Archief

Categories

15 juillet-15 Août

Campagne nationale de reboisement: 5 mille boutures plantées sur le site de Démoudoula

Le lancement de la campagne nationale de reboisement à été effective ce samedi 15 juillet. C’est le site de l’ancienne forêt au bord du marigot de Démoudoula qui a été choisi pour le démarrage des activités à Conakry. Une campagne qui s’inscrit dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, a constaté sur place Guinéenews.

Au total, ce sont 5mille boutures de Mélina à croissance rapide qui vont être plantées sur ce site. Pour un premier temps, le reboisement va s’étendre sur deux hectares. Il s’agit de redonner à ce site, son visage d’antan.

« Nous devons reboiser ce samedi matin, 2 hectares. Nous avons envoyé 5 mille plants de Mélina à croissance rapide. Il faut mettre des plants pour que dans cinq ans dix ans que nous venons trouver une forêt ici », a lancé Ansoumane Camara, président de la fédération nationale des professionnelles de la filière bois.

Connue pour la diversité et la densité de sa végétation, la forêt de Demoudoula a été progressivement détruite et remplacée par des habitations. Le Secrétaire général du ministère de l’environnement regrette cette catastrophe et propose des pistes de solutions.

« À voir cette zone avec ses eaux qui coulent dans cette rivière, ces quelques arbres qui sont parsemés sur les deux rives, sous-tend qu’il y a quelques années, le lieu était un site très riche en écosystème.  Mais hélas ! Tout ceci est détruit», a déclaré Seydou Bari Sidibé  avant de préciser que c’est la restauration de la zone, le couvert végétal, qui ne peut se faire qu’avec le reboisement,  l’entretien des plants qui seront mis dans le sol. En outre, a-t-il dit, il doit y avoir un décret afin que ce site là soit déclaré une zone d’intérêt général pour que soit restauré l’écosystème de cette jadis forêt.

 Par ailleurs, un citoyen a rappelé l’importance de préserver l’environnement et a encouragé l’initiative du gouvernement : « il y avait sur ce site certaines espèces animales qui ont disparut et puis le passage de la rivière était bloqué lorsqu’il y avait inondation. Je crois que l’état n’a pas pris une décision qui va à l’encontre de la population.»

Pour atteindre l’objectif visé, il faut un  suivi permanent, a fait savoir la ministre de l’Environnement. D’où la nécessité, dit-elle,  d’impliquer les autorités locales dans ce processus.

«Il ne suffit pas de planter des arbres, mais il faut du suivi régulier. Les services à la base notamment  la section forestière de Ratoma, le maire de la commune  sont impliqués pour le suivi de ce reboisement », a précisé la ministre Assiatou Baldé.

 «Nous allons veiller personnellement à ce que ces arbres soient protégés et d’autres plantés. Le service des eaux et forêts de la commune détachera des gens qui viendront régulièrement voir comment évoluent les choses sur le site », a assuré le maire de la commune de Ratoma. Une façon pour  Souleymane Taran Diallo de montrer l’engagement de son équipe à sécuriser et à conserver cet acquis.

Lancée ce 15 juillet, cette campagne de reboisement va se poursuivre jusqu’au 15 Août prochain sur toute l’étendue du territoire national. Un mois qui va être consacré au reboisement de plusieurs sites forestiers dévastés au profit de l’occupation anarchique.