara a affirmé que la délégation du président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, est arrivée devant lui à Siguiri.

« Il est rentré vers les 18 heures. Sa venue a coïncidé à une cérémonie de mariage. Le passage étant bloqué par les agents qui réhabilitaient les routes. Ce qui a d’ailleurs causé un embouteillage monstre. La délégation de l’UFDG est venue se jeter dans ce bouchon avant de se faufiler parmi le cortège des mariés pour dire qu’ils ont été bien accueillis à Siguiri. C’est faux ! », a vigoureusement réagi Sidiki Camara.

Cet article Siège du RPG : Les attaques de Batama à l’égard de l’UFDG et de son leader Cellou est apparu en premier sur Guinéenews.

Siège du RPG : Les piques de Bantama à l’égard de l’UFDG et à Makanera

« S’ils veulent le pouvoir avant 2020, ils marcheront sur des cadavres », a déclaré Sanoussy Bantama Sow ce samedi 29 avril 2017 à l’UFDG, principale formation politique de l’opposition. Il a fait cette adresse à la faveur du meeting hebdomadaire de son parti le RPG-arc-en-ciel à Gbessia, a-t-on constaté sur place.

S’exprimant sur la tournée qu’effectue actuellement le leader de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo à l’intérieur du pays, le ministre Bantama Sow a affirmé que s’il est incapable de mobiliser ses militants, de s’en prendre qu’à lui-même et de laisser le président de la République en paix.

« Si vous suivez l’actualité nationale, il y a un leader d’un parti de l’opposition qui est en tournée à l’intérieur du pays. Il dit qu’il est reçu par des milliers de citoyens guinéens, mais de l’autre côté, il dit encore qu’on l’empêche. Notamment à Nzérékoré, il dit qu’il a été empêché par une quinzaine de femmes. Tenez-vous bien, s’il a été accueilli par des milliers de personnes, pourquoi une quinzaine de femmes pourront l’empêcher de tenir son meeting. Plus loin, ce même leader dit que le chef de l’Etat Alpha Condé a donné des instructions aux préfets pour lui refuser les places publiques. Nous lui demandons de laisser le Pr. Alpha Condé en paix, s’il est incapable de mobiliser ses militants, qu’il s’en prenne à lui-même », a-t-il lancé.

« S’ils veulent le pouvoir avant 2020, ils marcheront sur des cadavres…», prévient-il.

« Nous existons depuis 1992, nous avons fait le tour de la Guinée plusieurs fois. Qui peut ignorer les difficultés rencontrées par le RPG. Depuis cette date jusqu’à nos jours, nous n’avons jamais appelé à l’insurrection. En 1993, on avait gagné les élections, mais le Pr. Alpha Condé avait dit, qu’il n’est pas venu pour gouverner les cimetières. En 1995, ils nous ont donnés que 17 députés alors qu’on pouvait gagner plus de 50 députés ; le RPG n’a jamais appelé à l’insurrection. Nous avons participé à toutes les élections, le RPG n’a jamais appelé à l’insurrection, nous avons cru à notre président et à son programme. L’UFDG n’a fait que juste deux élections, on apprend que si Cellou n’est pas président d’ici 2020, ça sera la catastrophe. Est-ce qu’il y a une élection présidentielle d’ici 2020 ? Comment peut-on alors accéder au pouvoir avant 2020. Nous prenons acte de cette déclaration et nous prenons à témoin la communauté internationale (…). Le président Alpha Condé a été élu en 2010 et le peuple l’a plébiscité en 2015. Nous ferons tout pour respecter les engagements qu’il a pris devant le peuple. Ceux qui veulent avoir le pouvoir coûte que coûte, ils doivent savoir que seul le bon Dieu est le propriétaire des jours à venir. Nous avons vu beaucoup de leaders politiques, nous avons vu le Doyen Bah Mamadou qui s’est battu pour les idées, pour la liberté et pour la démocratie avant de mourir. Nous avons vu également l’honorable Siradjo Diallo, mais eux qu’est-ce qu’ils veulent, c’est être au pouvoir coûte que coûte. Alors, s’ils veulent le pouvoir avant 2020, ils marcheront sur les cadavres parce que nous ne savons pas quels autres moyens qu’ils ont à part les élections. Un parti politique est créé pour accéder au pouvoir par les urnes. »

Revenant toujours sur la tournée entamée par le président de l’UFDG, Bantama Sow a enfoncé le clou en disant qu’il soutient la vulgarisation des programmes politiques et non la promotion des faux débats axés sur l’ethnie. Sans nommer, Bantama Sow n’a pas aussi raté l’ancien ministre de la Communication en l’occurrence, Alhousseny Makanera Kaké.

