Archief

Categories

171 nouveaux agents

Labé : les nouveaux agents de santé réclament leurs arriérés, le DPS rassure

Ils sont 171 nouveaux agents de cohortes différentes (ceux qui sont retenus par concours et des volontaires qui étaient sur le front anti Ebola, repêchés) affectés à la zone de Labé depuis décembre 2016, qui sont à l’origine de cette revendication.

La prise en charge de ces nouvelles recrues devrait commencer dès janvier 2017, selon le porte-parole des grognards qui a préféré garder l’anonymat. «Nous avons constaté que les mois de janvier et février ne sont pas encore payés, alors que ceux qui ont été recrutés au cours du concours, ont déjà reçu leur mois de mars. Quant à la seconde catégorie, des volontaires qui étaient engagés dans la lutte contre Ebola, il est dit que leur prise en charge entre en vigueur à partir du mois d’avril. Alors que nous avions été tous déployés sur le terrain au même moment. Ensuite, l’autre préoccupation est liée à notre salaire. Nous avons constaté que les prises en charge n’ont les mêmes valeurs. Si on prend les médecins, il y a une différence de 200 000 GNF alors que nous sommes tous de la hiérarchie A. C’est la même situation chez les infirmiers et les ATS (agent technique de santé). Enfin le dernier point est que depuis que nous sommes arrivés sur le terrain, jusqu’à présent nous ne sommes pas payés », a-t-il dénoncé.

Par conséquent, ces agents estiment que le circuit est grippé au niveau de la direction préfectorale de la santé (DPS) de Labé. « Les gens souffrent et n’ont plus d’argent. On n’a assez de dettes. Tu es logé chez quelqu’un et tu ne peux pas rester plus d’un mois sans payer le loyer, ce n’est pas normal. En plus tous les jours, il faut t’embarquer pour aller travailler, il faut manger, nos familles sont à Conakry, il faut donner la dépense. On a commencé d’abord par la direction de l’hôpital. De là, on est allé voir le DPS qui a appelé devant nous et jusqu’à présent, on ne voit pas notre argent. Dans les autres préfectures les gens sont payés depuis le 8 mai. Pourquoi cette différence ? Nous sommes tous des employés de l’État. Moi, je dirais que les autorités de Labé sont assises et ne veulent rien faire puisque ceux de Dalaba ont été payés la semaine dernière », a ainsi déclaré le porte-parole des agents de santé.

En séjour de travail à Conakry, Dr Hady Diallo, le directeur préfectoral de la santé de Labé a réagi en ces termes : « chacun à sa manière d’analyser. Mais aller jusqu’à dire que les autorités ne font rien moi, je pense que c’est un peu trop dire. Parce que moi en personne, je me suis déplacé pour venir jusqu’à Conakry pour régler ce problème de salaire. Mais il se trouve que c’est un grand montant qu’on ne peut pas mettre dans le coffre d’une voiture et envoyer. Donc, il faut les virer à la Banque Centrale. Et cela doit suivre un certain processus. Il y a une procédure réglementaire entre les banques…»

Poursuivant, le DPS de Labé a indiqué que les montants doivent être virés dans les prochaines heures à la Banque Centrale de Labé et c’est par la suite que les comptables des hôpitaux entreront en action en procédant au paiement des agents de santé concernés par cette situation.

Alaidhy Sow Labé, pour Guinéenews.org

Cet article Labé : les nouveaux agents de santé réclament leurs arriérés, le DPS rassure est apparu en premier sur Guinéenews.

Labé : les nouveaux agents de santé réclament leurs arriérés, le DPS rassure

Ils sont 171 nouveaux agents de cohortes différentes (ceux qui sont retenus par concours et des volontaires qui étaient sur le front anti Ebola, repêchés) affectés à la zone de Labé depuis décembre 2016, qui sont à l’origine de cette revendication.

La prise en charge de ces nouvelles recrues devrait commencer dès janvier 2017, selon le porte-parole des grognards qui a préféré garder l’anonymat. «Nous avons constaté que les mois de janvier et février ne sont pas encore payés, alors que ceux qui ont été recrutés au cours du concours, ont déjà reçu leur mois de mars. Quant à la seconde catégorie, des volontaires qui étaient engagés dans la lutte contre Ebola, il est dit que leur prise en charge entre en vigueur à partir du mois d’avril. Alors que nous avions été tous déployés sur le terrain au même moment. Ensuite, l’autre préoccupation est liée à notre salaire. Nous avons constaté que les prises en charge n’ont les mêmes valeurs. Si on prend les médecins, il y a une différence de 200 000 GNF alors que nous sommes tous de la hiérarchie A. C’est la même situation chez les infirmiers et les ATS (agent technique de santé). Enfin le dernier point est que depuis que nous sommes arrivés sur le terrain, jusqu’à présent nous ne sommes pas payés », a-t-il dénoncé.

Par conséquent, ces agents estiment que le circuit est grippé au niveau de la direction préfectorale de la santé (DPS) de Labé. « Les gens souffrent et n’ont plus d’argent. On n’a assez de dettes. Tu es logé chez quelqu’un et tu ne peux pas rester plus d’un mois sans payer le loyer, ce n’est pas normal. En plus tous les jours, il faut t’embarquer pour aller travailler, il faut manger, nos familles sont à Conakry, il faut donner la dépense. On a commencé d’abord par la direction de l’hôpital. De là, on est allé voir le DPS qui a appelé devant nous et jusqu’à présent, on ne voit pas notre argent. Dans les autres préfectures les gens sont payés depuis le 8 mai. Pourquoi cette différence ? Nous sommes tous des employés de l’État. Moi, je dirais que les autorités de Labé sont assises et ne veulent rien faire puisque ceux de Dalaba ont été payés la semaine dernière », a ainsi déclaré le porte-parole des agents de santé.

En séjour de travail à Conakry, Dr Hady Diallo, le directeur préfectoral de la santé de Labé a réagi en ces termes : « chacun à sa manière d’analyser. Mais aller jusqu’à dire que les autorités ne font rien moi, je pense que c’est un peu trop dire. Parce que moi en personne, je me suis déplacé pour venir jusqu’à Conakry pour régler ce problème de salaire. Mais il se trouve que c’est un grand montant qu’on ne peut pas mettre dans le coffre d’une voiture et envoyer. Donc, il faut les virer à la Banque Centrale. Et cela doit suivre un certain processus. Il y a une procédure réglementaire entre les banques…»

Poursuivant, le DPS de Labé a indiqué que les montants doivent être virés dans les prochaines heures à la Banque Centrale de Labé et c’est par la suite que les comptables des hôpitaux entreront en action en procédant au paiement des agents de santé concernés par cette situation.

Alaidhy Sow Labé, pour Guinéenews.org

Cet article Labé : les nouveaux agents de santé réclament leurs arriérés, le DPS rassure est apparu en premier sur Guinéenews.