« J’avais dit en 2015, que le rôle d’un parti politique, est de faire le tour du pays en vulgarisant son programme afin d’amener la population à voter pour lui. Mais il y a des gens qui sont dans les faux débats qui n’ont rien  à avoir avec un programme politique, des débats ethniques ou encore des débats qui n’existent nulle part. Il y a certains même qui passaient dans ce siège du RPG, ils disaient que le RPG était le meilleur parti sur terre. Ils disaient que le Pr. Alpha Condé est un homme omniscient et omnipotent. Aujourd’hui, il raconte sa vie, mais au RPG, nous ne ferons pas des souris des éléphants…»

Cet article Siège du RPG : Les piques de Bantama à l’égard de l’UFDG et à Makanera est apparu en premier sur Guinéenews.

Ousmane Gaoual : «Si Cellou n’est pas président d’ici à 2020…»

« Si Cellou n’est pas président d’ici à 2020, la Guinée court le risque d’une très grande catastrophe…»

Mensonges, abus et corruption, c’est par ces mots que le député uninominal de Gaoual à dépeint la situation de sa préfecture natale. C’était le samedi 22 avril lors de l’assemblée générale de l’UFDG.

« Gaoual illustre tout ce qui est mauvais. Vous voulez comprendre comment Alpha a abandonné la Guinée ? Allez à Gaoual. Vous voulez comprendre pourquoi il a autant de corruption, d’abus, de mensonges ? Allez à Gaoual. Notre préfecture est oubliée comme les autres préfectures du pays », a-t-il dénoncé.

Au sein de l’UFDG, beaucoup estiment que Cellou Dalein Diallo gagnera l’élection présidentielle de 2020 (dans moins de trois ans). Pour Ousmane Gaoual Diallo, attendre jusqu’à cette date, serait synonyme à une grande catastrophe pour la Guinée : « J’entends beaucoup dire qu’en 2020 Cellou sera président. Si Cellou n’est pas président d’ici à 2020, la Guinée court le risque d’une très grande catastrophe. 2020 c’est loin. Et Alpha est en train de nous donner tous les éléments pour une révolte populaire puissante pour le mettre hors de nos frontières, parce qu’il ne respecte pas les accords, il ne tient pas parole et parce que maintenant il est en train de distiller partout des éléments qui justifient que chacun d’entre nous doit se lever, prendre un bâton et se diriger vers Sékhoutouréya, parce qu’on parle de troisième mandat, de sixième mandat, etc. »

Poursuivant, il a accusé la Commission électorale nationale indépendante (CENI), d’être à la base des problèmes politiques vécus par la Guinée, notamment son président : « A côté, on a le président de la CENI. J’ai dit il y a quelques années que Bakary Fofana devrait être pendu. Les gens ont pensé que je m’abusais, que je dis trop de choses incohérentes, prône la violence. Les problèmes politiques de la Guinée sont liés à la mauvaise organisation des élections dans notre pays. C’est ce qui occasionne les manifestations. »

Plus loin, il a affirmé que les différents abus qu’auraient subis les Guinéens suffit pour justifier l’application de l’article 35 de la Déclaration universelle des droits de l’homme : « Bakary Fofana ne se fiche pas des Guinéens. Il s’en fout de leurs problèmes. Ce qui l’intéresse c’est l’argent. Il en a beaucoup pris. Maintenant, nous lui demandons de faire en sorte que les prochaines consultations électorales se déroulent rapidement et bien. Et cela se fera sans lui. Avec la nouvelle loi que la mouvance ne veut pas qu’on vote au parlement. Voici un autre argument qui justifie que chacun d’entre nous arbore l’article 35 de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui dit que quand il y a un Etat oppressif, chaque citoyen est en droit de prendre des armes pour défendre l’intégralité de son territoire et sa liberté. »

« Ce n’est pas un appel à la violence. Défendons la Guinée, défendons l’organisation des élections », a-t-il conclu.

Cet article Ousmane Gaoual : «Si Cellou n’est pas président d’ici à 2020…» est apparu en premier sur Guinéenews.